Israël en guerre - Jour 200

Rechercher

Iran: Des cyber-activistes disent avoir interrompu un discours en ligne du président

Lors des rassemblements pro-gouvernementaux organisés pour marquer les 44 ans de la République islamique, la foule a scandé des slogans anti-occidentaux

Des pirates informatiques perturbant le discours du président Ebrahim Raïssi à l'occasion du 44e anniversaire de la révolution islamique en Iran, le 11 février 2023. (Capture d'écran, utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Des pirates informatiques perturbant le discours du président Ebrahim Raïssi à l'occasion du 44e anniversaire de la révolution islamique en Iran, le 11 février 2023. (Capture d'écran, utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Des cyber-activistes soutenant le mouvement de contestation en Iran ont annoncé avoir interrompu samedi la diffusion en ligne par la télévision d’État d’un discours du président Ebrahim Raïssi marquant le 44e anniversaire de la Révolution islamique de 1979.

Le groupe Edalat-e Ali a publié sur Twitter une vidéo de l’interruption présumée du discours à la place duquel a été diffusée une vidéo appelant les Iraniens à retirer leur argent des banques « corrompues » du régime et à descendre dans la rue la semaine prochaine.

« Mort à Khamenei », « mort à la Révolution islamique » et « mort à la République islamique », peut-on lire sur la vidéo.

« De nombreux compatriotes nous ont contactés et nous ont demandé de faire écho à l’appel (aux manifestations) du 16 février », a ajouté le groupe, dont il s’agirait du deuxième piratage de la télévision d’État en soutien au mouvement de contestation provoqué par la mort de Mahsa Amini.

En octobre, Edalat-e Ali avait interrompu la diffusion en direct à la télévision d’État d’une rencontre entre le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, et des responsables, pour afficher sur l’écran le texte « vos mains portent le sang de nos jeunes ».

L’Iran est le théâtre d’un mouvement de contestation depuis la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, décédée trois jours après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs qui l’accusait d’avoir enfreint le code vestimentaire strict du pays.

Dans un discours prononcé samedi place Azadi, à Téhéran, le président Raïssi a assuré que « l’ennemi avait été défait » par « la nation iranienne » qui, en se rassemblant ce jour-là, a de nouveau « prêté allégeance » à la République islamique.

Les autorités iraniennes voient généralement les manifestations comme des « émeutes » fomentées, selon elles, par l’étranger et notamment par l’ennemi juré de l’Iran, les États-Unis, ainsi que leurs alliés comme Israël.

Une représentation du drapeau israélien incendiée par des manifestants iraniens lors du rassemblement annuel commémorant la révolution islamique de 1979, à Téhéran, en Iran, le 11 février 2023. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)

Elles affirment que des centaines de personnes, parmi lesquelles des membres des forces de sécurité, ont été tuées dans le contexte des manifestations, dont l’ampleur a diminué ces dernières semaines. Des milliers d’Iraniens, dont des personnalités artistiques, des avocats et des journalistes, ont été arrêtées.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.