Rechercher

Israël souhaite aux Iraniens un changement de régime pour leur Nouvel An

Bennett a salué "l'histoire et la culture dynamiques" des peuples ; Tsahal a publié un tweet disant à Téhéran que "les missiles ne résoudront pas la grave pénurie d'eau"

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett, qui considère le pouvoir actuel en Iran comme son premier ennemi, a souhaité dimanche aux Iraniens un changement de régime politique à l’occasion du Norouz, le Nouvel An iranien.

« Norouz signifie littéralement ‘nouveau jour’ et c’est mon plus grand vœu à vous, Iraniens, que vous verrez un nouveau jour, un jour de liberté du cruel régime iranien », a-t-il déclaré dans un message vidéo en anglais diffusé par son bureau.

« Un jour nouveau, où vous pourrez boire de l’eau potable, parler librement et vivre vos vies avec dignité. »

« Israélien et Iraniens, nous avons tant en commun : nous sommes deux peuples dynamiques, dotés d’histoires anciennes et de riches cultures et qui aspirent à un meilleur avenir », a ajouté le Premier ministre, hostile à un retour à l’accord sur le programme nucléaire iranien de 2015.

« Le régime iranien brutal et oppressif, qu’il s’agisse du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) – la plus grande organisation terroriste au monde – de ses mandataires ou des bassidjis », a-t-il déclaré, en faisant référence au Corps des gardiens de la révolution islamique et aux groupes associés.

Des troupes des Gardiens de la révolution participent à un défilé militaire marquant le 39e anniversaire du début de la guerre Iran-Irak, devant le sanctuaire du défunt fondateur de la révolution, l’ayatollah Khomeini, juste à l’extérieur de Téhéran, en Iran, le 22 septembre 2019. (Crédit : Bureau de la présidence iranienne via AP)

« Nous savons que le régime iranien ne vous représente pas et qu’il continue à vous refuser la liberté que vous méritez. Nous espérons que vous vous débarrasserez de ce régime cruel et impitoyable et que vous atteindrez la vraie liberté », a poursuivi Bennett.

« Puissions-nous voir un ‘nouveau jour’, où nous vaincrons les forces des ténèbres avec la force de notre amitié et notre poursuite de la liberté. J’espère que cette nouvelle année permettra de libérer le peuple iranien des chaînes de l’oppression du régime iranien. »

L’Etat hébreu voit d’un mauvais œil un possible accord international sur le programme nucléaire de l’Iran, son ennemi numéro un contre lequel il mène une guerre de l’ombre, les deux pays rivalisant notamment de cyberattaques.

Les Etats-Unis ont jugé mercredi qu’un compromis était « proche » pour sauver l’accord, notamment après plusieurs signaux positifs, dont la libération de deux Irano-Britanniques retenus en Iran depuis plusieurs années.

Téhéran assure qu’il ne reste plus que « deux sujets » à régler avec Washington : les « garanties économiques », qui protégeraient le pays de sanctions internationales, et le contentieux sur les Gardiens de la Révolution, dont l’Iran demande le retrait de la liste noire, d’après une source proche du dossier.

Israël, dont les Etats-Unis sont le principal allié, avait exhorté vendredi Washington à laisser le Corps des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique du pouvoir iranien, sur leur liste noire des « organisations terroristes », l’un des derniers points de négociations au sujet du programme nucléaire iranien, selon Téhéran.

Dimanche, avant le conseil des ministres, M. Bennett a dénoncé une volonté de signer un accord « presque à n’importe quel prix, y compris en disant que la plus grande organisation terroriste du monde n’est pas une organisation terroriste, cela est trop cher payé ».

Le discours de M. Bennett faisait suite à un message similaire publié plus tôt dimanche par le porte-parole de l’armée israélienne, qui souhaitait aux Iraniens un joyeux Noruz, dans un tweet sur le compte Twitter de Tsahal en langue perse.

« Joyeux Norouz ! J’espère que cette bénédiction atteindra chaque Iranien, jeune ou vieux, religieux ou laïc, homme ou femme, vivant en Iran ou l’ayant quitté involontairement », a déclaré Ran Kohav.

« Nos peuples et nos nations ont beaucoup de choses en commun. Malheureusement, le régime iranien vous le cache », pouvait-on lire dans le message.

« Je souhaite au peuple iranien une nouvelle source d’espoir et de respect. Les missiles et les drones ne résoudront pas la crise aiguë de l’eau dans le pays, tout comme l’uranium enrichi ne pourra nourrir aucun enfant affamé en Iran », a-t-il conclu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...