Israéliens détenus au Nigeria : les familles rejettent l’implication politique
Rechercher

Israéliens détenus au Nigeria : les familles rejettent l’implication politique

Les proches des cinéastes détenus affirment que le don d'une Torah à la communauté locale a été "déformé" par des acteurs politiques locaux pour impliquer un soutien politique

Illustration : Des membres du mouvement séparatiste biafrais chantent et tapent dans leurs mains alors qu'ils se rassemblent lors d'un événement à Umuahia, au Nigeria, le 28 mai 2017. (Crédit : AP Photo/Lekan Oyekanmi)
Illustration : Des membres du mouvement séparatiste biafrais chantent et tapent dans leurs mains alors qu'ils se rassemblent lors d'un événement à Umuahia, au Nigeria, le 28 mai 2017. (Crédit : AP Photo/Lekan Oyekanmi)

Les familles de trois Israéliens arrêtés la semaine dernière au Nigeria pour des contacts présumés avec des séparatistes antigouvernementaux ont déclaré mercredi que des éléments politiques locaux avaient « déformé » le don d’un rouleau de la Torah à une communauté locale pour prétendre que cela constituait un soutien aux ambitions politiques séparatistes.

Rudy Rochman, un militant pro-israélien comptant près de 95 000 followers sur Instagram, le cinéaste Andrew Noam Leibman et le journaliste franco-israélien Edouard David Benaym ont été arrêtés la semaine dernière alors qu’ils tournaient un documentaire dans une région séparatiste du sud-est du Nigeria.

Selon les médias, les autorités nigérianes du Département des services de l’État ont arrêté et interrogé le trio le 9 juillet, le soupçonnant d’être entré en contact avec des séparatistes biafrais.

Les Israéliens étaient au Nigeria pour filmer « We Were Never Lost » (Nous n’étions jamais perdus), un documentaire sur les communautés juives dans des pays africains tels que le Kenya, Madagascar, l’Ouganda et le Nigeria.

Ils ont décollé de l’aéroport Ben Gurion le 5 juillet et ont atterri au Nigeria le lendemain.

Selon les habitants, l’équipage a été détenu dans une synagogue pendant l’office du vendredi soir dans le village Igbo d’Ogidi par la police secrète du Nigeria et emmené à Abuja. Les Igbo se considèrent comme une tribu perdue d’Israël.

Dans leur déclaration, les familles ont expliqué que les cinéastes avaient apporté des cadeaux pour les communautés qui les accueillaient.

La semaine dernière, le groupe a rencontré le leader Igbo Eze Chukwuemeka Eri et lui a offert un tableau Shiviti encadré fabriqué à Jérusalem.

Honored by Igbo King Eze Chukwuemeka Eri and invited to his palace. I presented him a gift from Israel, a shiviti…

Posted by ‎Rudy Rochman רודי רושמן‎ on Wednesday, July 7, 2021

Rochman a également offert à une autre communauté Igbo un rouleau de la Torah dont la couverture a été conçue par l’artiste de rue britannico-israélien Solomon Souza.

« L’équipe de tournage a pensé que ce serait un beau geste d’apporter plusieurs cadeaux avec une symbolique culturelle pour les communautés qu’elle prévoyait de visiter », ont déclaré les familles dans leur communiqué, ajoutant que l’un des cadeaux était le rouleau de la Torah.

« Malheureusement, des membres de groupes politiques non étatiques ont détourné à leurs propres fins les images des cinéastes offrant une Torah à une communauté locale », ont déclaré les familles.

BROTHERHOOD

Posted by E David Benaym on Wednesday, July 7, 2021

« Ces individus déforment les intentions des réalisateurs dans le but de fabriquer un lien avec des questions politiques locales alors qu’un tel lien n’existe pas », ont-elles ajouté. « Ces acteurs à motivation politique ont pris un simple geste de bonté et l’ont déformé dans le but de créer une autre signification. »

Un parent de l’un des hommes a déclaré mardi au Times of Israël que des comptes de réseaux sociaux séparatistes avaient profité du voyage des Israéliens pour affirmer que les trois personnes soutenaient des groupes séparatistes biafrais.

La série documentaire « est conçue pour informer les téléspectateurs sur les expériences religieuses et culturelles de communautés juives moins connues. Leur objectif est d’interviewer des membres de communautés juives dans plusieurs pays d’Afrique, ainsi que des communautés juives en Chine, en Inde, en Afghanistan et ailleurs », ont indiqué les familles.

« Ce documentaire n’a pas pour but de faire des déclarations politiques sur les pays dans lesquels le tournage aura lieu, et l’équipe de tournage ne soutient aucun mouvement politique. L’équipe de tournage agit comme un invité qui visite le pays et ses différentes communautés – il n’y a aucune connotation politique », ont-elles ajouté.

Les réalisateurs étaient conscients de la sensibilité politique entourant le tournage de la communauté Igbo. Jeudi dernier, la page Facebook We Were Never Lost a souligné : « Nous ne prenons pas position sur les mouvements politiques car nous ne sommes pas ici en tant que politiciens ni dans le cadre d’une quelconque délégation gouvernementale. »

L’un des détenus, Benaym, a été temporairement libéré de sa garde à vue mardi soir et remis à l’ambassade de France à Abuja pour des raisons médicales non précisées, a déclaré mercredi un porte-parole du ministère israélien des affaires étrangères au Times of Israël.

Les familles ont confirmé les détails, déclarant que « en signe d’apaisement, le DSS a permis à l’ambassade de France d’accueillir Edouard David Benaym mardi soir pour recevoir des soins médicaux, avec l’intention de le faire revenir en garde à vue au DSS le lendemain pour poursuivre l’enquête ».

Alors qu’un ami de la famille de l’un des détenus a déclaré au Times of Israël que l’ancien ministre israélien Ayoub Kara s’était rendu au Nigeria pour participer aux pourparlers, le porte-parole du ministère a déclaré que Kara se trouvait déjà au Nigeria et n’était pas impliqué dans l’effort diplomatique.

Kara n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Le leader du mouvement du Peuple indigène du Biafra (IPOB), Nnamdi Kanu, porte un châle de prière juif alors qu’il quitte sa maison à Umuahia, dans le sud-est du Nigeria, pour rencontrer des vétérans de la guerre civile nigériane, le 26 mai 2017. (Crédit : Marco Longari/AFP)

« Nous travaillons diligemment avec les ambassades américaine, israélienne et française sur cette question, et nous apprécions grandement l’attention qu’elles ont portée à la situation. Leur implication a permis d’améliorer les conditions des cinéastes pendant leur détention – notamment la livraison de repas casher préparés par le centre Habad local », ont déclaré les familles des détenus.

« Nous espérons que le DSS conclura rapidement ce que les faits confirment, à savoir que l’équipe de tournage n’a aucune motivation politique et qu’elle doit être libérée dès que possible », ont-elles conclu.

En janvier, un conflit a éclaté dans le sud-est du Nigeria entre les forces nigérianes et la branche militaire du mouvement du Peuple indigène du Biafra (IPOB). Le combat se poursuit.

Une précédente déclaration unilatérale d’indépendance par le peuple Igbo en 1967 a déclenché une guerre civile brutale de 30 mois qui a fait plus d’un million de morts.

Mariage traditionnel Igbo à Nnewi (Crédit : WikimediaCommons)

En 2018, le leader séparatiste pro-biafrais en fuite Nnamdi Kanu a déclaré, dans une émission de radio, qu’il était en Israël et indiquait qu’il devait sa survie à l’État juif.

Kanu, un ancien agent immobilier londonien, dirige l’IPOB et la station de radio pirate illégale Radio Biafra. Il affirme que le peuple Igbo, majoritaire dans le sud-est du Nigeria, est une tribu perdue d’Israël et qu’il a pour mission de les conduire vers la terre promise du Biafra.

Kanu est accusé de trahison dans son pays. Il a été arrêté par Interpol en République tchèque en juin 2021.

L’AFP a contribué à cet article. 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...