La famille de l’homme détenu par le Hamas critique Rivlin pour avoir ‘ignoré’ leur fils
Rechercher

La famille de l’homme détenu par le Hamas critique Rivlin pour avoir ‘ignoré’ leur fils

Le président a présenté à Trump des photos de Hadar Goldin et d'Oron Shaul mais a oublié de mentionner Avraham Mengistu

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

La mère d'Avraham Abera Mengistu, Agurnesh, pendant une manifestation devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 11 septembre 2016. (Crédit: Luke Tress/Times of Israël)
La mère d'Avraham Abera Mengistu, Agurnesh, pendant une manifestation devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 11 septembre 2016. (Crédit: Luke Tress/Times of Israël)

La famille d’un homme israélien qui serait détenu par le groupe terroriste du Hamas dans la Bande de Gaza a indiqué avoir été « choquée » par « l’ignorance » affichée du président Rivlin à l’égard du malheur de leur fils au cours de sa conversation lundi avec le président américain Donald Trump.

Avraham Avera Mengistu, Israélien d’une trentaine d’années d’origine éthiopienne, est détenu à Gaza depuis plus de deux ans et demi. Selon sa famille, il souffre d’une pathologie mentale et a pénétré de l’autre côté de la frontière du territoire côtier par accident.

Au cours de sa rencontre avec Trump, Rivlin a présenté à son homologue américain des photos de Hadar Goldin et d’Oron Shaul, deux soldats israéliens tombés au combat dont les dépouilles se trouvent entre les mains des gouvernants de Gaza, le Hamas, depuis la guerre de 2014. Rivlin a demandé l’aide de Trump pour assurer le retour des deux dépouilles en Israël.

« Nous sommes accablés par la douleur et sidérés par l’indifférence affichée envers ce membre de notre famille, le citoyen Avera Mengistu, qui apparemment n’a pas été mentionné durant l’entretien », a fait savoir la famille dans un communiqué.

Avraham Mengistu, photographie non datée. (Crédit : autorisation de la famille)
Avraham Mengistu, photographie non datée. (Crédit : autorisation de la famille)

« Nous nous attendions à ce que durant cette conversation, le président accomplisse le devoir de l’état comme il en a la responsabilité envers tous les citoyens : Les protéger, leur assurer une sécurité de manière égale, et oui, faire revenir tous les ressortissants et les soldats retenus prisonniers par le Hamas dans leur foyer », a-t-elle conclu.

Au mois de juin 2016, la famille de Mengistu avait réclamé que le gouvernement conditionne la signature d’un accord de réconciliation avec la Turquie au fait qu’Ankara obtienne un signe de vie clair et d’autres informations sur Avera.

Pour leur part, les parents de Hadar Goldin ont remercié Rivlin pour avoir mentionné leur fils lors de la réunion.

« Il (Rivlin) a fait la démonstration de son leadership et de son sens de la responsabilité nationale lorsqu’il a demandé au président américain Donald Trump d’intervenir personnellement pour le retour d’Oron Shaul et de Hadar Goldin en Israël », ont déclaré les parents de Hadar, Leah et Simcha.

Ils ont ajouté que « le président Trump ouvre une nouvelle direction et travaille à construire une relation entre Israël et les pays de la région d’Israël. Dans ce cadre, le retour d’Oron et de Hadar doit être le premier gage de sérieux et de crédibilité. »

« Le retour d’Oron et de Hadar, détenus par le Hamas à Gaza, est en premier lieu un acte humanitaire, et nous attendons des chefs des pays sunnites qu’ils montrent de la compassion et leur bonne volonté sur cette question », ont conclu les parents de Goldin.

Lundi en fin de journée, durant une visite conjointe à l’hôpital Hadassah Ein Kerem de Jérusalem, Sara Netanyahu, épouse du Premier ministre, a présenté à la ‘First Lady’ américaine Melania Trump deux photos des soldats. Elle a également partagé une lettre écrite par la mère d’Oron, Zehava.

Selon un communiqué de presse émis par les familles de Goldin et Shaul, une nouvelle pétition émanant de familles israéliennes et américaines endeuillées demande à Trump de n’accéder à aucune demande de l’Autorité Palestinienne sans le retour préalable des deux corps.

Une copie de la pétition avait été remise au Consulat américain de Jérusalem, avec la requête qu’elle soit transmise au président Trump qui était arrivé le lendemain.

Hisham al-Sayed, citoyen israélien atteint de schizophrénie et qui se serait égaré dans la Bande de Gaza en avril 2015, serait également retenu par le Hamas.

Le Hamas n’a jamais officiellement confirmé qu’il détenait Sayed et Mengistu, mais leurs photos apparaissent toutefois sur des vidéos publiées par le groupe terroriste sur les médias sociaux.

Selon Human Rights Watch, un troisième citoyen israélien, Jumaa Abu Ghanima, était entré à Gaza en juillet 2016, mais il n’y a pas eu davantage d’informations à son sujet et il est impossible de dire pour le moment s’il a été arrêté ou s’il a rejoint un groupe militant.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...