La famille d’un terroriste palestinien tué veut traîner le soldat israélien à La Haye
Rechercher

La famille d’un terroriste palestinien tué veut traîner le soldat israélien à La Haye

Un oncle affirme que le procès d’Elor Azaria était “juste” mais demandera à la CPI de l’accuser de meurtre ; l’AP demandera une enquête de la CPI sur les centaines de Palestiniens tués l’année dernière

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Des Palestiniens rassemblées dans les rues de Hébron, en Cisjordanie, pendant le verdict du soldat israélien Elor Azaria (portrait, au centre) qui a tué Abdel Fattah al-Sharif (portrait, à gauche), le 4 janvier 2017. (Crédit : Hazem Bader/AFP)
Des Palestiniens rassemblées dans les rues de Hébron, en Cisjordanie, pendant le verdict du soldat israélien Elor Azaria (portrait, au centre) qui a tué Abdel Fattah al-Sharif (portrait, à gauche), le 4 janvier 2017. (Crédit : Hazem Bader/AFP)

Les proches d’un terroriste palestinien qui avait été abattu en mars dernier par le sergent Elor Azaria à Hébron, en Cisjordanie, ont déclaré que le verdict de culpabilité d’homicide prononcé mercredi par le tribunal militaire de Tel Aviv ne va pas assez loin. Ils demanderont à la Cour pénale internationale (CPI) de l’accuser de meurtre.

L’oncle d’Abdel Fattah al-Sharif, Fathi al-Sharif, a déclaré mercredi au Times of Israël qu’il pensait que le procès en lui-même était juste, mais que le soldat aurait dû être accusé de meurtre, et pas d’homicide, un chef d’accusation moins sévère.

« La cour a déclaré que c’était un assassinat de revanche pour un autre soldat. Si le sujet est évident pour tout le monde […], pourquoi n’y a-t-il pas eu un verdict juste ? », a-t-il demandé.

« Puisqu’il n’y a pas d’autre tribunal vers qui se tourner en Israël, nous devons nous tourner vers la cour internationale », a-t-il affirmé.

Elor Azaria, le soldat israélien qui a tué un terroriste palestinien à Hébron, devant la cour avant la lecture de son verdict, à la Kirya, à Tel Aviv, le 4 janvier 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Elor Azaria, le soldat israélien qui a tué un terroriste palestinien à Hébron, devant la cour avant la lecture de son verdict, à la Kirya, à Tel Aviv, le 4 janvier 2017. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Mercredi, le tribunal militaire de Tel Aviv a jugé Azaria coupable d’homicide, rejetant l’affirmation de légitime défense du soldat. Azaria risque à présent jusqu’à 20 ans de prison.

Le père d’Abdel Fattah al-Sharif, Yousri al-Sharif, a déclaré qu’ « un verdict juste, selon moi, serait semblable à celui que reçoivent nos fils : la prison à vie, sans libération anticipée. »

« Mais, ici, Israël juge son propre fils. Alors il est possible qu’il se montre clément. C’est normal. Mais nous espérons un verdict équitable, si Dieu le veut », a-t-il dit depuis Hébron.

Yousri al-Sharif, le père d'Abdel Fattah al-Sharif, regarde à la télévision le verdict d'Elor Azaria, le soldat israélien qui a tué son fils, dans sa maison de Hébron, en Cisjordanie, le 4 janvier 2017. (Crédit : Hazem Bader/AFP)
Yousri al-Sharif, le père d’Abdel Fattah al-Sharif, regarde à la télévision le verdict d’Elor Azaria, le soldat israélien qui a tué son fils, dans sa maison de Hébron, en Cisjordanie, le 4 janvier 2017. (Crédit : Hazem Bader/AFP)

L’affaire a été suivie de près par beaucoup de Palestiniens, qui déplorent souvent qu’Israël refuse de juger les crimes de ses soldats. La dernière condamnation d’un soldat israélien pour homicide date d’il y a 12 ans.

Sur la place centrale Ibn Rashd de Hébron, des centaines de personnes étaient présentes, avec des membres de la famille Sharif, pendant que la lecture du verdict.

Un porte-parole a annoncé à la foule que la famille continuerait, avec l’aide des dirigeants palestiniens, à demander une accusation de meurtre contre Azaria devant la cour internationale, selon un article de l’agence de presse palestinienne Maan.

« Notre réponse, en tant que famille, au procès spectacle du meurtrier de notre fils [est de dire] qu’il s’agit d’un procès parodique, comme les autres procès pour meurtre des soldats et des colons [israéliens] contre nos enfants », a déclaré le représentant, dont le nom n’a pas été cité.

Fathi al-Sharif, l'oncle d'Abdel Fattah al-Sharif, déclare après le verdict de culpabilité d'homicide d'Elor Azaria qu'il portera l'affaire de son neveu devant la Cour pénale internationale, à Hébron, en Cisjordanie, le 4 janvier 2017. (Crédit : capture d'écran al-Ghad TV)
Fathi al-Sharif, l’oncle d’Abdel Fattah al-Sharif, déclare après le verdict de culpabilité d’homicide d’Elor Azaria qu’il portera l’affaire de son neveu devant la Cour pénale internationale, à Hébron, en Cisjordanie, le 4 janvier 2017. (Crédit : capture d’écran al-Ghad TV)

Il a ajouté que « nous suivrons nos dirigeants politiques et porterons l’affaire du martyr Abdel Fattah al-Sharif devant la Cour pénale internationale pour poursuivre le soldat israélien raciste, et nous le poursuivrons devant tous les forums internationaux des droits de l’Homme », a-t-il ajouté.

Un porte-parole du gouvernement palestinien, Yousef al-Mahmoud, a déclaré que, suite au verdict, l’Autorité palestinienne demanderait une enquête internationale sur les centaines d’attaquants palestiniens présumés tués par des Israéliens l’année dernière.

« La culpabilité d’un soldat qui a exécuté al-Sharif a été prononcée uniquement parce que le crime a été filmé et transmis aux télévisions pour que le monde entier le voie », a déclaré al-Mahmoud.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...