Rechercher

La grippe aviaire transmise à l’homme ? Les avertissements d’un épidémiologiste

Le professeur Lahad qualifie de "très préoccupant" le risque de transmission du virus à l'Homme ; le ministère de la Santé recommande d'éviter les poulets et œufs non réglementés

Rassemblement des carcasses de grues sauvages tuées par la grippe aviaire dans la réserve naturelle du lac Hula, dans le nord d'Israël, le 27 décembre. (Hadas Kahaner, Autorité israélienne de la nature et des parcs)
Rassemblement des carcasses de grues sauvages tuées par la grippe aviaire dans la réserve naturelle du lac Hula, dans le nord d'Israël, le 27 décembre. (Hadas Kahaner, Autorité israélienne de la nature et des parcs)

Le danger que l’épidémie de grippe aviaire en Israël se propage à l’homme est réel et « très préoccupant », selon un épidémiologiste de haut niveau.

Le professeur Amnon Lahad, président du Conseil national israélien pour la santé communautaire, a déclaré au Times of Israel qu’il suivait de près l’actuelle épidémie de grippe aviaire, qui a déjà tué des milliers d’oiseaux sauvages.

« L’ampleur de la grippe aviaire est très préoccupante, d’autant plus qu’elle infecte les poulets et pas seulement les oiseaux sauvages. Elle est passée de la faune sauvage aux animaux de rente, et j’espère qu’elle ne passera pas à l’homme », a-t-il déclaré mercredi.

La plupart des souches de grippe aviaire n’infectent pas les humains. Cependant, quatre souches ont suscité des inquiétudes : H5N1 depuis 1997, H7N9 depuis 2013, H5N6 depuis 2014 et H5N8 depuis 2016. M. Lahad a déclaré qu’étant donné que l’on sait peu de choses sur les infections actuelles, la possibilité d’un passage à l’homme doit être prise au sérieux.

Dr Amnon Lahad (Crédit : autorisation d’Amnon Lahad)

Il a précisé qu’un passage à l’homme pourrait se produire après une mutation, mais qu’il est également tout à fait possible que la grippe traverse les différentes espèces sans mutation.

En ce qui concerne le mode de transmission, il est « hautement improbable » que l’homme attrape la grippe aviaire en mangeant du poulet infecté ou des œufs provenant d’un oiseau infecté, a déclaré M. Lahad. En effet, la grippe, comme le coronavirus, pénètre normalement dans l’organisme par les voies respiratoires, et non par l’intestin.

Toutefois, M. Lahad a averti qu’ « il pourrait être transmis par contact avec des oiseaux malades – non pas en les touchant ou en les mangeant, mais plutôt par la même méthode que celle que nous connaissons pour le COVID, à savoir le passage de gouttelettes dans le système respiratoire », a-t-il déclaré.

Il a noté que si l’entrée dans l’organisme pour la grippe se fait par le système respiratoire, les sécrétions peuvent provenir d’autres systèmes. Cela signifie que si des personnes sont infectées, cela peut se produire lorsqu’elles respirent des particules délogées de fientes fraîchement passées, par exemple, si une personne nettoie des fientes et respire de telles particules, a déclaré Lahad.

Mercredi également, le ministère de la Santé a demandé aux Israéliens de prendre des précautions face à l’épidémie de grippe aviaire, exhortant les citoyens à éviter tout contact avec des oiseaux malades ou blessés et à ne pas chasser ces animaux.

En outre, les gens ne doivent acheter des poulets et des œufs que dans des endroits réglementés et munis de tampons d’inspection. Selon le ministère, « il faut veiller à bien cuire les œufs et le poulet, à maintenir l’hygiène et à se laver les mains après tout contact avec la viande ou les œufs. »

Des œufs. Illustration. (Crédit : Wikimedia commons CC BY SA 3.0)

La prévention d’une éventuelle transmission à l’homme est l’un des principes directeurs de la décision du ministère de l’Agriculture d’abattre un nombre considérable d’oiseaux – quelque 700 000 ont été tués au cours des dernières semaines.

L’abattage s’est révélé efficace dans le passé. Par exemple, après la première transmission connue à l’homme à Hong Kong en 1997, avec 18 cas causant six décès, aucun autre cas n’a été enregistré après abattage.

Toutefois, les ornithologues ont souligné que l’abattage ne garantit en aucun cas la fin de l’infection.

« Cet abattage est le maximum que les gens puissent faire, mais rien ne donne de garanties », a déclaré le professeur Yossi Leshem, ornithologue à l’université de Tel Aviv, au Times of Israel. « La grippe peut continuer à se propager parmi les oiseaux, et pourrait se propager aux humains ».

Israël se trouve sur une importante route migratoire et les oiseaux pourraient disséminer la grippe bien au-delà du pays, estiment les experts. La maladie a atteint les fermes israéliennes.

Image d’illustration : Une photographie de l’épidémie de grippe aviaire de 2006 en Israël, avec des travailleurs du ministère de l’Agriculture enterrant les carcasses de dindes mortes au kibboutz En Hashlosha, dans le Néguev occidental. (chameleonseye via iStock by Getty Images)

M. Lahad, président du département de médecine familiale de l’Université hébraïque et chef du district de Jérusalem pour la caisse de santé Clalit, a déclaré que les Israéliens devaient éviter tout contact avec les oiseaux et repousser les visites dans les fermes avec des poulets et autres oiseaux. S’ils ont des chats qui ramènent des oiseaux morts à la maison, a-t-il insisté, ils doivent prendre soin de les éliminer en utilisant des gants et en les manipulant à bout de bras.

M. Lahad a déclaré qu’il était impossible de prédire la probabilité que la grippe aviaire se transmette à l’homme, ou la virulence probable de l’épidémie si c’est le cas, mais il a noté que, par le passé, elle a provoqué de graves maladies. Les vaccins anti-grippaux de cette année ne prévoyant pas de protection spécifique contre la grippe aviaire, il est probable qu’ils n’offrent qu’une couverture minimale.

« La grippe ne se propage pas comme Omicron, mais peut se propager à la vitesse de Delta, or, dans le passé, la grippe aviaire ne s’est pas propagée aussi rapidement. Néanmoins, nous ne voulons pas que cette maladie atteigne l’homme. Nous avons Omicron – nous n’avons vraiment pas besoin d’une autre maladie infectieuse, » a conclu Lahad.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...