Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

La Haute Cour autorise les femmes à occuper des places de « rabbin » dans les organes du Grand Rabbinat

La décision ne va pas jusqu'à imposer la représentation féminine, mais provoque la colère des critiques qui accusent les juges d'une "ingérence" agressive

Le grand rabbin ashkénaze David Lau, à gauche, et le grand rabbin séfarade Yitzhak Yosef assistant à une cérémonie de vente de hametz (nourriture contenant de la levure) à Jaber, un arabe israélien, avant les fêtes de Pessah, à Jérusalem, le 4 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le grand rabbin ashkénaze David Lau, à gauche, et le grand rabbin séfarade Yitzhak Yosef assistant à une cérémonie de vente de hametz (nourriture contenant de la levure) à Jaber, un arabe israélien, avant les fêtes de Pessah, à Jérusalem, le 4 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La Haute Cour de justice a statué dimanche que les femmes peuvent siéger au conseil supérieur du Grand Rabbinat et être « rabbins » au sein de l’assemblée qui élit les grands rabbins d’Israël.

La cour a statué que, dans le contexte de cette assemblée, le terme « rabbin » s’applique non seulement aux titulaires nommés par le Grand Rabbinat orthodoxe, qui ne le confère qu’aux hommes, mais aussi à des individus, y compris des femmes, ayant des connaissances en matière de Torah et de halakha, le code juridique juif, comparables à celles des hommes.

Bien que cela n’annonce que peu de changement à court terme dans la représentation féminine au sein du rabbinat, la décision revêt une importance plus large dans les relations tendues entre l’autorité religieuse conservatrice et ses partisans, et la cour plus libérale et orientée vers la laïcité.

Selon la décision, adoptée par un panel de trois juges avec une opinion dissidente, les femmes et d’autres personnes que le Rabbinat ne reconnaît pas en tant que rabbins peuvent néanmoins être nommés pour occuper la place d’un « rabbin » au sein de l’Assemblée d’élection du Grand Rabbin. Dans les faits, les femmes peuvent désormais également siéger au Conseil supérieur du Grand Rabbinat, un organe de gouvernance composé de 10 rabbins agissant comme instance d’arbitrage ultime dans toutes les questions de halakha et liées au Rabbinat.

Le Conseil ne compte actuellement aucune femme parmi ses membres. Les femmes sont sous-représentées dans l’Assemblée d’élection, mais elles représentent environ 10 % de ses 150 membres, selon un essai de 2021 du Centre Rackman de l’université Bar-Ilan, qui promeut le statut des femmes dans les questions de droit de la famille et qui a déposé la pétition sur laquelle la Haute Cour a statué dimanche.

Selon une loi de 1980, l’assemblée est composée de deux catégories de représentants : les « rabbins », qui sont tous des hommes parce que le terme a été traité comme se rapportant à la définition orthodoxe qui exclut les femmes, et les « représentants publics », qui comprennent toutes les femmes de l’Assemblée. Dans sa pétition, le Centre Rackman a soutenu que les femmes devraient être autorisées à siéger à l’Assemblée non seulement dans la catégorie « représentant public » – qui représente 70 des 150 délégués de l’Assemblée – mais aussi en tant que « rabbins ».

La cour a accédé à cette requête et déclaré que les rôles devraient être ouverts aux femmes. Elle n’a pas ordonné que des femmes soient nommées rabbins à l’Assemblée ou au Conseil. Si la décision rend possible la nomination de femmes à ces organes, il est peu probable que le Rabbinat, profondément conservateur et orthodoxe, fasse de telles nominations dans un futur proche.

La juge Daphné Barak-Erez préside une audience au sein de la Haute Cour de justice à Jérusalem le 13 janvier 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

La juge Daphné Barak-Erez a écrit dans son avis que « la révolution dans les études de la Torah par les femmes signifie qu’aujourd’hui, de nombreuses femmes ont une instruction en Torah comparable à celle des hommes certifiés rabbins. Certaines de ces femmes exercent des fonctions rabbiniques dans leurs communautés. Je crois que l’interprétation du mot ‘rabbins’ devrait refléter cette réalité. »

Barak-Erez a noté qu’une compréhension historiquement archaïque du mot « rabbin » signifie simplement un enseignant.

Le juge à la Cour suprême Isaac Amit à la Cour suprême de Jérusalem, le 28 juillet 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le juge Isaac Amit a également statué en faveur de la requête.

Dans son avis dissident, le juge David Mintz a écrit qu’il rejetait la requête parce que « le point de départ est que cette cour ne porte pas la casquette du Grand Rabbinat, qui détient l’autorité halachique ultime. »

Le Centre Rackman, un groupe féministe orthodoxe, a célébré la décision comme « un développement important ». Kolech a qualifié, dans un communiqué, la décision de « correction nécessaire pour l’État d’Israël, où les étudiantes sont des partenaires à part entière dans la diffusion et la promotion de l’enseignement de la Torah, et il n’y a aucune raison pour qu’elles soient privées de la possibilité d’élire les représentants des fonctionnaires publics occupant une position dont l’essence est l’unité. »

Cependant, des critiques ont dénoncé cette décision comme une ingérence excessive d’une cour qu’ils accusent de violer régulièrement des lois démocratiquement adoptées et d’autres dispositions dans le but d’imposer un programme laïc et libéral.

Ces affirmations sont au cœur du conflit social qui a secoué Israël pendant la majeure partie de l’année 2023 lors de la refonte judiciaire du gouvernement, avant que cette question ne soit reléguée au second plan par l’offensive du Hamas contre Israël le 7 octobre.

« Encore une intervention agressive et une interprétation déformée par la Haute Cour de justice », a écrit Shimon Shmueli, avocat et trésorier du Conseil religieux de Bat Yam sur X (anciennement Twitter) dimanche. « La lettre de la loi dit explicitement, à l’article 7(8), que les nommés sont des ‘rabbins’. Mais ils [les juges de la cour] tordent le livre de loi comme bon leur semble. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.