Rechercher

La police identifie la femme tuée par son mari qui a tenté de se suicider

Des amis ont dit que Michal Sela, une assistance sociale âgée de 32 ans et maman d'une petite fille de 8 mois, "répandait la joie partout où elle allait"

Une photo WhatsApp de Michal Sela, qui a été retrouvée morte, poignardée, à son domicile près de Jérusalem, le 3 octobre 2019.
Une photo WhatsApp de Michal Sela, qui a été retrouvée morte, poignardée, à son domicile près de Jérusalem, le 3 octobre 2019.

La femme poignardée à mort par son mari qui aurait ensuite tenté de mettre fin à ses jours jeudi soir a été identifiée comme étant Michal Sela, âgée de 32 ans.

Tôt vendredi matin, la police a trouvé le corps de Sela dans la maison du couple à Motza, en périphérie de Jérusalem. Elle avait reçu plusieurs coups de couteau.

Selon certaines informations, la police suspecte le mari de Sela d’avoir tué sa femme, avant de tenter de mettre fin à ses jours.

Le meurtre présumé a eu lieu devant la fille de huit mois du couple, qui n’a pas été blessée lors du drame.

Le mari de Sela a été retrouvé gravement blessé sous un porche voisin, où il s’est effondré après avoir passé sa petite fille au couple habitant à côté.

Ils ont déclaré au site d’information Walla qu’il avait du mal à parler à cause des hémorragies et qu’il a bredouillé « Aidez ma femme s’il vous plaît et je viens d’essayer de me suicider », avant de s’évanouir.

Il a été hospitalisé au centre médical Hadassah à Jérusalem dans état critique.

La police a dit qu’il n’y avait pas d’antécédents de violences conjugales dans le couple. Les amis et la famille ont exprimé leur choc au sujet de ce meurtre violent.

« Je n’arrive toujours pas à croire ce qui s’est produit… Michal était pleine de lumière, elle répandait la joie partout où elle allait », a déclaré son frère Avihu au site d’information Walla.

Sela a aussi été saluée pour sa carrière en tant qu’assistante sociale. Elle travaillait dans un centre pour jeunes à risque de Jérusalem.

« Michal pensait toujours que même un seul sourire pourrait changer le monde entier d’une personne… une partie de mon âme m’a été enlevée et je ne la récupérerais jamais », a déclaré Noga, la sœur de Sela, à Walla.

Sela laisse derrière elle ses parents et trois frères et sœurs. Elle sera enterré vendredi après-midi dans sa ville d’origine de Beit Zayit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...