« La science vaincra »: au cœur de la recherche d’un traitement contre le COVID-19
Rechercher

« La science vaincra »: au cœur de la recherche d’un traitement contre le COVID-19

Les laboratoires du monde entier testent 6 125 molécules contre la vingtaine de protéines du Covid-19 ; un chercheur de l'Université hébraïque nous a invités dans un de ces labo

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Le professeur Isaiah (Shy) Arkin dans son laboratoire à l'Université hébraïque de Jérusalem, le 29 mars 2020 (Equipe du Times of Israel)
Le professeur Isaiah (Shy) Arkin dans son laboratoire à l'Université hébraïque de Jérusalem, le 29 mars 2020 (Equipe du Times of Israel)

Dans un petit laboratoire du campus Givat Ram de l’Université hébraïque de Jérusalem, le professeur Shy Arkin et son équipe de trois personnes « projettent des produits chimiques » sur certaines des protéines qui constituent le coronavirus, en espérant qu’une ou plusieurs d’entre elles tiendront.

Ou du moins, c’est le genre de langage non scientifique que Shy Arkin utilise pour décrire les recherches frénétiques qui se déroulent dans ses laboratoires et dans des milliers d’autres à travers le monde, dans le cadre de la bataille visant à contrer la pandémie qui a progressivement mis à mal une grande partie des interactions humaines.

Quel que soit l’environnement contraignant dans lequel cet article vous trouvera, vous serez donc heureux d’entendre qu’il est optimiste. Le virus, reconnaît le scientifique, est particulièrement dévastateur chez les personnes âgées et les autres catégories de population à haut risque. Mais la distanciation sociale est une mesure provisoire au moins partiellement efficace, qui permet de gagner du temps pour que la communauté scientifique trouve une véritable solution. Et cette solution, il en est convaincu, verra le jour.

Shy Arkin fait partie des scientifiques qui estiment avoir une certaine avance dans la compétition pour arrêter la pandémie, ayant passé près de deux décennies à étudier les composants de la grippe et du SRAS 1, le « prédécesseur remarquablement similaire » de l’actuel Covid-19, qui a tué 774 personnes en 2002-2003. Et il affirme qu’au moins une partie de la vingtaine de composants du Covid-19 est constituée de protéines connues pour être « médicamenteuses » – que les scientifiques ont réussi à inhiber.

La course particulière dans laquelle son laboratoire et tous les milliers d’autres sont frénétiquement engagés consiste à tester quelque 6 000 produits chimiques – des médicaments déjà approuvés comme non toxiques pour l’homme – contre les composés constitutifs du virus : « On lui lance des produits chimiques… Si l’un des produits chimiques inhibe un composant, et que ce composant est crucial pour le virus, le produit chimique est immédiatement un médicament antiviral potentiel. »

Cela semble simple ? Eh bien, oui et non, comme tente de le montrer cette interview.

Elle s’est déroulée dimanche, d’abord dans le bureau du chercheur, puis, brièvement, dans son petit laboratoire – l’un des rares endroits du campus universitaire encore en activité. Nous avons gardé les deux mètres de distance obligatoire pendant que nous parlions – une tâche qui est devenue légèrement plus difficile lorsque nous sommes entrés dans le laboratoire, et que deux membres de son équipe m’ont montré une partie du processus de test.

Le professeur Isaiah (Shy) Arkin dans son laboratoire à l’Université hébraïque de Jérusalem, le 29 mars 2020 (Equipe du Times of Israel)

Le Times of Israel : Alors, comment se passe la recherche d’un traitement contre le coronavirus ?

Prof. Shy Arkin : Nous travaillons de façon frénétique. Nous sommes une petite équipe et nous utilisons des produits chimiques contre un composant du virus que nous avons identifié il y a de nombreuses années.

Des produits chimiques ?

Au moyen d’un test – un test pour voir si la protéine du virus est fonctionnelle. On y jette des produits chimiques. Si l’un de ces produits chimiques inhibe un composant, il s’agit immédiatement d’un médicament antiviral potentiel.

Combien de composants y a-t-il dans le virus ?

Environ une vingtaine. Un virus en compte généralement entre une et deux dizaines. Ils ne sont pas tous « médicamento-compatible ». Le composant sur lequel nous nous concentrons appartient à une famille de protéines qui sont médicamento-compatible, que les scientifiques ont inhibées.

Et si vous pouvez l’inhiber dans le Covid-19 ?

Il faut s’assurer qu’il est crucial pour le virus. Si la réponse est oui, alors très bien. Les laboratoires du monde entier ciblent les quelque deux dizaines de composants.

La grippe est plus simple ; elle en compte une dizaine, et le Tamiflu [le vaccin anti-grippal] inhibe l’une des protéines et arrête la grippe. Dans le cas du VIH, comme le virus mute, ils lui administrent plusieurs médicaments différents en même temps – le fameux cocktail, qui inhibe plusieurs composants différents, de sorte que la probabilité que le virus échappe à chacun d’entre eux en même temps est extrêmement faible.

Mais le Covid-19 est plus simple et plus direct, théoriquement ? Il ne mute pas ?

Il existe des variantes de ce virus, mais il ne mute pas aussi rapidement que le VIH, pour autant que nous le sachions.

Que pouvez-vous dire sur la nature des produits chimiques que vous lui envoyez ?

Ce que nous essayons de faire – et encore une fois, j’espère et je prévois que d’autres le feront – c’est d’essayer de reconvertir les médicaments. Car même si aujourd’hui, en ce moment même, je trouve un tout nouveau produit chimique qui inhibe le virus, il faudra attendre longtemps avant qu’il puisse être utilisé chez l’homme. La reconversion réduit ce laps de temps de façon étonnante [à presque zéro]. Votre médecin vous dit en gros de prendre ça. Il vous le prescrira pour, je ne sais pas, la perte de cheveux, et vous le prendrez. Hors cible, hors étiquette. C’est fait tout le temps.

Comprimés de chloroquine. (Autorisation)

La chloroquine n’a jamais été testée contre un coronavirus du SRAS. Et pourtant, elle est déjà utilisée. Parce que, encore une fois, c’est un médicament reconverti. Nous connaissons les effets secondaires négatifs de la chloroquine, et nous pouvons donc l’utiliser contre [le virus].

Il a été utilisé avec un succès convaincant ?

La communauté médicale, je pense, n’est pas encore convaincue.

OK. Vous sélectionnez donc des produits chimiques à projeter sur ces protéines ?

Exactement.

N’oubliez pas que vous vous adressez à un profane complet qui écrit principalement pour des non-experts. Cela semble donc très simple.

C’est exact.

A moins qu’il n’y ait des milliards de produits chimiques.

Non, non, il y en a environ 6 000 qui sont des médicaments approuvés ou qui ont au moins passé le stade de ce que l’on appelle la phase 1.

La phase 1 signifie essentiellement non toxique. Les phases 2 et 3 signifient efficace. Mais en termes de tests ou de reconversion, je ne me soucie pas de savoir si un médicament est efficace contre, par exemple, la chute des cheveux [ou d’autres objectifs initialement prévus]. Tant qu’il n’est pas toxique, je peux l’utiliser.

Shy Arkin tourne son écran d’ordinateur vers moi et me montre un site web.

Voici la plate-forme de reconversion des médicaments : il existe 6 125 composés uniques.

Et quelle est la difficulté de « jeter un produit chimique sur une protéine » ?

Cela dépend de la réussite et de la simplicité de votre essai. Je peux vous dire que nous avons déjà testé environ 300 produits chimiques. Et nous en avons trouvé deux ou trois – ils ne sont pas satisfaisants. Donc ils fonctionnent, mais ils ne sont pas parfaits. Nous voulons qu’ils soient meilleurs.

Mais j’imagine que si sur 300 nous en trouvons deux ou trois qui sont quelque peu prometteurs, alors sur les 6 000, nous et les laboratoires du monde entier pourrions trouver ceux qui sont meilleurs.

Nous avons déjà testé environ 300 produits chimiques. Et nous en avons trouvé deux ou trois – ils ne sont pas satisfaisants. Ils fonctionnent donc, mais ils ne sont pas parfaits. Nous voulons qu’ils soient meilleurs

Les deux ou trois que vous avez trouvés jusqu’à présent, une fois que vous les avez testés et qu’ils ne sont que « non satisfaisants », cela signifie qu’ils ne sont pas pertinents ? Ou, si je devais mourir de cette maladie, vous diriez, hé, prenez ça ?

Le dernier élément qui manque à notre recherche – et aussi, j’imagine, à un grand nombre d’autres laboratoires dans le monde, chacun prenant son composant, dans son essai particulier – est d’essayer cela sur le vrai virus, soit un modèle animal, soit une culture de tissu. Nous ne pouvons pas le faire ici.

Il faut un laboratoire de biosécurité capable de manipuler ce virus. En Israël, il n’y en a qu’un, nos bons amis de Ness Siona. En anglais, il s’appelle IIBR – Israel Institute for Biological Research, [Institut israélien de recherche biologique].

Ce qu’ils doivent faire, c’est lancer [le médicament] sur un modèle animal, dont je ne sais pas encore s’ils en ont un, ou sur une culture de tissu, une culture de tissu humain, sur laquelle le virus vit en quelque sorte. Et ensuite, voir si cela l’inhibe.

Vous avez deux ou trois médicaments que vous ne pensez pas qu’il vaille la peine d’envoyer à Ness Ziona pour l’instant ?

Ils sont dans une phase de doute. Ils ne sont pas parfaits, mais il est difficile de savoir. Nous avons des indications initiales ; les résultats éventuels pourraient être meilleurs ou pires.

La structure hiérarchique fonctionne-t-elle ? Si vous tombez sur quelque chose que vous pensez capable de faire une différence, vous l’envoyez à Ness Ziona ?

Absolument.

Qui sont vraisemblablement déjà inondés de demandes ?

C’est exact. Ce qui, soit dit en passant, est une bonne chose. Cela signifie qu’ils essaient activement différentes solutions.

Ces 6 125 composés uniques – on aurait pu penser que des semaines, voire des mois, après cette crise virale, ils auraient tous été jetés sur les quelque 24 composants du virus, étant donné la puissance de la science américaine, par exemple … ?

Eh bien, nous ne sommes pas à des mois de cela. Mettre au point un tout nouveau test pour une protéine particulière n’est pas si rapide.

Nous avons mis au point un test qui permet de passer au crible un grand nombre de produits chimiques. C’est ce que nous faisons depuis une vingtaine d’années : étudier un parent très proche de ce virus particulier et d’autres virus similaires

Le test n’est donc pas simple ? Vous avez donné un terme très profane : « jeter » sur la protéine. Mais en fait, c’est beaucoup plus compliqué… ?

Dans une éprouvette, vous faites une expérience, dont vous obtenez un résultat. Le résultat : Peut-être que le bleu fonctionne, mais pas le rouge. Et puis vous y mettez un produit chimique. Un de ces quelque 6 000 produits chimiques. Et puis vous voyez, oh, est-ce que ma solution passe du bleu au rouge ?

Concevoir cette éprouvette particulière, ce test, n’est pas trivial.

Et vous avez réussi à mettre au point des tests pour 300 substances chimiques.

Nous en avons essayé 300 sur un seul composant.

Nous avons mis au point un test qui permet de passer au crible un grand nombre de produits chimiques. C’est ce que nous faisons depuis une vingtaine d’années : étudier un parent très proche de ce virus particulier et d’autres virus similaires.

Vous ne repartez pas de zéro 6 125 fois. Vous avez un test, un essai, qui vous permet de…

Si ces 6 125 substances étaient là, sur mon étagère, nous pourrions tous les examiner.

Pourquoi ne sont-ils pas ici sur votre étagère ?

Parce qu’ils n’avaient pas de raison d’être sur mon étagère avant le début du mois de mars. En ce moment, à part diriger la recherche et le groupe, ce que je fais, c’est écrire des demandes de subventions comme un fou, en essayant d’obtenir de l’argent pour financer cette opération.

Donc, si vous dirigiez le monde et que vous claquiez des doigts, vous seriez à la tête d’une banque de ces 6 125 produits chimiques, avec un test vous permettant de les lancer tous sur l’une des 20 protéines de ce virus.

Exact.

Combien de temps cela vous prendrait-il ?

Probablement deux mois.

Et les indices jusqu’à présent vous suggèrent que quelque part dans ces 6 125, il y aura quelque chose qui fonctionnera assez efficacement.

C’est une hypothèse raisonnable.

Le problème est que la recherche dans le monde entier ne fonctionne pas de cette façon… Les gens ne financent pas des recherches qui ne sont pas considérées comme essentielles au départ. Il y a donc un certain décalage.

Un professionnel du Magen David Adom portant des vêtements de protection à titre préventif contre le coronavirus, teste un patient présentant des symptômes de coronavirus, à Jérusalem, le 28 mars 2020. (Yossi Zamir/Flash90)

Lequel, vraisemblablement après ces quelques semaines, commence à se résorber ?

Oui, je suis très heureux de voir que pratiquement toutes les agences en Israël disent instantanément : « Écoutez, donnez-nous juste quelques détails, et nous vous fournirons très rapidement des fonds.

J’ai été étonné par la générosité continue des Amis de l’Université hébraïque, qui m’ont contacté directement et m’ont dit en gros : Shy, de combien avez-vous besoin ? Nous vous l’enverrons. Les gens disent que c’est un danger réel et immédiat. Tout le monde essaie de s’y mettre.

Au téléphone, il y a quelques semaines, vous étiez sceptique quant à certaines des évaluations du danger, car inutilement alarmistes.

C’est exact. Je maintiens ma prédiction : Cela ne va pas tuer des millions de personnes dans le monde.

Sur le même sujet : Le COVID-19 ne fera pas des millions de morts – Scientifique israélien

Mais ne risque-t-il pas de toucher des millions de personnes si nous ne gardons pas tous nos distances, en particulier avec les personnes âgées ?

Bien sûr, mais si vous avez une solution contre quelque chose… Une angine à streptocoques entraînerait une morbidité et une mortalité énormes si nous ne prenions pas d’antibiotiques. Il y a donc des choses à faire [pour réduire considérablement l’impact]. Beaucoup d’entre elles sont très désagréables. Je veux dire, nous voulons tous célébrer le Seder de Pessah. Mais regardez simplement l’exemple de ce qui se passe en Chine, où un cinquième de la population mondiale [a été confiné]. Le nombre de nouveaux cas a diminué.

Regardez le site de Johns Hopkins. L’Espagne fait bien pire. Mais si vous regardez l’Italie, qui avait un taux de mortalité terrible, le nombre de nouveaux cas chaque jour n’est pas si différent. Ils sont hors des chiffres exponentiels. Il est évident que les décès que vous voyez aujourd’hui sont dus aux contaminations d’il y a trois ou quatre semaines. Mais que verrons-nous dans trois autres semaines ? Un plateau.

Le nombre de nouveaux cas en Italie plafonne ?

Le nombre de nouveaux cas est à peu près le même chaque jour. Il est sous contrôle. Vous verrez plus de décès parce qu’ils ont complètement saturé leur système de soins de santé. Mais pour mettre fin à une croissance continue, il faut réduire le nombre de contaminations. La distanciation sociale fait le travail.

La distanciation sociale permet à la communauté médicale de gagner du temps, elle travaille frénétiquement à la recherche de solutions. Et je suis absolument certain qu’elle y arrivera.

Vous avez l’air scientifique et rigoureux, mais la distanciation sociale est une méthode radicale ! En gros, nous avons paralysé une grande partie de la société. Nous sommes dans une situation assez atypique.

Très atypique ! Il serait plus correct de dire : jamais vécu auparavant.

Un membre de l’équipe médicale de l’hôpital Barzilay, dans la ville d’Ashkelon, au sud d’Israël, portant un équipement de protection, manipule un échantillon de coronavirus, le 29 mars 2020. (Flash90)

Ce que nous faisons en ce moment, c’est gagner du temps pour la communauté médicale, qui travaille frénétiquement pour trouver des solutions. Et je suis absolument certain qu’elle y arrivera. Je ne dis pas que mon groupe le fera. Mais l’un des très nombreux groupes de ce type dans le monde le fera.

Des milliers ?

Des milliers… Ils trouveront des solutions.

Est-ce là un avant-goût de ce qui nous attend ? Cette pandémie signifie-t-elle que l’humanité est entrée dans une nouvelle ère où nous allons être frappés par ce genre de virus plus souvent, ou peut-être pire ?

Il faut espérer qu’il s’agit là d’un signal d’alarme. Il est assez incroyable que nous ayons eu une répétition pour le COVID-19 [avec le SRAS]. Nous l’avons eue en 2003.

Et les efforts déployés par l’Occident pour y remédier ont été pratiquement nuls.

Parce qu’il n’a tué « que » quelque 700 personnes, alors tout le monde a cessé d’essayer ?

Il a disparu. Il faut savoir que la communauté scientifique met un peu de temps à réagir à quelque chose de tout nouveau. Et le temps que les gens commencent à dire : « Je vais mettre de côté le travail que je fais habituellement, je vais me concentrer sur le [SRAS] », la maladie avait disparu. Elle n’a pas vraiment causé beaucoup de dégâts en Occident. La complaisance est le meilleur mot pour décrire la réponse.

Et la leçon que nous devrions en tirer est… ?

Les départements de virologie ne doivent pas disparaître. Et je ne parle pas en tant que virologiste. Je suis biochimiste et j’étudie les composants spécifiques des virus.

Mais, encore une fois, le fait que nous ayons eu le SRAS 1 il y a 17-18 ans et que nous ayons maintenant le SRAS 2 signifie-t-il que nous devrions nous préparer au pire, ou est-ce une bizarrerie ? Est-ce que cela se produit depuis des siècles et que la science ne l’a jamais reconnu comme tel ? Les gens mourraient en grand nombre…

Non, je ne pense pas. Nous avons eu des épidémies dans le passé. Chaque année, nous avons une épidémie de grippe qui entraîne une mortalité importante. Mais c’est une épidémie que nous savons prévoir à l’avance. Ainsi, aux États-Unis, par exemple, vous dites : « OK, nous allons avoir 60 000 décès aux États-Unis à cause de la grippe cette année. Nous avons appris à vivre avec cela. Ce ne sera pas beaucoup plus. Et malheureusement, ce ne sera probablement pas beaucoup moins. Mais nous savons ce qu’il en résultera. Le problème, c’est que nous ne connaissons pas le résultat.

Je ne veux pas utiliser le terme « chanceux » pour désigner la situation dans laquelle nous étions auparavant. Mais, les pandémies arrivent de temps en temps. C’est vrai. Ce qu’il faut faire, c’est s’assurer d’être préparé

En aurons-nous d’autres ? La réponse est absolument oui, mais nous ne savons pas quand. Il y a donc eu Ebola, il y a eu Zika, il y a eu la grippe porcine. Tout cela n’a pas vraiment affecté l’Occident de manière spectaculaire. Ils n’étaient pas terrifiants. Cette chose l’est.

Je ne veux pas utiliser le terme « chanceux » pour désigner la situation dans laquelle nous étions auparavant. Mais, les pandémies arrivent de temps en temps. C’est vrai. Ce qu’il faut faire, c’est s’assurer d’être préparé.

Ce qui signifie que l’on doit investir dans la science qui nous aidera à les aborder plus rapidement ?

Je vais vous donner un exemple très simple. Si vous écriviez une demande de subvention avant décembre 2019 à n’importe quel organisme de financement de la recherche, et que vous leur disiez : « Je veux étudier le coronavirus », les gens vous demanderaient : « Pourquoi voudriez-vous étudier une famille de virus qui infecte surtout les animaux ? Pourquoi ne pas aller de l’avant et étudier, disons, le virus de l’hépatite C ou de l’hépatite B ou le VIH ou la grippe ? ».

Vous pourriez au moins vous armer d’une réponse : « Eh bien, vous souvenez-vous de ce qui s’est passé en 2002-2003 avec le SRAS ? ». Mais si vous n’aviez même pas ça, vous savez, les gens se moqueraient de vous. Ils se moqueraient simplement de vous.

Eh bien, ils ne riraient probablement pas aujourd’hui.

En ce moment, ce ne serait pas le cas. Je dirais donc qu’il faut veiller à mieux cartographier les virus qui infectent les animaux et qui peuvent nous sauter dessus – à savoir les mammifères et les oiseaux.

Existe-t-il en ce moment d’autres virus que nous n’examinons pas, parce qu’ils n’ont jamais fait ce saut, qui pourraient le faire, et qui pourraient être aussi dévastateurs ou pires que celui-ci ?

Il pourrait y en avoir. Les virus sont si nombreux que nous n’avons pas encore déterminé combien il y en a. Les coronavirus étaient un bon pari [pour faire le saut et exiger plus d’attention scientifique] parce qu’ils nous ont montré qu’ils en étaient capables à deux reprises déjà – avec le SRAS et le MERS – et parce qu’ils provoquent beaucoup de mortalité et de morbidité chez les animaux que nous connaissons bien.

Si nous essayons de prendre du recul, et étant donné que nous ne voulons pas submerger nos services de santé et que les gouvernements ne veulent pas y investir plus d’argent, ne devrait-il pas être illégal de fumer, par exemple ? La grande crise ici, c’est qu’il n’y aura pas assez de respirateurs s’il frappe vraiment fort. Mais un demi-million de personnes meurent chaque année en Amérique de maladies liées au tabagisme. Nous voyons l’hystérie que suscite ce virus inconnu, par opposition à l’indifférence face à un vaste tueur connu.

C’est la différence entre le danger que vous connaissez et l’inconnu.

A woman smokes a cigarette outside a cafe. Israel took another step towards becoming smoke-free when strict regulations came into effect that limit smoking in public places. (photo credit: Nati Shohat/Flash90)
Photo illustrative d’une femme fumant une cigarette à l’extérieur d’un café israélien. (Nati Shohat/Flash90)

Je suis tout à fait d’accord : le fait que fumer soit toujours légal – ou le fait que la police puisse incarcérer une personne en état d’ébriété et la laisser juste, vous savez, laisser la gueule de bois se dissiper et la relâcher – à mon avis, c’est ridicule.

Le tabagisme fait baisser presque tous les paramètres de santé dont vous disposez. Votre probabilité de faire une crise cardiaque, votre probabilité d’avoir « juste une maladie », augmente lorsque vous fumez. Les conséquences financières sur le système de santé sont incroyables.

La question de savoir pourquoi ce virus nous terrifie tellement plus que la cigarette – même si la cigarette, vous avez tout à fait raison de le dire, tue plus de gens par an que ce virus finira probablement par en tuer – relève davantage de la psychologie que de la biochimie. Le tabagisme tue sur une très longue période. Dès que vous fumez, vous ne vous exposez pas instantanément au risque d’aller en soins intensifs, alors que cette chose présente ce risque. Et si le tabagisme passif est contaminant d’une certaine manière, ce truc l’est bien plus encore.

D’accord. Maintenant, que pouvez-vous me montrer sur votre travail de test actuel ?

Je peux vous montrer les robots. Nous ne prenons pas chacun de ces produits chimiques pour les mettre dans des pipettes individuellement, et nous ne surveillons pas chaque éprouvette parce que, premièrement, cela prend beaucoup de temps. Mais pire encore, ce n’est pas fiable à cause de l’erreur humaine ; nous faisons des erreurs. Donc tout ce que nous essayons de faire, nous essayons de le faire en plusieurs fois, afin d’obtenir de bonnes statistiques.

Donc, venez voir les robots. Le robot est essentiellement un système sophistiqué de manipulation des liquides. Il prend une éprouvette ici, et il prend les solutions A, B, C et D, et les mélange dans les proportions que vous avez programmées. Il peut ensuite contrôler ce qui se passe dans cette éprouvette. C’est ce que je peux vous montrer. Et c’est très courant.

C’est ce qui se passe actuellement dans des milliers de laboratoires à travers le monde ?

C’est exact.

En essayant de jeter les 6 125 médicaments sur les deux dizaines de composants du virus ?

Oui, et de nombreuses industries pharmaceutiques ont de meilleures bibliothèques [de produits chimiques]. Je suis vraiment convaincu que la communauté scientifique sera capable de maîtriser cela. Parce qu’il n’y a aucune raison de penser à l’avance, quand on regarde le virus, que ce sera une cible très difficile – contrairement au VIH. D’autant plus que nous avons pu développer un vaccin [pour les animaux] contre d’autres membres de cette famille [de coronavirus]. Alors pourquoi pas celui-ci ? Ce ne sera pas la fin de l’humanité.

Mais ce que je ne peux pas concevoir, ce sont les gens qui disent : « Oh, vous savez, laissons tout le monde obtenir une immunité collective. Et bien sûr, tous ceux qui ont plus de 80 ans, vous savez, que pouvons-nous faire ? C’est dur. Ils ont vécu leur vie ». C’est complètement fou.

Shy Arkin me conduit dans le couloir menant à son laboratoire et me présente à son équipe.

Voici le Dr Prabhat Tomar. Voici Ariella Shalev. C’est Prabhat qui commande le robot.

Shy Arkin montre quelques rectangles plats gris foncé un peu plus grands que des cartes de jeux : ce sont les plaques où chacun de ces tests est effectué. C’est ce qu’on appelle une plaque 96 puits. Chacun de ces puits est une éprouvette à lui seul. Et nous pouvons en faire fonctionner huit simultanément. Donc, huit fois 96 – un bon nombre de tests que vous effectuez simultanément.

Nous surveillons l’absorption – c’est la couleur de chacun de ces puits – dans cette machine, ici. Et si vous pouvez juste vous déplacer là-bas, vous pouvez voir à quoi cela ressemble.

Le directeur du laboratoire me conduit à la machine présente sur la photo ci-dessous :

Le Dr. Prabhat Tomar prépare un test dans le laboratoire du Prof. Shy Arkin à l’Université hébraïque de Jérusalem, le 29 mars 2020. (Equipe du Times of Israel)

Combien de temps dure ce processus ?

Quelques heures.

Normalement, Prabhat planifie une expérience et installe ensuite une, deux ou trois de ces plaques et nous revenons le lendemain, et c’est fait. L’industrie pharmaceutique dispose probablement de machines qui peuvent faire beaucoup plus.

Ariella Shalev au travail dans le laboratoire du professeur Shy Arkin à l’Université hébraïque de Jérusalem, le 29 mars 2020. (Equipe du Times of Israel)

Et jusqu’à présent, il y en a deux ou trois qui sont quelque peu encourageants ?

Oui, deux ou trois ont été quelque peu encourageants.

Shy Arkin me raccompagne à la sortie du bâtiment, dont les bureaux sont presque tous fermés.

« Si vous faites de grandes découvertes, faites-le-moi savoir », lui ai-je alors demandé.

« Je le ferai », a-t-il promis, avant de retourner à ses recherches.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...