Le COVID-19 ne fera pas des millions de morts – Scientifique israélien
Rechercher
Interview

Le COVID-19 ne fera pas des millions de morts – Scientifique israélien

Le coronavirus est "identique à 80 %" au SRAS de 2002-2003, selon le Prof. Shy Arkin. En général, il ne provoque qu'une légère infection respiratoire. Sauf pour les personnes âgées

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Cette image de microscope électronique en transmission montre le SRAS-CoV-2, le virus qui provoque la COVID-19, isolé chez un patient aux États-Unis, émergeant de la surface des cellules cultivées en laboratoire. (NIAID-RML / Wikipedia)
Cette image de microscope électronique en transmission montre le SRAS-CoV-2, le virus qui provoque la COVID-19, isolé chez un patient aux États-Unis, émergeant de la surface des cellules cultivées en laboratoire. (NIAID-RML / Wikipedia)

Isaiah (Shy) Arkin est professeur de biochimie structurelle à l’Université hébraïque de Jérusalem, dont les recherches, entre autres réalisations, ont permis de jeter un nouvel éclairage sur le fonctionnement interne des virus. Le Times of Israel l’a contacté pour essayer de mieux comprendre le coronavirus, comment il se compare aux autres virus, comment sa propagation pourrait s’arrêter ou être stoppée, et à quel point l’humanité devrait s’en inquiéter.

Il a insisté sur le fait qu’il n’avait pas toutes les réponses à nos questions.

Le Times of Israel : Tout d’abord, expliquez-moi quelle est votre expertise en ce qui concerne la crise actuelle du coronavirus.

Prof. Shy Arkin : Ok, alors laissez-moi d’abord vous dire que je ne suis pas un médecin, ni un épidémiologiste, et que je ne suis peut-être même pas considéré comme un virologue en soi. Que suis-je alors ? Je suis biochimiste et ce que j’étudie, ce sont les mécanismes par lesquels les virus régulent leur salinité et leur acidité. Je suis donc un expert moléculaire sur plusieurs différentes parties des virus.

Les deux virus de base que nous étudions depuis près de deux décennies sont la grippe et le SRAS. Nous avons caractérisé plusieurs composants importants de ces virus.

Prof. Isaiah (Shy) Arkin. (Autorisation)

Et à notre grande surprise, ce nouveau virus, qui est maintenant appelé SARS Coronavirus 2, est incroyablement similaire au SARS Coronavirus 1, qui était responsable de l’épidémie de SRAS en 2002-2003 [qui a tué 774 personnes dans le monde].

Nous pouvons maintenant exploiter toute l’expertise et les connaissances que nous avions, pour essayer de trouver des inhibiteurs à ce virus, ce qui est précisément ce que nous faisons.

Nous essayons donc de trouver des inhibiteurs. Quel est le rapport avec ce que l’on nous dit également, à savoir qu’un vaccin est probablement prévu dans un an ?

D’accord. Prenons donc un peu de recul et posons-nous la question suivante : Comment traiter les virus ?

Il existe deux voies communes et une voie un peu moins commune, autre que les simples soins de soutien.

La voie la plus courante est la vaccination. Il faut du temps pour mettre au point un vaccin.

Je pense qu’il est juste de dire que les efforts qui sont actuellement en cours dans le monde entier sont les plus rapides jamais entrepris. Mais il est encore très, très irréaliste d’affirmer que nous disposerons d’un vaccin dans les prochains mois. Cela prend simplement plus de temps que cela, pour diverses raisons.

A LIRE : Un vaccin contre des virus dont le COVID-19 en cours de développement en Israël

Une autre voie que les gens empruntent, et c’est la voie que j’emprunte, consiste à examiner les médicaments qui inhibent les virus. Il existe par exemple des médicaments très efficaces contre le VIH, l’agent responsable du sida. Il n’existe pas de vaccins contre le sida. Il y a des médicaments assez efficaces contre l’hépatite C. Il n’y a pas de vaccins contre l’hépatite C.

Certains virus ont les deux. La grippe a des médicaments – vous avez peut-être entendu parler du Tamiflu – et bien sûr, tout le monde connaît les vaccins antigrippaux. Il y a donc des virus pour lesquels vous pouvez utiliser telle ou telle méthode.

La dernière méthode, que nous ne suivons pas, qui n’est pas aussi courante, est un antisérum. C’est le genre de chose qui fait que lorsque vous êtes mordu par un serpent, vous vous précipitez à la clinique et ensuite ce qu’ils vous donnent en gros, ce sont des anticorps que quelqu’un d’autre a généré pour vous. Souvent, il s’agit d’un gros animal comme un cheval ou ce genre de choses. Lors de la première épidémie de SRAS en 2003, les gens ont essayé cela dans une certaine mesure. Ils ont littéralement pris des anticorps ou du sérum du sang d’une personne qui s’était remise de cette maladie, et l’ont donné à une personne qui était actuellement malade. Ils l’ont fait quelques dizaines de fois, si je ne me trompe pas. Mais ce n’est pas une voie très courante.

Parmi les deux voies principales – celle sur laquelle vous faites des recherches (les médicaments) et le vaccin, laquelle, selon vous, arrivera en premier ?

Très difficile à dire. Tout dépend de la suite. Si ce que nous faisons, c’est que nous identifions dans notre laboratoire un produit chimique tout neuf, un produit chimique qui n’a pas été approuvé pour l’utilisation chez l’homme – alors il est question d’une longue période, de plusieurs années. Et la raison en est que vous devez examiner la toxicologie de ce produit. Et ce n’est pas une chose très simple à faire.

Cependant, ce qui est beaucoup plus courant aujourd’hui, c’est le processus de ce que l’on appelle la réaffectation. La réaffectation signifie que l’on prend un médicament approuvé pour une maladie, puis qu’on l’utilise soudainement contre cette maladie. Il existe des centaines, voire des milliers, de médicaments dont l’utilisation chez l’homme a été approuvée pour lutter contre différentes maladies.

Si quelque chose a été approuvé, cela signifie que sa toxicologie a été caractérisée. Et peu importe que le médicament que vous prenez soit contre une maladie du foie, la calvitie ou l’hypertension. La toxicologie est la toxicologie. Donc si vous découvrez soudainement que ce produit chimique est également efficace contre le COVID-19, alors nous pourrions l’utiliser – et nous pourrions ainsi éviter une énorme quantité de travail nécessaire pour les essais cliniques. Il faudra un peu de réglementation, mais c’est beaucoup plus rapide.

Si un vaccin est prévu dans un an, et que l’approche médicamenteuse pourrait être plus rapide ou plus lente, le pire scénario que le monde entier envisage est qu’un an s’écoule avant qu’il y ait une sorte de traitement. N’est-ce pas ?

Non ! Le pire scénario est que nous ne trouvions jamais rien.

Il est plausible de ne pas trouver un vaccin dans un délai assez court ?

Nous sommes tous conscients de l’énorme mortalité et morbidité que le SIDA a imposé à l’humanité. Pourtant, nous n’avons pas de vaccin.

L’hépatite C est un énorme problème. Nous n’avons pas de vaccin.

Si vous recherchez le meilleur scénario possible, c’est quelque chose qui dépasse les quelques mois. Je resterai très vague. Je ne veux pas dire six mois parce que les gens ont tendance à accorder beaucoup d’importance : « Oh, un professeur a dit ça. Ce doit être vrai ». Et nous savons tous que ce n’est pas nécessairement le cas.

Je dirais qu’il est extrêmement optimiste de dire quelques mois. Un an n’est pas irréaliste.

Cependant, il se peut aussi que ce soit jamais. Parce que ce sont des virus… Nous n’avons pas de vaccin contre le SRAS. De 2000 à 2003. Maintenant, je ne sais pas nécessairement si c’est parce que les gens ont perdu tout intérêt, parce qu’aucun cas de SRAS n’a été signalé depuis 2003 jusqu’à aujourd’hui. Il n’y a donc pas d’intérêt.

Mais c’est parce que nous avons trouvé des médicaments pour le soigner.

Non. Il n’y a absolument rien pour traiter un coronavirus. Il existe des vaccins contre les coronavirus qui affectent les animaux mais pas contre les coronavirus qui affectent les humains.

Le SRAS a donc disparu de lui-même ?

C’est exact.

Le SRAS 1 ?

Utilisons un petit, tout petit, bout de la nomenclature : Le sida est la maladie ; le VIH est le virus qui provoque la maladie. Le SRAS est la maladie ; le SARS Coronavirus-1 est le virus qui cause la maladie. La maladie actuelle est appelée COVID-19 et le virus est appelé SARS Coronavirus-2.

Et nous n’avons jamais trouvé de remède pour le SARS Coronavirus-1 ?

Ou tout autre coronavirus humain d’ailleurs. Nous connaissons les coronavirus depuis longtemps. Ils provoquent normalement de légers rhumes chez l’homme. Ce n’est pas l’élément principal qui cause le rhume ; l’élément principal est un autre virus, appelé rhinovirus, le rhinocéros du nez. Mais les coronavirus provoquent clairement de légères infections des voies respiratoires.

Chez le bétail et les oiseaux, ils présentent une morbidité importante. Donc, si vous êtes agriculteur, ces choses vous gênent beaucoup. Mais pour les humains, elles n’ont pas été un problème. Là encore, il existe des vaccins contre certains coronavirus qui touchent les animaux.

On craint que ce virus soit d’un autre ordre. Et vous dites qu’il n’y a aucune garantie qu’un vaccin ou des médicaments soient trouvés ?

C’est exact.

Cela semble apocalyptique.

Non, pas du tout. Je ne veux pas provoquer de panique. Donc, tout d’abord, le nouveau virus est très, très similaire à celui que la communauté des chercheurs a trouvé en 2002-2003. La chose qui a causé le SRAS en 2002-2003 est très, très similaire – comme je l’ai dit, identique à 80 % – à la chose qui cause le COVID-19. Ce n’est donc pas comme si cela sortait de nulle part.

Cela dit, à l’heure actuelle, puisque nous n’avons ni médicaments ni vaccins et que rien ne se profile à l’horizon immédiat, si vous vouliez être certain, si vous étiez agent d’assurance, vous pourriez clairement dire que nous n’avons aucune assurance avec la certitude que nous allons produire un vaccin ou un médicament.

Cela ne va pas tuer l’humanité. C’est une maladie qui touche principalement les personnes âgées, et non pas que l’on ne se soucie pas des personnes âgées. Mais pour les personnes qui ne sont pas classées comme âgées, cela génère une infection des voies respiratoires qui n’est pas très grave, et la plupart des gens ont des symptômes très légers.

Ainsi, le fait que vous ayez un taux de mortalité de 2 ou 3 % – ce chiffre est poussé à la hausse par le fait que les personnes âgées y sont beaucoup plus sensibles.

Il n’y aura pas des millions et des millions de personnes qui vont mourir. Cela n’arrivera pas.

Je veux dire, regardez la Chine. Aujourd’hui, la Chine n’a pratiquement plus de nouveaux cas.

Alors pourquoi, professeur, est-ce que je vis dans un pays qui vient de dire à tout le monde de rester à la maison. Et voir les États-Unis dire maintenant aux gens de ne pas se réunir en groupes de plus de dix personnes, alors qu’auparavant ils avaient en quelque sorte balayé cette idée ? Et la Grande-Bretagne, qui disait en fait : « Il n’y a pas de quoi s’inquiéter ici », qui dit tout à coup aux gens…

La peur de l’inconnu. La peur de l’inconnu. Très simple.

Imaginons trois scénarios. Le scénario numéro un, le meilleur scénario, est que cette maladie disparaisse au moment où nous terminerons notre interview. Cela n’arrivera probablement pas.

Un autre scénario serait celui de son cousin, le SRAS, de 2002 à 2003. Ce virus, qui était plus mortel – [un facteur] qui aurait pu en fait limiter sa propagation, car si quelque chose est très virulent, les gens se précipitent immédiatement à l’hôpital et sont mis en quarantaine – a pratiquement disparu en juin [2003], lorsque les conditions climatiques sont devenues suffisamment chaudes et que les gens ont cessé de s’entasser, etc.

A LIRE – Experts israéliens : peu probable que le COVID-19 disparaisse en été

Et le dernier scénario est celui de l’apocalypse. Comment cela va-t-il se terminer ? Je ne sais pas.

Mais vous ne pensez pas que des millions de personnes vont mourir dans le monde ?

Je ne vois pas pourquoi. La Chine représente un quart de la population mondiale, c’est vrai, à peu près, peut-être un peu moins. Environ 3 000 décès pour 1,5 milliard de personnes… La Chine semble avoir atteint un plafond.

3 000 décès parmi 1,5 milliard de personnes. Et vous dites que cela devrait être une sorte de point de référence lorsque nous essayons de déterminer à quel point nous devrions être inquiets ?

Le plus gros problème que nous ignorons [concerne] ce que nous classons comme personnes asymptomatiques. Une personne asymptomatique est une personne qui est porteuse du virus, qui pourrait être en fait infectieuse, mais qui ne se rend pas compte qu’elle est porteuse du virus. Et c’est un problème.

A LIRE – Coronavirus : entre cas réels et cas détectés, l’épidémie avance masquée

La raison pour laquelle ils ont pu empêcher ce genre d’infection en Chine est le couvre-feu. Les couvre-feux sont efficaces. En Chine, il y a eu très, très peu de nouveaux cas au cours des dernières semaines. Est-ce quelque chose que nous voulons que le monde fasse ? Je n’en ai aucune idée.

Comparez ce que vous venez de dire à ce taux de mortalité – ce 3 à 4 % de décès parmi les personnes infectées ?

Là encore, nous ne connaissons pas le nombre de personnes asymptomatiques. C’est la plus grande question. Plus ce nombre est élevé, mieux c’est. Par exemple, si vous supposez que les trois quarts de l’humanité ont effectivement le virus en eux mais ne présentent aucune pathologie, ce serait excellent. C’est une bonne chose.

Cela signifie que le taux de mortalité parmi les personnes infectées est, en fait, massivement inférieur, s’il y a beaucoup, beaucoup de personnes asymptomatiques ?

C’est exact.

Le taux de décès, le taux de mortalité, est proche de 4 %.

Mais c’est un taux calculé parmi ceux qui savent qu’ils sont infectés ?

Un taux [parmi] les cas qui ont été confirmés COVID-19, oui.

Alors qu’il est raisonnable de penser qu’un taux précis parmi les personnes infectées serait en fait beaucoup plus faible ?

Cela pourrait très bien être le cas, oui.

Comme vous le savez, l’un des facteurs limitatifs a été la disponibilité des tests. Si vous ne vous appelez pas Bibi ou Donald, la probabilité qu’ils testent ou relèguent certains de ces précieux tests à des personnes qui ne sont pas clairement malades, est très faible.

Si nous disposions d’un test pouvant être administré à chaque individu, nous aurions une réponse immédiate. Ce n’est pas le cas. Et c’est bien là le problème.

S’agit-il d’un virus capable de s’adapter, de muter, afin de déjouer les efforts pour l’arrêter ? Ou bien ne le savons-nous pas ?

Tout d’abord, si nous voulons être un peu optimistes, beaucoup de gens se sont remis de ce virus en Chine. Beaucoup. Et d’ailleurs, la guérison ne signifie pas que vous ne mourrez pas. La guérison signifie que vous n’êtes plus infectieux et que vous ne présentez plus de symptômes. C’est donc très bien. La guérison signifie que vous pouvez aller de l’avant et embrasser quelqu’un dans la rue.

Sur 80 000 personnes en Chine, 56 000 se sont complètement remises. Ce n’est donc pas un aussi terrible tueur. Mais il y a une trajectoire. Où cela va-t-il s’arrêter ? Nous ne le savons pas.

Comment pouvons-nous le comparer, en termes de danger, à la grippe, par exemple, ou au tabagisme [dont les maladies connexes tueraient environ un demi-million de personnes par an aux États-Unis], par exemple ?

Eh bien, la grippe tue chaque année environ 60 000 personnes rien qu’aux États-Unis. En termes de nombre de décès, la grippe est donc bien pire. Même en Chine, la grippe de cette saison – je ne parle pas de l’année dernière – a tué cette année beaucoup plus de personnes que le COVID-19.

Mais le problème avec la grippe, c’est qu’il s’agit d’un danger que nous connaissons bien. On en connaît l’ampleur. Et à cet égard, ce n’est pas quelque chose d’inattendu. Quand vous voyez quelque chose qui se développe, vous vous demandez toujours, par exemple, quand cela va-t-il s’arrêter et où cela va-t-il s’arrêter ? Dans le cas de la grippe, vous savez. Il est évident que le tabagisme tue aussi beaucoup de gens. Mais le fait est que vous ne pouvez pas simplement dire « Oh, c’est bien pire, parce que cette chose s’ajoute à cela. Cela ne remplace pas ces craintes.

Je voudrais simplement que cette conversation me permette de faire comprendre à quel point les gens devraient se sentir concernés et à quel point les dirigeants politiques du monde entier font preuve d’intelligence ou non dans la gestion de cette question.

Je pense que vous me poussez à aller au-delà de mes compétences. Je ne suis pas épidémiologiste, mais en tant que scientifique, je suis capable de lire et de comprendre les chiffres, peut-être de la manière dont le profane ne peut pas le faire. Mais l’impact sur la psychologie et sur la politique n’est pas un sujet sur lequel je me sens très à l’aise pour faire des commentaires.

Je comprends et je respecte absolument cela. Dites-moi, que dites-vous à votre famille de faire ? Que faites-vous en termes de précautions ?

Je suis les directives, donc je ne vais pas dans des endroits bondés. Je conduis ma voiture. Si je veux prendre un peu d’air frais, je vais faire une petite randonnée dans la forêt. [Nous avons parlé mardi après-midi, juste avant que le gouvernement ne dise aux Israéliens de rester chez eux, à moins qu’il ne soit absolument nécessaire de sortir]. Il s’agit simplement de suivre les directives. Nous ne sommes pas allés au supermarché pour constituer des réserves de nourriture.

A LIRE : En mangeant local, Israël évitera la pénurie alimentaire redoutée – autorités

Cela revient à demander à l’agent d’assurance : « Souscrivez-vous à une assurance contre les tremblements de terre même s’il n’y a pas eu de tremblement de terre appréciable en Israël depuis longtemps ? Les gens adoptent des attitudes différentes.

Nous savons tous que nous allons mourir. Est-ce que tout le monde prend exactement la même assurance vie ? Non, ils ne le font pas.

Il n’y a aucune raison de penser que mon opinion est meilleure que celle des autres, si ce n’est que je comprends certains détails moléculaires de ce virus bien mieux que la plupart des gens dans le monde. Je ne pense pas que cela me permette de porter d’autres jugements.

Je comprends. Vous, comme tout le monde, suivez les directives. Mais en tant que scientifique, pouvez-vous résumer pour les gens, comme ils font consciencieusement ce qu’on leur dit de faire, à quel point ils devraient être inquiets ou non ? Du point de vue scientifique.

C’est trop subjectif. C’est très difficile à dire. Il est clair que ce n’est pas le jour du Jugement dernier. L’humanité ne disparaîtra pas à cause de ce virus. Il n’y a aucune raison de penser que cela se produira.

Mais comme on dit, vous savez, chaque mort, chaque perte de vie, est un monde en soi.

Nous nous rendons toujours au travail en voiture. Et c’est probablement l’activité la plus dangereuse que fait tout Israélien. Et pourtant nous continuons à le faire… Ce qui est extrême pour une personne peut ne pas l’être pour une autre. Je ne sais pas ce qui est extrême pour une personne.

Y a-t-il quelque chose que j’aurais dû vous demander et que je ne vous ai pas demandé ?

Eh bien, pour mettre les choses sous un autre angle :

J’évite vos questions parce que je n’ai pas de réponse. Une chose dont je me souviens toujours est une anecdote amusante utilisée par le prix Nobel Daniel Kahneman de l’Université hébraïque, sur la psychologie de la prise de décision : Quelqu’un va voir un médecin avec un problème particulier. Le médecin lui dit : « Oh, fantastique, j’ai une procédure qui va me permettre de vous guérir à 90 % ». Le patient lui répond : C’est une excellente procédure – c’est sûr. Je m’inscris.

Cette personne peut décider d’aller voir un autre médecin. Et cet autre médecin pourrait dire : « Oh, j’ai une intervention, mais il y a 10 % d’échec. Le patient dit alors : C’est une procédure terrible. Pourquoi aurais-je recours à cette procédure ?

Nous avons évidemment compris que les deux médecins disent exactement la même chose. Et pourtant, le patient agit de manière complètement différente.

Les faits sont une chose. Et la façon dont les gens y réagissent et font des évaluations est tout à fait différente. C’est pourquoi je ne pense pas nécessairement que des scientifiques capables de fournir des chiffres rigoureux, des épidémiologistes, etc., soient nécessairement efficaces pour calmer les gens ou accélérer leur panique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...