Le conseiller israélien à la sécurité va rencontrer Bolton pour parler de l’Iran
Rechercher

Le conseiller israélien à la sécurité va rencontrer Bolton pour parler de l’Iran

John Bolton a déclaré qu'il va discuter avec Meir Ben- Shabbat sur "leur engagement commun à contrer l’activité iranienne néfaste"

Le conseiller à la sécurité nationale américain, l'ambassadeur John Bolton, lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 22 août 2018 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le conseiller à la sécurité nationale américain, l'ambassadeur John Bolton, lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 22 août 2018 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef du Conseil national de sécurité Meir Ben-Shabbat va rencontrer son homologue américain John Bolton lundi à Washington pour discuter de l’Iran et « d’autres acteurs déstabilisants ».

Dimanche, Bolton a tweeté qu’il allait discuter avec Ben-Shabbat de « leur engagement commun à contrer l’activité iranienne néfaste et d’autres acteurs déstabilisants au Moyen-Orient et dans le monde ».

La chaîne publique Kan a annoncé que les deux conseillers en sécurité évoqueront aussi la préoccupation croissante des Etats-Unis sur les investissements chinois dans des projets d’infrastructure israélienne.

Le mois dernier, le président américain Donald Trump aurait averti le Premier ministre Benjamin Netanyahu que si Israël ne limitait pas ses liens avec la Chine, sa relation en matière de sécurité avec les Etats-Unis pourrait en souffrir.

Meir Ben-Shabbat, conseiller à la sécurité nationale (Amos Ben Gerschom / GPO)

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo aurait formulé le même avertissement à Israël que les liens sécuritaires proches entre les deux pays pourraient être réduits si Jérusalem renforçait sa coopération avec Pékin.

Kan a aussi annoncé que la délégation en déplacement aux Etats-Unis incluait des officiels des ministères de la Défense et des Affaires étrangères, mais aussi de Tsahal, du Mossad et d’autres organes.

Connu pour être un partisan dur de la confrontation militaire américaine, Bolton a déjà appelé à attaquer les installations nucléaires de Téhéran.

Bolton a rendu visite en Israël en janvier pour rassurer Jérusalem après l’ordre de Trump de retirer les soldats américains de Syrie, en promettant que Washington resterait un « soutien très fort » des frappes israéliennes contre des cibles iraniennes dans le pays.

Dimanche, Netanyahu a semblé laissé entendre qu’Israël était responsable de la frappe aérienne sur le centre de la Syrie au cours du week-end. Cette frappe aurait visé une usine d’armement liée avec l’Iran.

Israël affirme que l’Iran cherche à établir une présence militaire en Syrie et tente de transférer des armes de pointe vers le groupe terroriste du Hezbollah, son allié au Liban et en Syrie.

Au cours des récentes années, Tsahal a mené des centaines de frappes aériennes en Syrie sur des cibles liées à l’Iran, qui combat aux côtés de ses alliés et de la Russie pour le régime du président syrien de Bashar el-Assad.

Dimanche, des images satellites ont été publiées pour montrer les conséquences du raid de samedi matin. On voit un grand hangar et trois bâtiments adjacents qui ont été rasés lors du bombardement. L’entreprise ImageSat International a affirmé que l’usine de missile ciblée dans la frappe avait été construire entre 2014 et 2016, à côté d’une base militaire syrienne autour de Masyaf.

Des photos par satellite diffusées par ImageSat International montrent des bâtiments qui ont été touchés par des frappes attribuées à Israël contre une base militaire syrienne à Masyaf, dans la province de Hama, le 12 avril 2019 (Crédit : ImageSat International)

La récente frappe est intervenue alors que l’on observe un regain de tensions entre Israël et la Syrie, après la décision du mois dernier de l’Administration américaine de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le Plateau du Golan. La décision a entraîné une condamnation et des protestations en Syrie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...