Le Hamas et le Jihad islamique saluent l’attentat meurtrier en Cisjordanie
Rechercher

Le Hamas et le Jihad islamique saluent l’attentat meurtrier en Cisjordanie

Le Hamas a qualifié "d'héroïque" l'attentat, le décrivant comme "une réponse naturelle aux crimes de l'occupation israélienne"

Les forces de sécurité israéliennes sur la scène d'une fusillade au parc industriel Barkan, en Cisjordanie, le 7 octobre 2018 (Crédit : Flash90)
Les forces de sécurité israéliennes sur la scène d'une fusillade au parc industriel Barkan, en Cisjordanie, le 7 octobre 2018 (Crédit : Flash90)

Le Hamas a salué dimanche matin la fusillade terroriste meurtrière survenue dans la matinée en Cisjordanie, la qualifiant « d’héroïque » et déclarant qu’elle était « une réponse naturelle aux crimes de l’occupation israélienne ».

Deux personnes ont été tuées et une troisième a été modérément blessée dans une attaque commise dans le parc industriel Barkan, dans le nord de la Cisjordanie qui, selon l’armée israélienne, a été un « acte terroriste ».

« Le mouvement du Hamas et les Palestiniens partout où ils se trouvent saluent l’opération héroïque survenue à proximité d’Ariel », a déclaré le Hamas dans un communiqué. « Nous applaudissons cette opération héroïque et affirmons qu’elle vient comme une réponse naturelle aux crimes commis au détriment des Palestiniens par l’occupation israélienne ».

Le Jihad palestinien a également fait l’éloge de l’attentat, selon le site Palestine Today, lié au Jihad islamique palestinien.

« Nous saluons cette opération martyre et nous affirmons que les implantations sont des cibles légitimes pour les combattants et les révolutionnaires de la résistance », a dit le Jihad islamique dans un communiqué. « Nous appelons nos esprits fiers à Jérusalem, en Cisjordanie et ailleurs à se soulever face au terrorisme des implantations, jusqu’à ce que la Cisjordanie soit libérée des implantations et de leurs habitants ».

L’attaquant présumé est un Palestinien d’une vingtaine d’années originaire du village de Shuweika, près de Tulkarem, selon des sources de la défense.

Les forces de sécurité israéliennes sur la scène d’une fusillade au parc industriel Barkan, en Cisjordanie, le 7 octobre 2018 (Crédit : Flash90)

Les forces de sécurité ont lancé une chasse à l’homme pour retrouver l’auteur de la fusillade, qui a fui les lieux après l’attaque.

« Le suspect est arrivé au parc industriel et il a ouvert le feu sur trois civils. Un nombre important de soldats et de forces déléguées par le service de sécurité du Shin Bet ont lancé une chasse à l’homme pour retrouver le suspect dont l’identité est connue des forces de sécurité. De plus, un grand nombre de militaires se sont déployés dans toute la zone pour mener des recherches et des contrôles », a fait savoir l’armée.

Les militaires israéliens ont fait savoir que le tireur n’avait pas d’affiliation connue à des groupes terroristes. Le suspect, dont l’identité n’a pas été rendue publique par l’armée israélienne, avait posté au tout début de la matinée, dimanche, qu’il était « dans l’attente d’Allah ».

Le suspect travaillait à l’Alon Group, une usine qui fabrique des systèmes de gestion des déchets, et où l’attaque a été commise. Il avait un permis de travail légal et connaissait les victimes, selon le porte-parole de l’armée, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus.

Il avait été absent de son travail ces derniers jours mais faisait encore partie du personnel de l’usine, selon le porte-parole, qui avait précédemment démenti que l’homme avait été licencié.

Les médias palestiniens ont noté que des routes avaient été fermées et des check-points installés à travers tout le nord de la Cisjordanie dans le cadre de la recherche du suspect.

Des images enregistrées par les caméras de sécurité semblent le montrer prenant la fuite après l’attentat, portant un fusil semi-automatique artisanal de type « Carlo ».

Les entreprises du parc industriel Barkan, situé à proximité de la ville-implantation d’Ariel, emploient environ 8 000 personnes, dont la moitié approximativement sont des Israéliens et l’autre des Palestiniens.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...