Rechercher

Le rabbin US coupable d’agression sexuelle n’obtiendra pas la citoyenneté israélienne

Baruch Lanner, condamné pour avoir abusé de ses élèves, pourra rester en Israël l'année prochaine grâce à un visa de résidence temporaire, dit le ministère de l'Intérieur

Judah Ari Gross est le correspondant du Times of Israël pour les sujets religieux et les affaires de la Diaspora.

Le rabbin Baruch Lanner, condamné pour agressions sexuelles sur des élèves, sur une photo non-datée. (Crédit : LinkedIn)
Le rabbin Baruch Lanner, condamné pour agressions sexuelles sur des élèves, sur une photo non-datée. (Crédit : LinkedIn)

Le ministre de l’Intérieur a rejeté la demande d’immigration d’un rabbin orthodoxe américain condamné pour agressions sexuelles sur ses élèves, a indiqué le ministère dans la journée de mardi.

Toutefois, Baruch Lanner, ce rabbin tombé en disgrâce, pourra rester au sein de l’État juif pendant presque une année entière grâce au statut de résident temporaire qui lui a été accordé il y a quelques semaines, a commenté un porte-parole de l’Autorité de l’immigration et de la population, qui dépend du ministère, auprès du Times of Israel.

« La ministre de l’Intérieur [Ayelet Shaked] a établi clairement, ce matin, qu’en raison de la gravité de ses actes, elle n’a aucune intention d’approuver sa demande d’obtention de la citoyenneté israélienne après expiration de son visa de résidence temporaire », a-t-il ajouté.

Lanner a passé presque trois ans dans une prison américaine pour agressions sexuelles. Des dizaines d’autres victimes s’étaient manifestées pendant qu’il était en détention l’accusant accusé au fil des années, mais leurs accusations n’avaient pas figuré dans les mises en examen initiales qui avaient été émises à son encontre.

Selon le ministère, la décision d’octroyer à Lanner le statut de résident temporaire avait été prise par l’ancien ministre de l’Intérieur, Aryeh Deri, même s’il avait rejeté, lui aussi, la requête de citoyenneté du rabbin « au vu de son passé criminel ».

Le porte-parole a dit qu’il était impossible pour Shaked de révoquer le visa de résidence temporaire. « Si elle pouvait le faire, ce serait beaucoup plus facile. Croyez-moi », a-t-il lâché.

Les crimes de Lanner avaient d’abord été révélés dans le New York Jewish Week, des révélations qui avaient entraîné le lancement d’une enquête, en l’an 2000, de la part de l’ancien employeur du rabbin, l’Orthodox Union. Cette dernière devait découvrir qu’il était responsable d’une série de violences sexuelles, physiques et émotionnelles impliquant des dizaines d’adolescents qui se trouvaient sous son autorité. Il avait été condamné en 2002 pour avoir mis en péril la santé physique et psychique de deux adolescentes lorsqu’il était principal du lycée Hillel Yeshiva de Deal, dans le New Jersey, dans les années 1990.

Au début du mois, le cabinet d’avocat représentant Lanner avait diffusé une vidéo sur son cas, alertant les activistes sur ses efforts d’immigration au sein de l’État juif. Dans le clip, dans lequel apparaissent Lanner et son épouse, les visages floutés, le rabbin rend hommage à son avocat, Tomer Warsha, pour l’aide qu’il leur apporte, disant : « J’ai eu certains problèmes judiciaires aux États-Unis et je n’aurais jamais cru que je pourrais faire mon alyah. » Les images ont depuis été supprimées.

A gauche, une photo de Baruch Lanner et à droite, le bâtiment du ministère de l’Intérieur à Jérusalem. (Crédit : domaine public; Flash90)

La seconde femme de Lanner s’est portée candidate à la citoyenneté à ses côtés et elle l’a obtenue. Son statut ne sera pas impacté par la décision de Shaked.

De son côté, l’avocat de Lanner a dit qu’il ne ferait pas de commentaire sur ses clients et il n’a même pas confirmé être en charge des affaires du couple.

La décision prise par Shaked est arrivée dans le sillage des critiques presque unanimes de la révélation de l’octroi du statut de résident temporaire au rabbin, des critiques qui ont émané de l’État juif comme des États-Unis.

Lundi, l’une des instances les plus importantes de l’Orthodox Union — le Rabbinical Council of America — a envoyé une lettre à Shaked concernant la demande d’immigration de Lanner, avertissant qu’il était une menace pour la sécurité publique.

« Nous écrivons au nom du Rabbinical Council of America, la plus importante organisation associative de rabbins orthodoxes en Amérique du nord, pour exprimer notre inquiétude face au fait que le criminel sexuel Baruch Lanner, condamné et qui a purgé une peine de prison, a pu obtenir un statut de résident temporaire en Israël, et face au fait que sa demande de citoyenneté israélienne serait actuellement examinée par votre ministère », a écrit le groupe.

« Lanner a fait trois ans de prison pour avoir commis des agressions sexuelles contre les élèves de son lycée juif. Il a ainsi commis toutes sortes de violences sexuelles, psychologiques et émotionnelles qui ont impliqué des dizaines d’adolescentes, des adolescentes dont il avait la responsabilité. Des affaires qui continuent à avoir un impact sur ses victimes ainsi que sur toute la communauté juive d’Amérique du nord », ont-ils poursuivi.

« Lanner figure dans le registre des délinquants sexuels américains. Nous nous inquiétons de ce que lui accorder la citoyenneté nuise à la pertinence de ce registre et que cela ne lui permettre de disparaître dans la société, ce qui représenterait clairement une menace pour la santé et pour la sécurité publiques », ont continué les rabbins dans le courrier.

Ils ont aussi noté qu’autoriser Lanner à s’installer en Israël, un pays qui ne tient pas de registre des délinquants sexuels, lui permettrait de s’intégrer pleinement et de faire potentiellement d’autres victimes à l’avenir.

La loi du retour précise que toute personne juive ou ayant au moins un grand-parent juif peut réclamer la citoyenneté israélienne. Toutefois, les demandes peuvent être rejetées si elles sont soumises par des individus susceptibles « de mettre en péril la santé publique ou la sécurité de l’État », ou qui se sont « engagés dans des activités directement dirigées contre le peuple juif ».

La missive a été signée par le président du Rabbinical Council of America, le rabbin Binyamin Blau, et par son vice-président, le rabbin Mark Dratch.

Magen, une organisation israélienne de défense des victimes d’abus sexuels et en particulier au sein de la communauté ultra-orthodoxe, avait, de la même manière, fait part de ses inquiétudes quand le passif de Lanner avait émergé, au début du mois.

S’il obtient la citoyenneté, « Baruch Lanner pourrait dès demain entrer dans une école, se porter candidat à un travail, obtenir un certificat de bonne réputation auprès des autorités israéliennes et avoir un emploi où il serait en relation avec des enfants », s’était alarmée Shana Aaronson, la directrice du groupe.

Selon le quotidien Haaretz, Lanner et son épouse sont arrivés au sein de l’État juif avec un visa touristique et ils ont soumis leur demande de citoyenneté à l’atterrissage, contournant ainsi l’Agence juive qui gère les demandes de citoyenneté en provenance des États-Unis et qui a tendance à rejeter les candidatures des individus précédés par un casier criminel. Lanner a vécu dans le New Jersey et en Floride.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...