Rechercher

Le tueur palestinien de Noa Lazar abattu alors qu’il tirait sur des gardes israéliens

L'attaque, menée contre des gardes de sécurité israéliens, a eu lieu près de l'entrée de l'implantation de Maale Adoumim

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des gardes se tiennent près du corps d'un terroriste palestinien présumé qui a été abattu après avoir ouvert le feu sur un garde à l'entrée de l'implantation de Maale Adoumim le 19 octobre 2022. (Médias sociaux : utilisés conformément à la clause 27a du Droit d'auteur)
Des gardes se tiennent près du corps d'un terroriste palestinien présumé qui a été abattu après avoir ouvert le feu sur un garde à l'entrée de l'implantation de Maale Adoumim le 19 octobre 2022. (Médias sociaux : utilisés conformément à la clause 27a du Droit d'auteur)

Un homme armé palestinien, soupçonné d’avoir tué une soldate israélienne à Jérusalem-Est au début du mois, a été abattu mercredi soir après avoir ouvert le feu sur des gardes de sécurité près de l’entrée de l’implantation de Maale Adoumim.

Les responsables de la police ont confirmé qu’Udai Tamimi, 22 ans, qui, selon eux, a tué le Sgt. Noa Lazar, 18 ans, et grièvement blessé un garde civil le 8 octobre à un checkpoint situé près du camp de réfugiés de Shuafat à Jérusalem-Est, a été abattu alors qu’il menait une autre attaque mercredi soir.

Un agent de sécurité, âgé de 24 ans, a dû être emmené par le service de secours du Magen David Adom à l’hôpital Shaare Zedek de Jérusalem, pour soigner une blessure à la main.

« Nous n’aurons pas de repos tant que nous n’aurons pas mis la main sur tous les terroristes qui blessent des civils israéliens et des soldats de Tsahal. Nous agirons d’une main de fer et sans hésitation contre le terrorisme », a réagi mercredi soir le Premier ministre Yair Lapid.

Udai Tamimi, 22 ans, du camp de réfugiés de Shuafat, serait le tireur présumé de l’attaque meurtrière du samedi 8 octobre 2022, au cours de laquelle une soldate a été tuée à bout portant à un poste de contrôle situé près du camp de Shuafat, à Jérusalem-Est. (Autorisation)

La police a par ailleurs arrêté mardi matin huit Palestiniens, résidents du camp de réfugiés de Shuafat et de la ville cisjordanienne voisine d’Anata, soupçonnés d’avoir aidé Tamimi à s’évader.

L’intense activité policière à Shuafat après l’attaque a conduit à des jours d’émeutes dans le camp de réfugiés et dans d’autres quartiers palestiniens de Jérusalem-Est.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...