Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Les 10 000 habitants de Sderot évacués à Eilat forment une « ville dans la ville »

La municipalité de la ville frontalière touchée par les roquettes continue de fournir des services à ses 30 000 habitants, dont un tiers est réfugié à Eilat

Yehudit Oliel Malca, à droite, et Elad Kalimi animant une célébration tardive de Simhat Torah pour les résidents de Sderot, à Eilat, en Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
Yehudit Oliel Malca, à droite, et Elad Kalimi animant une célébration tardive de Simhat Torah pour les résidents de Sderot, à Eilat, en Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Dans une rue sombre d’Eilat, quelques dizaines d’Israéliens déplacés à l’intérieur du pays ont rejoint un convoi de camionnettes transportant des cartons, qui s’était arrêté près d’un hôtel. Mais les marchandises proposées n’étaient pas des fournitures d’aide aux victimes de guerre désespérées ; il s’agissait plutôt de bibelots scintillants pour les enfants et de drapeaux célébrant, tardivement, la fête juive de Simhat Torah.

Le convoi et l’enthousiasme qu’il a suscité s’inscrivent dans le cadre d’un effort remarquable de la municipalité de Sderot, l’une des villes les plus pauvres d’Israël, pour encourager, soigner et rester en contact avec ses habitants en exil, à la suite de l’évacuation de Sderot et d’autres municipalités proches de la bande de Gaza, en raison du lancement de milliers de roquettes sur Israël et de l’assaut du groupe terroriste palestinien du Hamas sur les communautés frontalières.

La fête que le convoi était venu célébrer tombait le 7 octobre, et au lieu de la célébrer lors d’événements organisés par la municipalité et dans les synagogues, la population de Sderot – ou Sderotnikim – a été frappée par la pire tragédie de son histoire : l’assassinat de dizaines d’habitants aux mains de terroristes qui ont pénétré dans la ville au cours de l’attaque meurtrière que le Hamas a lancée sur Israël ce jour-là.

L’assaut, au cours duquel les terroristes du Hamas ont assassiné plus de 1 200 personnes et en ont enlevé plus de 240, a été accompagné d’une salve de roquettes tuant plusieurs autres personnes, notamment à Sderot ; les tirs de roquettes se sont poursuivis alors que l’armée israélienne lançait une incursion terrestre et menait des frappes sur les infrastructures du Hamas.

Un employé de la municipalité de Sderot distribuant des drapeaux aux résidents évacués de la ville qui restent à Eilat, en Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Les salves de roquettes ont entraîné l’évacuation quasi-totale de plusieurs municipalités proches de Gaza, dont Sderot et la quasi-totalité de ses 30 000 habitants. Eilat compte aujourd’hui environ 10 000 Sderotnikim – la plus grande concentration d’habitants de Sderot en exil – qui vivent dans des logements subventionnés par le gouvernement dans plusieurs hôtels d’Eilat.

Ils font partie des quelque 60 000 personnes évacuées qui séjournent à Eilat – dont la population est d’environ 50 000 habitants – en provenance de la région du nord du Néguev et de la frontière avec le Liban, où le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah entre autres terroristes s’en prennent également aux civils.

Un petit garçon de Sderot jouant près du stand de téfilines dans le hall de l’hôtel Club Med, à Eilat, en Israël, le 30 octobre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israël)

Alors que les habitants de Sderot ont peut-être quitté la ville, « la ville n’a pas quitté ses habitants », a déclaré la maire adjoint de Sderot, Yehudit Oliel Malca, qui a supervisé les célébrations tardives de Simhat Torah pour les habitants de Sderot à Eilat la semaine dernière.

Les festivités ont consisté en un convoi de trois camionnettes allant d’hôtel en hôtel, dont le personnel a distribué les drapeaux de Simhat Torah et les bibelots aux Sderotnikim et à d’autres personnes venues danser et chanter autour des véhicules qui diffusaient de la musique joyeuse à partir de grands haut-parleurs montés sur les cabines arrière. Certains fêtards particulièrement enthousiastes, comme Noam Shlomo, professeur de musique de 47 ans et père de trois enfants, ont suivi le convoi, dansant en trottinant derrière lui, certains portant des drapeaux israéliens autour des épaules en guise de cape.

Noam Shlomo célébrant Simhat Torah tardivement à Eilat, en Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

« Personne n’annule Simhat Torah », dit un Shlomo rayonnant en reprenant son souffle après avoir couru et dansé. « Ô, mec, j’ai une aorte dilatée, je ne devrais pas faire ça », marmonne-t-il. Une fois rétabli, Shlomo explique comment il perçoit l’événement et sa communauté en exil.

« Je sais que c’est un peu factice », dit-il à propos de cette célébration tardive. « Mais nous avons des raisons de nous réjouir : notre armée frappe enfin l’ennemi. Nous avons survécu. Nous sommes unis. Le chagrin est terrible. Mais il vous rappelle aussi ce qui est important, la vie. Et sommes toujours en vie, grâce à Dieu. Am Israel Haï », s’est-il exclamé, expression en hébreu signifiant « le peuple d’Israël vit ».

Des pompiers israéliens inspectant le site touché par une roquette provenant de la bande de Gaza dans la ville de Sderot, dans le sud d’Israël, le 15 octobre 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)

La célébration tardive de Simhat Torah, la semaine dernière, a été la première fois que Shlomo dansait depuis des semaines, un compositeur tellement obsédé par la musique qu’elle a inspiré les noms de ses enfants, Minor, Lydian et Aria. « Je veux que vous publiiez des photos de nous en train de danser et de chanter pour que les terroristes de Gaza le voient. Il n’y a pas de meilleure preuve que notre esprit est inébranlable », a imploré Shlomo, qui a perdu plusieurs membres de sa famille et des amis dans l’attaque, dans le Times of Israel.

Comme de nombreux Sderotnikim, Shlomo est encore traumatisé par les événements de cette journée, lorsque des terroristes ont assassiné des dizaines de personnes le 7 octobre. Il est parti avec sa famille pour Eilat de son propre chef, avant que l’État ne commence à évacuer la ville. « Lorsque nous avons réalisé que des terroristes étaient en ville, j’ai jeté quelques affaires dans la voiture, j’ai pris des haches et des couteaux pour me protéger et j’ai roulé à 150 km/h jusqu’à Eilat », se souvient-il dans le hall d’un hôtel, où il est entré pour boire de l’eau.

Des habitants de Sderot célébrant la fête de Simhat Torah, à Eilat, en Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

L’épouse de Shlomo, Nicole, 47 ans, travaille comme thérapeute en traumatologie au Centre de résilience de Sderot, une clinique de soutien émotionnel fondée en 2008 pour aider les victimes à faire face au stress de la vie sous des attaques terroristes fréquentes, généralement par des tirs de roquettes depuis Gaza. Elle a dansé avec son mari devant leur hôtel lorsque le convoi est arrivé, mais sa joie est plus ambivalente.

« Honnêtement, je n’ai pas envie de danser. Mais je me force parce qu’il y a des enfants ici et que nous devons montrer l’exemple », a-t-elle déclaré. « Mais mon cœur est en deuil, ma communauté me manque, j’ai mal pour les otages. Je me contente de faire ce que j’ai à faire. »

À l’extérieur, Elad Kalimi, un autre adjoint au maire de Sderot, a animé la foule avec une chanson basée sur le succès arabe Dalaleh. Au lieu des paroles originales, Kalimi a chanté « Nous vaincrons le Hamas, le Hezbollah, les Houthis au Yémen », tandis que la foule criait « dalaleh » après la mention de chaque ennemi. « Notre esprit ne tombera pas, mais le Hamas à Gaza tombera », a-t-il affirmé.

Un homme passant devant le commissariat de Sderot, qui a été détruit pendant une bataille visant à déloger les terroristes qui se trouvaient à l’intérieur, le 8 octobre 2023. (Crédit : Ronaldo Schemidt/AFP)

La municipalité de Sderot fait plus que renforcer le moral des troupes, selon Yaron Shoshan, porte-parole de la municipalité.

« À Eilat, nous avons créé une ville dans la ville », explique-t-il. La municipalité coordonne la scolarisation de ses enfants dans les écoles et les centres communautaires d’Eilat. La journée scolaire commence à 14h, après que les habitants ont terminé la leur. »

Les enseignants de Sderot et les autres fonctionnaires qui ont quitté la ville sont en congé, le temps qu’ils s’habituent à la réalité de l’exil. Le personnel de plusieurs ministères, de l’Éducation aux Affaires sociales, est intervenu pour fournir des services aux habitants évacués. « Mais les employés municipaux doivent coordonner les efforts, et nous travaillons 24 heures sur 24 », a déclaré Shoshan.

Yehudit Oliel Malca marchant derrière un convoi de voitures rassemblées pour une célébration tardive de Simhat Torah pour les résidents de Sderot, à Eilat, en Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Cette initiative est perceptible et inhabituelle, selon Dana Bar-Nir, instructrice auprès des jeunes du mouvement HaShomer HaTzaïr, qui travaille actuellement à Eilat avec les enfants des personnes évacuées dans leurs hôtels. « Contrairement à d’autres municipalités qui accueillent des personnes évacuées, la mairie de Sderot fait de sérieux efforts pour retrouver son rôle auprès de ses habitants et pour créer des activités qui leur sont spécifiquement destinées », a déclaré Bar-Nir, âgée de 30 ans, au Times of Israel. Cela contribue à créer un sens de la communauté et du cadre chez les enfants, a-t-elle ajouté.

Dana Bar-Nir, une enseignante bénévole de Kfar Saba, sur une plage d’Eilat, en Israël, le 30 octobre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Les habitants d’Eilat font également leur part. La municipalité d’Eilat a ouvert un centre de distribution dans l’aéroport désaffecté, qui est dirigé par Angel Oppenheim, la propriétaire de l’école de plongée Diver’s Village. Ressemblant à une friperie, l’école offre aux sinistrés tout ce dont ils ont besoin, des vêtements de seconde main aux jeux de société.

Angel Oppenheim se tenant à l’entrée du centre de distribution d’aide qu’elle contrôle pour les évacués du nord du Néguev, à Eilat, en Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

« Je suis maintenant la reine des couches d’Eilat », déclare Oppenheim en plaisantant, faisant référence à son activité qui consiste à obtenir et à distribuer des produits pour bébés aux nombreuses familles ayant plusieurs enfants de moins de trois ans, une configuration familiale courante à Sderot et dans d’autres villes très religieuses du nord du Néguev. Son commerce a très peu de clients car de nombreux jeunes hommes et femmes ont été mobilisés dans les réserves, a déclaré Oppenheim.

Nofar Baruchi de Beit Hagedi cherchant des vêtements d’enfants d’occasion dans un centre de distribution pour les personnes évacuées, à Eilat, en Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Elle est membre de Building an Alternative, un groupe féministe de gauche qui a joué un rôle de premier plan dans le mouvement de protestation contre le gouvernement de droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Building an Alternative et le mouvement anti-gouvernement plus large Frères d’armes ont détourné leurs forces pour venir en aide aux victimes de la guerre en Israël. Frères d’armes ont acheté des milliers de boîtes de lait maternel qu’ils ont données aux évacués après avoir apposé sur chacune d’elles un autocollant portant le logo du mouvement.

Des dons de vêtements et d’autres objets ont afflué de tout le pays vers l’ancien terminal. Certains sont inattendus, comme une paire de chaussures de snowboard, qui a suscité la désapprobation d’Oppenheim. « Il est clair que certaines personnes ont pris la situation pour une invitation à se débarrasser de leur bric-à-brac », a-t-elle déploré. Mais d’autres objets qu’elle avait jugés presque inutiles se sont avérés très demandés.

Des hôtels au bord de la plage dans la station balnéaire d’Eilat, le 21 octobre 2015. (Crédit : Moshe Shaï/FLASH90)

« Les vieux jeux de société font fureur ici », dit-elle. Les familles haredim qui ne peuvent pas se déplacer durant Shabbat ou divertir leurs enfants le week-end s’approvisionnent en jeux de société pour offrir des loisirs à leurs nombreux enfants.

« Vous apprenez à connaître des pans de la société israélienne avec lesquels vous n’êtes généralement pas en contact », a souligné Oppenheim à propos d’Eilat, une destination balnéaire aux plages à fréquentation majoritairement laïque et l’une des rares villes israéliennes à majorité juive où les transports en commun fonctionnent à Shabbat.

Les hôteliers d’Eilat sont généralement remboursés par l’État pour les personnes évacuées qu’ils accueillent. Mais de nombreux hôtels proposent des tarifs très réduits aux habitants des villes touchées par les roquettes qui ne se trouvent pas dans le rayon de 7 kilomètres autour de Gaza, où les habitants ont droit à un hébergement subventionné par l’État.

La chaîne d’auberges de jeunesse Abraham Hostel a accueilli plus de 3 200 personnes du sud depuis le 7 octobre. L’État a remboursé le réseau pour certains d’entre eux, mais la plupart ont séjourné gratuitement, ce qui a coûté à la chaîne environ 1,8 million de shekels, a déclaré un porte-parole d’Abraham Hostel au Times of Israel.

Talya Ben-Israel, 37 ans, mère de trois enfants, originaire de Sderot, en est à sa quatrième semaine à Eilat. Elle est hébergée et nourrie gratuitement dans un hôtel. Mais elle ne gagne pas d’argent et les dépenses s’accumulent. « Cette aide est d’un grand secours et la façon dont les habitants d’Eilat nous traitent est étonnante. J’avais les larmes aux yeux toute la première semaine. »

La « chaleureuse étreinte » des habitants d’Eilat lui permet de se sentir plus proche d’eux, a déclaré Ben-Israel. Mais, ajoute-t-elle, cela facilite aussi le sentiment de communauté parmi les habitants de Sderot qui séjournent à Eilat.

« Le fait d’être reconnu de la sorte, d’être pris en charge de cette façon, est quelque chose que nous, les Sderotnikim, partageons maintenant, ce qui fait de nous une communauté soudée au sein d’une communauté soudée », a expliqué Ben-Israel.

« C’est extrêmement réconfortant. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.