Les Israéliens recrutés contre l’équipe Obama ont travaillé pour H. Weinstein
Rechercher

Les Israéliens recrutés contre l’équipe Obama ont travaillé pour H. Weinstein

Black Cube a également œuvré à discréditer l'accord nucléaire iranien, rapporte The New Yorker, l'agence de renseignement nie tout lien avec Trump

Le président américain Barack Obama rencontre le président élu Donald Trump pour mettre en place la transition, au Bureau ovale à la Maison Blanche, le 10 novembre 2016. (Crédit : AFP/Jim Watson)
Le président américain Barack Obama rencontre le président élu Donald Trump pour mettre en place la transition, au Bureau ovale à la Maison Blanche, le 10 novembre 2016. (Crédit : AFP/Jim Watson)

L’agence israélienne de renseignement privée aurait été recrutée pour discréditer les collaborateurs d’Obama afin de discréditer l’accord nucléaire iranien négocié durant son mandat, selon le rapport publié par le magazine The New Yorker, il s’agit de la même société engagée par le producteur hollywoodien Harvey Weinstein.

Black Cube, qui a des succursales à Tel Aviv, Londres et Paris, et offre à ses clients les compétences d’agents « hautement expérimentés et formés dans les unités d’intelligence militaires et gouvernementales d’élite d’Israël », a été recrutée par les assistants du président américain Donald Trump. L’information a été rapportée dimanche soir par Ronan Farrow du New Yorker, citant deux sources. L’agence nie toute implication dans la dernière affaire.

Farrow a écrit sur l’enquête Weinstein en novembre 2017. Black Cube s’est ensuite excusé d’avoir aidé Weinstein pour réprimer les accusations d’agression sexuelle contre lui.

L’existence de l’opération contre les collaborateurs d’Obama a été rapportée dimanche matin par les journaux basés à Londres The Guardian et The Observer, qui ont affirmé que les assistants de Trump ont contacté les enquêteurs privés en mai 2017.

Ces révélations précèdent la date butoir du 12 mai, date où Trump déclarera s’il décide si les Etats-Unis resterent dans le Plan d’Action Complet Conjoint, l’accord nucléaire iranien signé entre l’Iran et les puissances mondiales en 2015.

L’opération en juin 2017 aurait visé Ann Norris, une ancienne fonctionnaire du Département d’État américain, mariée à Ben Rhodes, un conseiller en politique étrangère de l’ancien président américain Obama et éminent défenseur de l’accord nucléaire iranien. Il visait également un mois plus tôt Rebecca Kahl, ancienne responsable de programme au National Democratic Institute et épouse de l’ancien conseiller en politique étrangère de l’administration Obama, Colin Kahl.

Le président américain Donald Trump s’exprime lors d’un rassemblement au Total Sports Park à Washington, Michigan, le 28 avril 2018. (AFP Photo / Mandel Ngan)

Black Cube a nié toute implication.

« C’est la politique de Black Cube de ne jamais discuter de ses clients avec des tiers, et de ne jamais confirmer ni nier toute spéculation sur le travail de l’entreprise », a déclaré la compagnie dans un communiqué.

« Il est important de noter que Black Cube fonctionne toujours dans le plein respect de la loi dans chaque juridiction dans laquelle elle conduit ses travaux, suivant les conseils juridiques des principaux cabinets d’avocats du monde. »

« Le référencement de Black Cube est devenu un sport international en 2018. Black Cube n’a aucun rapport avec l’administration Trump, avec les assistants de Trump, avec toute personne proche de l’administration, ou avec l’Iran », a poursuivi la société. « Quiconque prétend le contraire induit en erreur ses lecteurs et ses téléspectateurs. »

« Heureusement, le Mossad et la CIA sont capables de faire face à l’accord nucléaire iranien et à d’autres problèmes de sécurité nationale sans compter sur l’expertise de Black Cube. »

Black Cube est connu pour avoir des liens étroits avec les dirigeants actuels et anciens de la politique et du renseignement israéliens.

Black Cube a nié toute implication.

Des sources ont déclaré à The Guardian que des responsables liés à Trump avaient contacté des enquêteurs quelques jours après la visite du président américain à Tel Aviv, il y a un an. Au cours de ce voyage, Trump a promis au Premier ministre Benjamin Netanyahu que l’Iran n’aurait jamais d’armes nucléaires. Le journal cite une source avec des détails sur la « campagne des sales stratagèmes » affirmant : « L’idée était que les gens agissant pour Trump discréditeraient ceux qui étaient essentiels dans le processus ».

Farrow a rapporté qu’une source spécialisée du dénigrement lui a dit que l’opération faisait partie du travail de Black Cube pour un client du secteur privé poursuivant des intérêts commerciaux liés aux sanctions sur l’Iran.

Rhodes, dont la mère est juive, a déclaré dimanche soir dans un tweet : « Pourquoi quelqu’un ressentirait-il le besoin de faire ça pour gagner un débat sur les mérites de l’accord iranien. Quel message cela envoie-t-il aux gens qui entrent dans la fonction publique ? »

Il a également tweeté : « Ce n’est pas un comportement qui devrait être acceptable dans une démocratie. Il est vorace, mesquin, et jette un nuage effrayant et menaçant sur le service public qui risque de s’étendre bien au-delà de moi et de @ColinKahl ».

Harvey Weinstein à Sun Valley, dans l’Idaho, le 12 juillet 2017. (Crédit : Drew Angerer/Getty Images)

Kahl a également réagi aux rapports, tweetant dimanche une liste de ses excès passés qui pourraient avoir été découverts dans l’enquête, mais déplorant aussi que sa femme soit devenue une cible, disant qu’une telle action a montré « encore un signe de la dégradation fondamentale de notre pays produit par Trump. »

Black Cube a déjà été lié à un certain nombre d’autres clients controversés

En mai, Christopher Wylie, l’informateur qui a révélé que les analystes des données Cambridge Analytica ont recueilli les détails sur la vie privée de 50 millions d’utilisateurs de Facebook et utilisé les données dans la campagne électorale 2016 de Trump, a également déclaré au Parlement britannique que Black Cube était impliqué dans un programme de piratage du président du Nigeria.

Black Cube a déclaré au Times of Israël à l’époque que la déclaration de Wylie était un « mensonge flagrant ».

En novembre 2016, un employé israélien de Black Cube a été condamné en Roumanie pour avoir tenté d’intimider le chef de la lutte contre la corruption du pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...