Les Juifs uruguayens commémorent le décès de David Fremd, tué par un musulman converti
Rechercher

Les Juifs uruguayens commémorent le décès de David Fremd, tué par un musulman converti

La communauté locale de Paysandu rend hommage à David Fremd, 55 ans, poignardé 10 fois dans le dos il y a un an

David Fremd, au centre, a été poignardé à mort dans une attaque présumée antisémite à Paysandu, Uruguay, le 8 mars 2016. (Crédit : Facebook)
David Fremd, au centre, a été poignardé à mort dans une attaque présumée antisémite à Paysandu, Uruguay, le 8 mars 2016. (Crédit : Facebook)

RIO DE JANEIRO – Les Juifs uruguayens ont rendu hommage à David Fremd, qui a été poignardé à mort par un musulman converti il y a un an, dans la petite ville de Paysandu.

Alexander Wajner, le président de la communauté juive de Paysandu, a déclaré dimanche pendant la cérémonie que le meurtre était « un acte antisémite » qui était insensé.

« C’est le jour où le jihadisme mondial a atteint un coin reculé du monde appelé Paysandu, et a attaqué de toute sa fureur », a-t-il déclaré.

Fremd, 55 ans, était un membre actif de la petite communauté juive de Paysandu. Il a été poignardé dix fois dans le dos par le tueur, qui aurait crié « Dieu est grand » en arabe.

L’assassin avait ensuite déclaré avoir « suivi les ordres d’Allah ».

La Chambre des représentants de l’Uruguay avait rendu hommage ce mois-ci à Fremd pendant un évènement sur la lutte contre le racisme et la discrimination.

« Malheureusement, nous ne pouvons pas penser que de tels évènements ne se représenteront pas, donc nous devons être très catégoriques dans la condamnation de ces actes xénophobes et terroristes », a déclaré Jose Carlos Mahia, le président de la Chambre, selon le journal El Pais.

En octobre, un tribunal uruguayen a estimé que l’assassin, Carlos Peralta, ne pouvait pas être tenu pour responsable de son crime en raison de son état psychique, et qu’il devait être envoyé dans un centre spécialisé plutôt qu’en prison.

Deux mois après l’attaque, le président uruguayen Tabare Vazquez et d’autres responsables du gouvernement ont assisté à la cérémonie de la Journée de l’Holocauste à Montevideo.

« Il est juste de se rappeler de l’infamie que représente la folie du nazisme, qui a pris tant de vies juives, pour que cela ne se reproduise plus jamais », a déclaré Vazquez aux 1 200 personnes présentes à la cérémonie organisée par le Comité israélite d’Uruguay, l’association regroupant la communauté juive organisée du pays d’Amérique du Sud.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...