L’attaquant d’Uruguay : « j’ai tué un Juif sur les ordres d’Allah »
Rechercher

L’attaquant d’Uruguay : « j’ai tué un Juif sur les ordres d’Allah »

L'enseignant suppléant ayant 'des liens avec l'islam' a poignardé à dix reprises David Fremd dans son dos

David Fremd, au centre, a été poignardé à mort dans une attaque présumée antisémite à Paysandu, Uruguay, le 8 mars 2016. (Crédit : Facebook)
David Fremd, au centre, a été poignardé à mort dans une attaque présumée antisémite à Paysandu, Uruguay, le 8 mars 2016. (Crédit : Facebook)

La police uruguayenne a confirmé que l’attaque meurtrière de mardi dernier de l’homme d’affaires juif de la petite ville de Paysandu était une agression antisémite.

« J’ai tué un Juif sur les ordres d’Allah », a déclaré l’agresseur présumé, 35 ans, un enseignant suppléant identifié par les initiales C.O.E.L., aux policiers mercredi, selon le journal El Observador.

Pendant la nuit, l’attaque qui a eu lieu mardi, il aurait crié « Allahu Akbar » (« Dieu est grand » en arabe), tout en poignardant David Fremd, 54 ans, à 10 reprises dans le dos. L’un de ses trois fils a également été blessé dans l’attaque, mais ses blessures ne seraient pas mortelles.

Des sources anonymes liées à l’enquête a déclaré au journal que l’attaquant a « un lien religieux avec l’islam ».

Le porte-parole de la Cour suprême de justice Raul Oxandabarat a déclaré que l’agresseur présumé allait subir des examens psychiatriques.

Fremd était un représentant local de l’association de regroupement des juifs uruguayens.

« Nous suivons chaque étape et attendons une déclaration officielle qui confirmera que quelque chose de vraiment sans précédent est arrivé dans la région », a déclaré Claudio Epelman, le directeur général du Congrès juif latino-américain.

Bnai Brith, dans un communiqué, a déclaré : « cela est inacceptable que cela arrive dans une démocratie comme la nôtre et mérite la condamnation la plus démonstrative et décisive », ajoutant que l’attaque était « un assassinat brutal ».

Le président du Paysandu Israelite Society, Alejandro Wajner, a déclaré que « les actes de vandalisme et de menaces » ont été constatés dans le passé contre la communauté juive locale. Il a ajouté que l’agresseur n’était pas connu dans la région.

L’année dernière, quatre fausses bombes ont été trouvées près de l’ambassade d’Israël à Montevideo.

En mai de cette même année, un rapport publié par le journal local El Dia a révélé qu’1 à 5 uruguayens détestaient les Juifs et se sentirait mal si lui ou elle avait un membre juif dans sa famille.

Uruguay, un pays situé entre l’Argentine et le Brésil, compte 12 000 Juifs.

Ilan Ben Zion contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...