Rechercher

L’Israélien Redefine Meat lève 135 M $ supplémentaires

Le fabricant de viande végétale utilisera les fonds pour mettre en place des lignes de production en Israël et aux Pays-Bas et développer ses partenariats avec les restaurants

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

La société israélienne Redefine Meat a développé des produits à base de plantes comme alternative à la viande. (Redefine Meat)
La société israélienne Redefine Meat a développé des produits à base de plantes comme alternative à la viande. (Redefine Meat)

La start-up israélienne Redefine Meat, qui fabrique des produits carnés à base de plantes imprimés en 3D, a obtenu un nouvel investissement de 135 millions de dollars pour financer des lignes de production en Israël et aux Pays-Bas, ainsi que pour étendre ses partenariats avec des restaurants et des établissements de restauration dans le monde entier.

Globes a d’abord rapporté le tour de financement tôt lundi, mené par le fonds de capital-risque Hanaco Ventures, basé à New York et Tel Aviv, qui a également investi récemment dans Remilk, un fabricant israélien de lait et de produits laitiers sans animaux, et dans Synthesis Capital, un fonds britannique consacré à la technologie alimentaire.

Ce nouvel investissement porte le total des capitaux levés par Redefine Meat à environ 180 millions de dollars à ce jour, et suit la tendance de ces derniers mois à des investissements uniques importants de plus de 100 millions de dollars dans des entreprises israéliennes de technologie alimentaire.

Outre Remilk, qui a levé 120 millions de dollars au début du mois, Future Meat, une entreprise de biotechnologie basée à Rehovot qui crée des produits à base de poulet, d’agneau et de bœuf à partir de cellules animales, a levé 347 millions de dollars en décembre dans le cadre d’un tour de financement de série B, le plus gros investissement unique dans une entreprise de viande cultivée à ce jour. En juillet dernier, la start-up israélienne de viande cultivée Aleph Farms a reçu un investissement de 105 millions de dollars, notamment de la part de l’acteur et activiste américain Leonardo DiCaprio, afin de commercialiser des steaks cultivés en laboratoire.

Une illustration de la coupe de muscle entier de bœuf imprimée en 3D par Redefine Meat (Autorisation)

Le Good Food Institute (GFI) Israel, une organisation à but non lucratif qui cherche à promouvoir la recherche et l’innovation dans ce domaine, a récemment publié un rapport selon lequel les entreprises israéliennes de technologie alimentaire dans le secteur de la viande cultivée ont attiré quelque 40 % des investissements mondiaux en 2021.

Israël abrite actuellement plus de 400 entreprises de food tech, un vaste domaine qui comprend la nutrition, l’emballage, la sécurité alimentaire, les systèmes de transformation, les nouveaux ingrédients et les protéines alternatives. Ces dernières comprennent les substituts végétaux de la viande, des produits laitiers et des œufs ; les produits laitiers, la viande et les fruits de mer de culture ; les protéines d’insectes ; et les produits et processus de fermentation.

Redefine Meat est l’une des principales start-ups du sous-secteur de la viande d’origine végétale, qui comprend également des entreprises remarquables telles que SavorEat, qui fabrique également de la viande d’origine végétale à l’aide de la technologie 3D (ou technologie de fabrication additive), et le nouveau venu Plantish, une start-up israélienne qui a récemment dévoilé un filet de saumon entier d’origine végétale.

En Israël, les plats préparés avec les produits de Redefine Meat sont vendus dans quelque 200 restaurants et établissements, selon la société, dont le Coffee Bar et l’hôtel Montefiore à Tel Aviv.

Un steak végétal Redefine Meat mis au point par impression 3D (Autorisation)

Fondée par les entrepreneurs Eshchar Ben-Shitrit et Adam Lahav, Redefine Meat (anciennement JetEat) a produit son premier steak végétal imprimé en 3D en 2018. L’entreprise affirme que sa technologie brevetée de fabrication numérique à l’échelle industrielle parvient à reproduire intégralement la structure musculaire du bœuf. Les produits, composés d’un mélange de protéines de pois, de soja, de betterave, de pois chiches et de graisse de noix de coco, sont riches en protéines, n’ont pas de cholestérol, et ont l’apparence, la cuisson, la sensation et le goût de la vraie viande, selon la startup.

Redefine Meat utilise des imprimantes 3D et de « l’encre » pour « imprimer » les steaks. L’entreprise vise à vendre les imprimantes et les cartouches aux distributeurs de viande du monde entier, qui imprimeront et distribueront la viande une fois produite. L' »encre » est composée d’ingrédients d’origine végétale, comme des légumineuses et des céréales, pour créer la texture musculaire de la viande alternative ; elle contient également des graisses végétales, pour imiter la graisse de bœuf, ainsi que des arômes et des couleurs naturels, pour imiter le facteur sang de la viande et sa nature juteuse.

La gamme de produits de l’entreprise, appelée New Meat, comprend désormais des morceaux entiers, des hamburgers, des saucisses, des brochettes d’agneau et du bœuf haché, car la start-up a déclaré qu’elle espérait devenir « la plus grande entreprise de viande au monde en proposant toutes les coupes d’une vache. »

En novembre, Redefine Meat a annoncé que ses produits seraient disponibles dans certains restaurants haut de gamme au Royaume-Uni, en Allemagne et aux Pays-Bas, y compris dans des restaurants étoilés au Michelin.

La brochette d’agneau de Redefine Meat sur le barbecue. (Autorisation: Redefine Meat)

« Nous avons atteint un niveau de supériorité en termes de goût et de texture qui a surpris même certains des chefs les plus reconnus au monde, et nos capacités technologiques uniques nous permettent de remplacer chaque partie de la vache pour la première fois », a déclaré Ben-Shitrit à l’époque.

Le marché mondial des substituts de viande devrait atteindre 8,1 milliards de dollars d’ici 2026, selon la société de données Allied Market Research, car les consommateurs cherchent à réduire leur consommation de viande pour des raisons de santé, de bien-être animal et d’environnement.

Parmi les entreprises qui ont fait les gros titres dans le secteur végétal, citons Beyond Meat Inc, basée à Los Angeles, un producteur de substituts de viande d’origine végétale coté au Nasdaq, dont les produits imitent le poulet, le bœuf et la saucisse de porc et sont disponibles dans la plupart des épiceries aux États-Unis et dans les chaînes de restaurants.

Une autre firme est Impossible Foods Inc, une entreprise californienne qui sélectionne les protéines et les nutriments des plantes pour recréer l’expérience et la nutrition des produits carnés. La firme a lancé l’Impossible Burger en 2016, disponible dans les épiceries aux États-Unis ; son produit de saucisse à base de plantes est disponible chez Starbucks aux États-Unis.

Shoshanna Solomon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...