L’euro en forte hausse après le 1er tour de la présidentielle française
Rechercher

Macron et Le Pen vainqueurs du premier tour

47 millions de Français étaient appelés à voter pour le premier tour de l'élection présidentielle ; le taux de participation à 17h00 était de 69,42 %

  • La file d'attente devant le consulat à Tel Aviv, le jour du premier tour des élections présidentielles françaises (Crédit : Leslie Gahnassia/Times of Israel)
    La file d'attente devant le consulat à Tel Aviv, le jour du premier tour des élections présidentielles françaises (Crédit : Leslie Gahnassia/Times of Israel)
  • Les 11 candidats à l'élection présidentielle française de 2017. (Crédit : Joël Saget/Eric Feferberg/AFP)
    Les 11 candidats à l'élection présidentielle française de 2017. (Crédit : Joël Saget/Eric Feferberg/AFP)
  • Vote dans un bureau de vote pour le premier tour des élections présidentielles françaises, à Strasbourg, le 23 avril 2017. (Crédit : Federick Florin/AFP)
    Vote dans un bureau de vote pour le premier tour des élections présidentielles françaises, à Strasbourg, le 23 avril 2017. (Crédit : Federick Florin/AFP)
  • Emmanuel Macron à la sortie du bureau de vote pour le premier tour de l'élection présidentielle française, au Touquet, le 23 avril 2017. (Crédit : Philippe Huguen/AFP)
    Emmanuel Macron à la sortie du bureau de vote pour le premier tour de l'élection présidentielle française, au Touquet, le 23 avril 2017. (Crédit : Philippe Huguen/AFP)
  • Marine Le Pen vote au premier tour de l'élection présidentielle française, à Hénin-Beaumont, dans le nord de la France, le 23 avril 2017. (Crédit : Alain Jocard/AFP)
    Marine Le Pen vote au premier tour de l'élection présidentielle française, à Hénin-Beaumont, dans le nord de la France, le 23 avril 2017. (Crédit : Alain Jocard/AFP)
  • François Fillon vote au premier tour de l'élection présidentielle française, à Paris, le 23 avril 2017. (Crédit : Christophe Archambault/Pool/AFP)
    François Fillon vote au premier tour de l'élection présidentielle française, à Paris, le 23 avril 2017. (Crédit : Christophe Archambault/Pool/AFP)
  • Jean-Luc Mélenchon vote au premier tour de l'élection présidentielle française, à Paris, le 23 avril 2017. (Crédit : Bertrand Guay/AFP)
    Jean-Luc Mélenchon vote au premier tour de l'élection présidentielle française, à Paris, le 23 avril 2017. (Crédit : Bertrand Guay/AFP)

En France comme à l’étranger, les Français ont été nombreux à se rendre aux urnes pour choisir le nouveau président de la Cinquième République.

Pour la première fois, quatre candidats, François Fillon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon pouvaient se qualifier pour le deuxième tour de l’élection présidentielle française.

L’élection s’annonçait serrée, et le Times of Israël suit pour vous les résultats et les déclarations de la soirée.

Retrouvez tous nos articles sur l’élection présidentielle française.

Fermeture des premiers bureaux et fort suspense

Les bureaux de vote ont commencé à fermer dimanche à 19h00 heures locales en France où 47 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes, sous haute surveillance, pour le premier tour d’une élection présidentielle à suspense, cruciale pour l’avenir de l’Union européenne.

Les premiers résultats étaient attendus au plus tôt à partir de 20h00 heures françaises (21h00 en Israëlà. Les deux candidats en tête s’affronteront le 7 mai.

– AFP

Les dispositifs des candidats

Les « grands » candidats ont chacun prévu un dispositif particulier pour cette soirée électorale.

L’équipe d’En Marche ! a loué pour Emmanuel Macron un hall du parc des expositions de la porte de Versailles, et a accrédité 1 100 journalistes venus du monde entier.

800 journalistes, venant même de Corée du Sud et d’Egypte, sont venus suivre la soirée de François Fillon, dans le 15e arrondissement de Paris.

A Hénin-Beaumont, l’équipe du Front national a accrédité 650 journalistes français et étranger.

Les candidats ont voté

François Fillon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon ont, comme des millions de Français, voté aujourd’hui.

François Fillon vote au premier tour de l'élection présidentielle française, à Paris, le 23 avril 2017. (Crédit : Christophe Archambault/Pool/AFP)
François Fillon vote au premier tour de l’élection présidentielle française, à Paris, le 23 avril 2017. (Crédit : Christophe Archambault/Pool/AFP)
Marine Le Pen vote au premier tour de l'élection présidentielle française, à Hénin-Beaumont, dans le nord de la France, le 23 avril 2017. (Crédit : Alain Jocard/AFP)
Marine Le Pen vote au premier tour de l’élection présidentielle française, à Hénin-Beaumont, dans le nord de la France, le 23 avril 2017. (Crédit : Alain Jocard/AFP)
Emmanuel Macron à la sortie du bureau de vote pour le premier tour de l'élection présidentielle française, au Touquet, le 23 avril 2017. (Crédit : Philippe Huguen/AFP)
Emmanuel Macron à la sortie du bureau de vote pour le premier tour de l’élection présidentielle française, au Touquet, le 23 avril 2017. (Crédit : Philippe Huguen/AFP)
Jean-Luc Mélenchon vote au premier tour de l'élection présidentielle française, à Paris, le 23 avril 2017. (Crédit : Bertrand Guay/AFP)
Jean-Luc Mélenchon vote au premier tour de l’élection présidentielle française, à Paris, le 23 avril 2017. (Crédit : Bertrand Guay/AFP)

Macron et Le Pen qualifiés pour le 2e tour

Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont en tête à 20h00 avec environ 23 % des voix chacun.

Mélenchon et Fillon à égalité

Selon la SOFRES, Jean-Luc Mélenchon et François Fillon sont à égalité avec 19 % des voix exprimées

Bayrou appelle au « rassemblement » de la France

François Bayrou, soutient d’Emmanuel Macron réagit aux premiers résultats : « ce scrutin donne l’image d’une France déchirée ». Il appelle au « rassemblement ».

Marion Maréchal-Le Pen se réjouit du résultat du FN

La qualification de Marine Le Pen pour le second tour de l’élection présidentielle est une « victoire historique des patriotes et des souverainistes », a estimé dimanche soir sa nièce Marion Maréchal-Le Pen, satisfaite d’un « clivage clair » avec l’autre qualifié Emmanuel Macron.

« Cela fait 15 ans qu’il n’y avait pas eu de candidat souverainiste qui soit parvenu au deuxième tour », a rappelé la députée FN du Vaucluse, évoquant « une grande victoire idéologique ».

– AFP

Estrosi appelle à voter Macron

Christian Estrosi, le président LR de la région PACA appelle à voter Macron au second tour sur Twitter.

« Le candidat de ma famille politique n’est pas au second tour de l’élection présidentielle (…) J’appelle donc tous les citoyens de notre pays à voter en faveur d’Emmanuel Macron », a tweeté le président de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

« Ce soir je suis triste, c’est la première fois depuis le début de mon engagement politique que le candidat de ma famille politique n’est pas au second tour de l’élection présidentielle », a regretté M. Estrosi.

Il a justifié son soutien au leader de En Marche! par le fait qu’il a toujours défendu l’idée que « la campagne devait se concentrer sur l’élimination de Marine Le Pen au deuxième tour ».

« Madame Le Pen et son clan représentent un danger majeur pour l’unité de la nation. Elle défend un programme dévastateur qui conduirait à l’isolement de la France et à la mise au ban international de notre pays », a-t-il ajouté.

« Le projet du Front national c’est la certitude de l’abaissement moral de la nation, de la division des Français et du chaos économique », a ajouté M. Estrosi.

Selon Renaud Muselier, qui a tweeté séparément une déclaration, « les Français ont tranché et ont décidé de ne pas reconduire les deux partis traditionnels de gouvernement au second tour de cette élection présidentielle ».

Le député européen LR a estimé qu’il s’agissait d’une « terrible nouvelle pour (sa) famille politique et pour (le) pays », ajoutant que « cette débâcle démontre une volonté de changement et de renouvellement de la classe politique ».

– avec AFP

Philippot appelle les électeurs de Fillon à voter Le Pen

Le vice-président du Front national, Florian Philippot, a appelé dimanche « tous les électeurs, y compris ceux de Fillon » à voter pour Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, qualifiée derrière Emmanuel Macron selon des premières estimations.

« Je lance un appel à tous les électeurs, et y compris bien sûr les électeurs qui ont fait le choix de M. Fillon, et qui ont pu avoir le sentiment qu’au premier tour on leur a un peu volé leur élection », a déclaré le député européen sur France 2, estimant que la candidate du FN avait réussi à imposer « le patriotisme à tous les niveaux ».

– AFP

Hamon appelle à voter Macron

Benoit Hamon, qui obtiendrait environ 6,3 % des voix, admet une « sanction historique » pour le PS et appelle à voter Macron.

Benoit Hamon, candidat du PS, après son discours de défaite à la Mutualité, au soir du premier tour de l'élection présidentielle française, le 23 avril 2017. (Crédit : Martin Bureau/AFP)
Benoit Hamon, candidat du PS, après son discours de défaite à la Mutualité, au soir du premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril 2017. (Crédit : Martin Bureau/AFP)

– avec AFP

Fillon battu, « l’immense déception de la droite »

Bruno Retailleau, chargé de la coordination de la campagne de François Fillon (LR), a affirmé que la défaite de l’ancien Premier ministre au premier tour de la présidentielle était « une immense déception », dimanche à l’AFP.

« C’est une immense déception, la campagne n’a permis d’aborder ni les difficultés des Français, ni le bilan de François Hollande, ni les projets », a déploré Retailleau, également président de la région Pays de la Loire.

– AFP

Macron : on tourne une page de la vie politique

Emmanuel Macron, arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle, a estimé dimanche auprès de l’AFP que « l’on tourne clairement aujourd’hui une page de la vie politique française ».

« Les Français ont exprimé leur désir de renouvellement. Notre logique est désormais celle du rassemblement que nous poursuivrons jusqu’aux élections législatives », a-t-il poursuivi dans une déclaration transmise à l’AFP.

– AFP

Cazeneuve appelle à voter Macron au second tour de la présidentielle

Bernard Cazeneuve, le Premier ministre français, appelle à voter Macron au second tour de la présidentielle.

– AFP

Plusieurs centaines de militants « antifascistes » à Paris

Plusieurs centaines de jeunes étaient rassemblés dimanche soir sur les marches de l’Opéra Bastille à Paris à l’appel de mouvements « antifascistes » qui entendent organiser une « nuit des barricades » au soir du premier tour de la présidentielle, a constaté un journaliste de l’AFP.

« Quel que soit le résultat nous ne le reconnaîtrons pas ! », a lancé un manifestant au micro sous les acclamations de jeunes souvent habillés en noir, juste avant l’annonce des premières estimations. Un premier fumigène rose a aussi été allumé.

« Paris, Paris, antifas ! », criaient déjà certains d’entre eux en début de soirée tandis des CRS étaient déployés en masse dans les rues adjacentes à la place de la Bastille.

« On est venus protester contre la mascarade que représente cette élection », a déclaré a l’AFP un manifestant sous couvert d’anonymat.

« Tous les principaux candidats, Macron, Fillon, Le Pen, ne sont là que pour perpétuer le règne de l’oligarchie qui confisque le pouvoir et vole les richesses au peuple. Ils n’ont aucune légitimité, il y a donc une crise de représentativité grave en France », a-t-il estimé.

Interrogé sur ce que les manifestants comptaient faire dimanche soir, il a répondu : « on sait pas encore, on va improviser ».

– AFP

Les appels à voter Macron se multiplient

A gauche comme à droite, les appels à voter pour le candidat d’En Marche ! sont de plus en plus nombreux.

Après Christian Estrosi, François Barouin, et Jean-Pierre Raffarin, Laurent Wauquiez appelle pour sa part à « ne pas voter pour Le Pen ».

Bernard Cazeneuve, Jean-Marc Ayrault et Benoit Hamon ont eux aussi appelé à voter pour Macron.

Mayer Habib appelle à voter pour Macron

Le député des Français de l’étranger Meyer Habib appelle à voter pour Emmanuel Macron sur Twitter.

Arno Karsfeld et l’UEJF appellent à voter pour Macron

Arno Klarsfeld, avocat et fils de Serge et Beate Klarsfeld, appelle sur Twitter à voter pour Macron, tout comme le syndicat des étudiants juifs de France, l’UEJF.

Le président du CRIF appelle à la « mobilisation républicaine »

Francis Kalifat, le président du CRIF, se dit à la fois « satisfait et inquiet » des résultats du premier tour.

Les estimations des résultats à 20h00

Emmanuel Macron obtiendrait entre 23 % et 2 4%, Marine Le Pen entre 21,6 % et 23 %, devant François Fillon entre 19 % et 20,3 % et Jean-Luc Mélenchon entre 19 % et 20 %, au coude-à-coude, loin devant Benoît Hamon entre 6,1 % et 6,8 % et Nicolas Dupont-Aignan entre 4,5 % et 5 %. Aucun autre candidat n’atteint la barre des 5 %.

– Selon l’institut Elabe (pour BFMTV/RMC), Emmanuel Macron recueille 24% des voix devant Marine Le Pen 21,8%, François Fillon 19,9%, Jean-Luc Mélenchon 19,3%, Benoît Hamon à 6,3%, Nicolas Dupont-Aignan 4,9%. Jean Lassalle recueille 1%, Philippe Poutou 1,1%, François Asselineau 0,8%, Nathalie Arthaud 0,7% et Jacques Cheminade 0,2%.

– Pour l’Ifop-Fiducial (Paris-Match, Sud Radio, Cnews), Emmanuel Macron recueille 23,8% des voix devant Marine Le Pen 21,6%, François Fillon 20,3%, Jean-Luc Mélenchon 19,6%, Benoît Hamon à 6,1%, Nicolas Dupont-Aignan 4,6%. Jean Lassalle recueille 1,3%, Philippe Poutou 1%, François Asselineau 0,9%, Nathalie Arthaud 0,6% et Jacques Cheminade 0,2%.

– Selon Kantar-Sofres (TF1/RTL/LCI), Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont à égalité à 23% des voix et François Fillon et Jean-Luc Mélenchon à égalité à 19%, Benoît Hamon à 6,8% et Nicolas Dupont-Aignan à 5%. Jean Lassalle recueille 1,5%, Philippe Poutou et François Asselineau 1%, Nathalie Arthaud 0,5% et Jacques Cheminade 0,2%.

– Pour Ipsos-Sopra Steria (France Télévisions/ Radio France/LCP/Public Sénat/France 24/Le Point et Le Monde), Emmanuel Macron est en tête avec 23,7% des voix, devant Marine Le Pen 21,7%, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon à égalité à 19,5%, Benoît Hamon est à 6,2% et Nicolas Dupont-Aignan à 5%. Jean Lassalle recueille 1,5%, Philippe Poutou 1,2%, François Asselineau 0,8%, Nathalie Arthaud 0,7% et Jacques Cheminade 0,2%.

– Selon Harris Interactive (pour M6), Emmanuel Macron est en tête avec 24% des voix, devant Marine Le Pen 22%, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon à égalité à 20%, Benoît Hamon est à 6% et Nicolas Dupont-Aignan à 4,5%. Jean Lassalle, Philippe Poutou et François Asselineau 1%, Nathalie Arthaud 0,5% et Jacques Cheminade 0%.

– AFP

Fillon appelle à voter pour Macron

Le candidat déçu de la droite a appelé à voter « contre l’extrême-droite », et votera pour Emmanuel Macron.

« Il nous faut choisir ce qu’il y a de préférable pour notre pays. Je ne le fais pas de gaité de cœur mais l’abstention n’est pas dans mes gênes, surtout lorsqu’un parti extrémiste s’approche du pouvoir. L’extrémisme ne peut qu’apporter malheur et division à la France. Il n’y a pas d’autre choix que de voter contre l’extrême droite, je voterai donc en faveur d’Emmanuel Macron », a déclaré Fillon à la télévision.

François Fillon a reconnu dimanche soir sa défaite face à des « obstacles trop nombreux et trop cruels », après son élimination dès le premier tour de l’élection présidentielle.

« Cette défaite est ma défaite », a dit le candidat de la droite, en admettant: « malgré tous mes efforts et ma détermination, je n’ai pas réussi à vous convaincre ». Evoquant « des obstacles sur (sa) route trop nombreux et trop cruels », il a affirmé qu' »un jour la vérité sera faite sur cette élection ».

– avec AFP

Le Foll et Duflot appellent à voter pour Macron

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a appelé dimanche soir à voter Emmanuel Macron (En Marche!) face à la candidate du FN Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle.

« Sans ambiguités, en ce qui me concerne -je pense que la position du parti socialiste sera celle-là-, appelons à voter Emmanuel Macron au 2e tour de cette élection », a déclaré M. Le Foll sur le plateau de TF1.

Evoquant « pour le parti socialiste un résultat qui est une déception », il a appelé à « faire barrage à une France qui n’est pas celle que nous voulons, pas celle qui nous permettra de sortir des difficultés que nous pouvons connaître ».

Cécile Duflot, ex-ministre EELV et soutien du candidat PS Benoît Hamon pour la présidentielle, votera « sans hésiter » pour Emmanuel Macron (En Marche!), qualifié pour le second tour face à la candidate du Front national Marine le Pen.

« Je voterai sans hésiter pour Emmanuel Macron », a déclaré Cécile Duflot dimanche soir sur le plateau de TF1. « Il ne gagnera pas sur son projet, mais sur un message qui devra être envoyé à l’ensemble de notre pays. Nous sommes à un moment carrefour, très douloureux finalement, très dangereux aussi. »

– AFP

Valls appelle à voter pour Macron

L’ancien Premier ministre socialiste Manuel Valls a appelé dimanche soir à voter pour Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle, invoquant « la gravité du moment » avec la qualification de la candidate FN, Marine Le Pen.

« Comme au 1er tour je voterai Emmanuel Macron le 7 mai. Chacun doit mesurer la gravité du moment et tout faire pour rassembler. Pour la France », a-t-il dit sur son compte Twitter.

« Il faut garantir une large défaite de l’extrême droite le 7 mai, bâtir une majorité présidentielle large, cohérente et progressiste », a-t-il encore ajouté, presque quinze ans jour pour jour après la qualification de Jean-Marie Le Pen (FN) au second tour, face à Jacques Chirac.

Manuel Valls avait annoncé fin mars qu’il voterait pour Emmanuel Macron, son ancien ministre, et non pour le candidat désigné au terme de la primaire socialiste, Benoît Hamon.

– AFP

SOS Racisme appelle à la mobilisation contre le FN

La qualification de Marine Le Pen pour le second tour de la présidentielle d’après les premières estimations marque « un jour de honte pour la France », selon le président de SOS Racisme Dominique Sopo, qui appelle à un rassemblement lundi à Paris.

Sopo a jugé « dramatique » que la candidate du Front national soit au deuxième tour », quinze ans après son père.

Le score que lui attribuent les estimations des instituts de sondages publiées à 20h00, entre 21,6 et 23 %, derrière Emmanuel Macron (entre 23 % et 24 %),sont néanmoins inférieurs aux prévisions d’il y a quelques semaines, signe selon lui que « lorsqu’il y a mobilisation contre le FN, ça produit des effets », a-t-il déclaré à l’AFP.

L’association appelle à un rassemblement à Paris lundi à 18h00 Place de la République, regrettant dans un communiqué « à quel point la démocratie est malade pour en arriver à ce que le corps électoral ait choisi comme finaliste la candidate d’un parti raciste, antisémite, opposé aux valeurs de la démocratie et adepte des replis identitaires les plus haineux ».

Hollande exprimera « très clairement » son choix

François Hollande exprimera « très clairement » son choix pour le second tour de la présidentielle et « rapidement » mais pas dès dimanche soir, a-t-on appris auprès de l’Elysée, qui a précisé que le président avait déjà félicité Emmanuel Macron.

« Bien entendu, le président exprimera très clairement son choix pour le deuxième tour de l’élection », a-t-on déclaré de même source, précisant qu’il avait appelé le candidat d’En Marche ! « pour le féliciter » dès 20h15.

– AFP

Juppé appelle à voter Macron

Alain Juppé (LR), candidat malheureux à la primaire de la droite pour l’élection présidentielle, a appelé dimanche soir depuis sa mairie de Bordeaux à voter au second tour pour Emmanuel Macron (En Marche) afin de contrer l’extrême droite de Marine Le Pen.

« Sans hésiter, je choisis ce (dimanche) soir d’apporter mon soutien à Emmanuel Macron dans son duel avec l’extrême droite, une extrême droite qui conduirait la France au désastre », a déclaré le maire LR de Bordeaux, qui a toujours refusé le « ni-ni » face au Front national.

– AFP

Marine Le Pen remercie ses électeurs

Depuis Hénin-Beaumont, la candidate du FN s’adresse à la foule de ses militants.

Marine Le Pen remercie « les électeurs patriotes français » dimanche soir, et se réjouit du retour de la « fierté française ».

Marine Le Pen propose une « grande alternance »

La candidate du FN présente un « choix très simple », entre la « dérégulation » de la mondialisation, et « la France » avec des frontières fortes.

Cambadélis appelle le PS à « se rassembler pour faire barrage au FN »

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a estimé que « le PS va devoir se rassembler pour faire barrage au FN », car « le 2e tour n’est pas gagné ».

Dans un tweet, il a aussi salué « la campagne courageuse de Benoît Hamon ». Le candidat PS a obtenu, selon les estimations, un score entre 6 % et 7 %, « une sanction historique », a reconnu Benoît Hamon.

https://twitter.com/jccambadelis/status/856217754495578112

– AFP

Ambiance au QG de Benoit Hamon

Pierre Laurent (PCF) appelle « à battre » Le Pen

Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, a appelé dimanche « à battre » Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle en utilisant « l’autre bulletin », celui d’Emmanuel Macron, sans pour autant « adhérer » au programme de ce dernier.

« Nous prenons nos responsabilités parce que l’accession à l’Élysée de Marine Le Pen serait trop grave pour le pays, pour la sécurité du monde », a-t-il déclaré sur France 2, disant néanmoins ne « pas se reconnaître » dans le programme d’Emmanuel Macron qu’il « faudra combattre demain ».

– AFP

Mélenchon appelle à la « retenue » sur les estimations données

Jean-Luc Mélenchon a appelé à la « retenue » dimanche soir sur un deuxième tour opposant Emmanuel Macron à Marine Le Pen, selon des scores « annoncés sur la base de sondages », alors que « les résultats des grandes villes ne sont pas encore connus ».

« Nous ne validons pas le score annoncé sur la base des sondages, les résultats des grandes villes ne sont pas encore connus, j’appelle à la retenue et les commentateurs à la prudence », a déclaré le candidat de La France insoumise dans un très court billet posté sur Facebook.

Nous ne validons pas le score annoncé sur la base de sondages. Les résultats des grandes villes ne sont pas encore connus. J'appelle à la retenue et les commentateurs à la prudence. JLM

Posted by Jean-Luc Mélenchon on Sunday, 23 April 2017

– AFP

Ambiance au QG de François Fillon

Un responsable allemand se réjouit du score de Macron

Michael Roth, secrétaire d’Etat allemand aux Affaires européennes, s’est réjouit sur Twitter de la qualification d’Emmanuel Macron au second tour.

« Si Macron gagne, la France, l’UE et l’amitié franco-allemande gagnent », a-t-il écrit.

Ceux qui ne voteront pas pour Macron

Philippe Poutou, candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) à l’élection présidentielle, s’est abstenu dimanche d’appeler à voter pour Emmanuel Macron au second tour, jugeant que le candidat d’En Marche! n’était « pas un rempart contre le FN ».

« Dimanche 7 mai, beaucoup voudront faire barrage au FN en votant Macron. Nous comprenons la volonté de rejeter le danger mortel pour tout progrès social et pour l’ensemble des droits, tout particulièrement pour les populations immigrées et d’origine immigrée, que représenterait l’arrivée au pouvoir de Marine Le Pen », a estimé le candidat du NPA dans un communiqué.

Mais « ce sont bien les politiques d’austérité et sécuritaires, en particulier quand c’est la prétendue gauche de gouvernement qui les a portées, qui restent la cause de la montée du FN et de ses idées nauséabondes », a-t-il ajouté.

C’est pourquoi « pour faire reculer durablement ce péril, il n’y a pas d’autre solution que de reprendre la rue, contre l’extrême droite, mais aussi contre toutes celles et ceux qui, comme Macron, ont mis en place ou veulent imposer des mesures antisociales », a-t-il ajouté, précisant dans un communiqué que « le NPA et ses militants se joindront aux manifestations contre le FN ».

« Au soir de ce premier tour, l’avenir reste bien à la contestation de ce système, toutes et tous ensemble », a ajouté Philippe Poutou, en soulignant le « gouffre » qui « sépare de plus en plus la population d’un système politique qui ne nous représente pas ».

La candidate de Lutte Ouvrière Nathalie Arthaud a appelé dimanche sur Twitter à « rejeter le vote pour Marine Le Pen », avant d’ajouter qu' »au deuxième tour, pour (s)a part, (elle) votera blanc. »

« Les travailleurs conscients doivent rejeter le vote pour Marine Le Pen », a d’abord indiqué dans un tweet Nathalie Arthaud, avant de préciser: « Nous ne participerons à aucun front républicain, réunissant de la droite fillonniste jusqu’au Parti socialiste. »

« Pour notre part nous ne nous rallierons pas au front républicain derrière Macron », a-t-elle clarifié dans un nouveau tweet.

La candidate trotskiste a encore affirmé : »Pour ma part je voterai blanc en rejetant le FN mais sans croire que Macron est un barrage. Je crois dans l’expression des luttes ».

– AFP

Second tour : l’Eglise ne choisit pas, mais appelle à « une société plus fraternelle »

La Conférence des évêques de France a appelé dimanche soir à « construire une société plus juste, plus fraternelle dans ses diversités et plus respectueuse de chacun », après la qualification pour le second tour de la présidentielle d’Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

L’Eglise de France « n’appelle pas à voter pour l’un ou l’autre candidat mais, en rappelant les enjeux de l’élection, elle souhaite donner à chacun des éléments pour son discernement propre ».

Dans un communiqué, Mgr Olivier Ribadeau Dumas, porte-parole de la Conférence des évêques, appelle à « un véritable pacte éducatif ». Il estime que c’est « en soutenant la famille, tissu nourricier de la société, en respectant les liens de filiation, que l’on fera progresser la cohésion sociale ».

Olivier Ribadeau-Dumas (Crédit : Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons - cc-by-sa-3.0)
Olivier Ribadeau-Dumas (Crédit : Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons – cc-by-sa-3.0)

L’Eglise de France soutient également « la mise en oeuvre de moyens de solidarité efficaces » et appelle à « mettre en oeuvre concrètement sa préoccupation des plus pauvres, des personnes âgées, des personnes handicapées, des chômeurs ».

A propos des migrants, elle déclare que « l’accroissement du phénomène migratoire, dû à de nombreux facteurs, est un constat, pas un combat ».

« Quand certains pays accueillent des millions de réfugiés, comment notre pays pourrait-il reculer devant la perspective d’accueillir et d’intégrer quelques dizaines de milliers de ces victimes ? »

Estimant qu' »aujourd’hui, le risque principal serait de renoncer à lutter pour l’avenir et de céder à la tentation », elle estime que « notre foi chrétienne nous appelle à l’espérance ».

L’euro en forte hausse après le 1er tour de la présidentielle française

L’euro s’affichait en forte hausse lundi matin en Asie face au dollar et au yen, après l’annonce des estimations de résultats du premier tour de l’élection présidentielle française, avec Emmanuel Macron et Marine Le Pen en tête.

A 06H20 à Tokyo (dimanche 21H20 GMT), face au billet vert, la monnaie européenne valait 1,0880 dollar contre 1,0726 dollar vendredi à 21H00 GMT.

L’euro est même monté jusqu’à 1,0933 dollar auparavant.

Vis-à-vis de la devise nippone, il valait 120,02 yens, contre 117,07 yens vendredi à New York. Il est même monté plus tôt à 120,88 yens.

Le palais Brongniart, ancien siège de la bourse de Paris (Crédit : AFP/Archives Thomas Coex)
Le palais Brongniart, ancien siège de la bourse de Paris (Crédit : AFP/Archives Thomas Coex)

La presse européenne salue Macron

Le Guardian (centre gauche) estime qu’Emmanuel Macron représente « le meilleur espoir d’un grand pays profondément troublé », mais juge que « la menace posée par l’extrême droite n’est pas éteinte ».

Le Financial Times voit déjà dans le second tour du 7 mai le « couronnement » de M. Macron.

Le quotidien des milieux d’affaires prévient toutefois que le jeune centriste (39 ans) sera forcé de « négocier durement » pour mettre son programme en oeuvre s’il est élu.

Le quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung se montre réservé sur la qualification d’Emmanuel Macron dans un article intitulé « La France déchirée ». « Plus de 40 % des Français ont voté pour des candidats à droite toute ou à gauche toute. La victoire de Macron est tellement étroite que lors des deux présidentielles précédentes (2007 et 2012, ndlr) il ne serait pas arrivé au second tour ».

Pour le magazine de centre-gauche Der Spiegel, le succès du candidat centriste est « une gifle retentissante pour l’establishment politique. Sa qualification au second tour a balayé, au moins provisoirement, des institutions politiques de longue date, les gaullistes-conservateurs Les Républicains, tout comme les socialistes au pouvoir (du président) François Hollande ».

Dans un éditorial publié sur son site, Le Soir juge que les Français « ont fait leur révolution, balayant, à la Trump, les partis et les hommes politiques traditionnels, de gauche comme de droite, pour mettre face à face deux personnalités hors système ».

Le Temps, reprenant le terme de « nouvelle frontière » utilisé par l’ancien président américain John Fitzgerald Kennedy, espère la victoire d’Emmanuel Macron. « Ce jeune président de même pas 40 ans peut donner une nouvelle frontière à la France et améliorer le sort des Français ».

Mais le quotidien estime qu' »avec le Front national, ce sont les descendants de la France collaborationniste et de l’Algérie française qui se trouvent aux portes du pouvoir ».

Gazeta Wyborcza (centre gauche) a salué la qualification d’Emmanuel Macron : « L’Union européenne devrait survivre au divorce tout juste entamé avec la Grande-Bretagne. Mais le ‘Frexit’, la sortie de la France de l’Union, aurait enterré le projet européen. Et c’est ce qu’avait annoncé Marine Le Pen, la chef du Front national ».

Boutin juge « possible » de voter pour Le Pen si elle s’engage sur des « points fondamentaux »

Christine Boutin, ex-candidate à la présidentielle et ex-ministre de Nicolas Sarkozy, a déclaré dimanche à l’AFP qu’elle jugeait « possible » de voter pour Marine Le Pen au second tour si la présidente du Front national s’engage sur des « points fondamentaux » à ses yeux.

« Je ne peux pas dire que Marine Le Pen, ce soit ma tasse de thé, mais Emmanuel Macron, jamais ! Lui, c’est la peste et le choléra », a affirmé l’ancienne présidente du Parti chrétien démocrate.

Christine Boutin (CC BY SA 3.0)
Christine Boutin (CC BY SA 3.0)

Royal appelle à la « mobilisation » autour de Macron

Ségolène Royal a appelé dimanche soir à la « mobilisation » autour d’Emmanuel Macron.

« Mobilisation autour d’@EmmanuelMacron pour faire gagner les valeurs et talents de France regardée par le monde et qui veut inventer le futur », a souligné la ministre de l’Environnement et ancienne candidate socialiste à l’élection présidentielle, dans un message sur Twitter.

Mme Royal ne s’était pas prononcée en faveur d’un candidat avant le premier tour. Il y a une dizaine de jours, elle avait néanmoins salué « la très bonne campagne » du candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon.

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll et plusieurs ministres, comme Marisol Touraine et Audrey Azoulay, ont appelé dimanche soir à voter Emmanuel Macron (En Marche!) face à la candidate du FN Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle.

Audrey Azoulay appelle à voter Macron

L’actuelle ministre de la Culture appelle à voter pour le candidat d’En Marche.

Les Européens se réjouissent pour Macron – Wilders pour Le Pen

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, a félicité Emmanuel Macron dans un tweet « pour son résultat au premier tour » et lui souhaite « bon courage pour la suite ».

Jean-Claude Juncker (Crédit : CC BY 2.0/Wikimedia commons)
Jean-Claude Juncker (Crédit : CC BY 2.0/Wikimedia commons)

La chef de la diplomatie de l’UE Federica Mogherini a, elle, écrit en français : « Voir les drapeaux de la #France et de l’#UE saluer le résultat de @emmanuelmacron, c’est l’espoir et le futur de notre génération ».

Le négociateur en chef du Brexit pour l’UE, le Français Michel Barnier, s’est lui aussi réjoui sur Twitter : « Patriote et européen, je ferai confiance le 7 mai à Emmanuel Macron. La France doit rester européenne ! ».

Le gouvernement allemand a annoncé son soutien à M. Macron. « C’est bien que @EmmanuelMacron ait eu du succès avec sa position pour une UE forte + une économie sociale de marché. Bonne chance pour les deux prochaines semaines », a écrit Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière Angela Merkel, sur son compte Twitter.

Allant plus loin encore dans son soutien, le ministre allemand des Affaires étrangères, le social-démocrate Sigmar Gabriel, s’est dit « sûr » que le centriste serait élu président.

Sigmar Gabriel (photo credit: CC-BY DavidG, Wikipedia )
Sigmar Gabriel (Crédit : CC-BY DavidG, Wikipedia)

Le Premier ministre danois Lars Lokke Rasmussen s’est montré prudemment optimiste sur les chances de M. Macron dans un tweet: « Félicitations @EmmanuelMacron. Il faut encore attendre le scrutin final, mais l’Europe a besoin d’une France ouverte d’esprit et allant vers la réforme => Bonne chance ! ».

Le député d’extrême droite Geert Wilders, allié de Marine Le Pen, a vu dans ce premier tour « une journée radieuse pour les patriotes en France et ailleurs qui veulent plus de souveraineté nationale, moins d’UE et d’immigration ».

« Je viens juste de lui envoyer mes sincères félicitations », a-t-il déclaré à l’agence de presse néerlandaise ANP.

-Marine Le Pen et Geert Wilders (Crédit : AFP)
-Marine Le Pen et Geert Wilders (Crédit : AFP)

Le Pen largement en tête en Corse, une première pour le FN

La candidate du FN Marine Le Pen est arrivée largement en tête en Corse dimanche au premier tour du scrutin présidentiel, une première dans la région, où le candidat d’En Marche!, Emmanuel Macron, ne se classe qu’en troisième position, loin derrière François Fillon.

Dans une île qui avait toujours placé le candidat de la droite en tête, au premier comme au second tour de la présidentielle depuis 2002, et qui a offert une victoire historique aux nationalistes aux élections territoriales en décembre 2015, Mme Le Pen a obtenu 27,88% des suffrages exprimés, deux points devant François Fillon (25,52%) et près de 10 points devant Emmanuel Macron (18,48%). Jean-Luc Mélenchon se classe en 4e position, avec 13,74% des suffrages exprimés.

La candidate du Front National arrive nettement en tête avec près de 31% des suffrages dans les deux plus grandes villes corses, à Ajaccio devant François Fillon et à Bastia devant Emmanuel Macron.

Marine Le Pen confirme ainsi l’importante progression du FN sur l’île, où elle avait effectué une percée surprise en 2012 en arrivant deuxième derrière Nicolas Sarkozy avec près d’un quart des suffrages (24,4%).

Vue sur le port de Bastia, en Corse (Crédit : domaine public)
Vue sur le port de Bastia, en Corse (Crédit : domaine public)

Avec plus de 6,9 M de voix, Le Pen dépasse le record historique de suffrages du FN

Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, est assurée de dépasser le record historique jamais enregistré par le Front national : sur une totalisation nationale partielle du ministère de l’Intérieur portant sur plus de trois quarts des inscrits, elle obtient plus de 6,9 millions de voix.

Au second tour des régionales 2015, les listes Front national avaient obtenu 6,8 millions de voix: c’était jusque-là le record de voix frontistes lors d’un scrutin.

Au premier tour de la présidentielle 2012, Marine Le Pen avait obtenu 6,4 millions de voix.

Marine Le Pen en campagne au Zénith de Nantes, le 26 février 2017. (Crédit : Jean-Francois Monier/AFP)
Marine Le Pen en campagne au Zénith de Nantes, le 26 février 2017. (Crédit : Jean-Francois Monier/AFP)

Jean-Marie Le Pen dénonce en Macron « le candidat du système »

Jean-Marie Le Pen a annoncé dimanche qu’il appellerait le 1er mai à se rallier à sa fille Marine face à Emmanuel Macron, qu’il a qualifié de « candidat du système ».

Interrogé par BFM TV, il a reconnu qu’en 2002, lorsqu’il avait accédé au second tour face à Jacques Chirac, il avait été un candidat « beaucoup plus clivant que Marine » Le Pen.

« Je pense que si les Français ont les yeux ouverts au deuxième tour, ils ont la possibilité de lui faire confiance et d’en faire la présidente contre un candidat mystérieux (..) qui avance masqué et souriant », a ajouté l’ancien patron du FN.

Il a annoncé que lors du rassemblement organisé par son parti le 1er mai, il allait « s’exprimer comme citoyen au nom de milliers, voire de centaines de milliers, de Français pour rallier la candidature » de Marine Le Pen.

Selon lui, M. Macron « a pu tromper un certain nombre de gens, mais après notre petite réunion et le défilé du 1er mai et le discours que je prononcerai place des Pyramides, il aura quelques soucis à se faire pour maintenir son image de rassembleur ».

Interrogé sur l’afflux de soutiens à M. Macron pour faire barrage à Mme Le Pen au deuxième tour dont l’appel de François Fillon, M. Le Pen a indiqué : « Cela ne m’étonne pas de voir le système se rassembler derrière son véritable candidat ».

« Même si c’était déguisé, c’était M. Macron qui est quand même ancien ministre de M. Hollande et de M. Valls », a lancé M. Le Pen, en assurant que « tout ceci devra être disséqué et j’espère le faire le 1er mai, après le défilé de Jeanne d’Arc qui sera le 40ème de son espèce ».

Il n’a pas dit s’il serait aux côtés de Marine Le Pen pendant la campagne pour le second tour, assurant: « Je serai à ma place de citoyen exprimant son opinion ».

Jean Marie Le Pen et sa fille Marine (Crédit : Miguel Medina/AFP)
Jean Marie Le Pen et sa fille Marine (Crédit : Miguel Medina/AFP)

« Appel clair » du Crif à voter Macron

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a lancé dimanche soir un « appel clair à voter pour Emmanuel Macron » face à Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle.

« Au-delà de la satisfaction de voir un candidat défendant les valeurs démocratiques et républicaines en tête », le Crif constate « avec inquiétude », dans un communiqué, que « les candidats des extrêmes représentent plus de 40 % des suffrages exprimés ».

La vitrine politique de la première communauté juive d’Europe, forte d’un demi-million de membres, « appelle à une mobilisation la plus large qui soit pour faire barrage au Front national ».

« Dans la configuration du deuxième tour, Le Crif lance un appel clair à voter pour Emmanuel Macron », conclut l’organisation, qui avait appelé avant le premier tour à faire barrage aux « extrêmes », de Marine Le Pen à Nathalie Arthaud et Philippe Poutou, en passant par Jean-Luc Mélenchon.

Emnanuel Macron et Francis Kalifat lors de la soirée débat au  Grand Hotel Intercontinental de Paris, en mars 2017. (Crédit : Eric Feferberg/AFP)
Emnanuel Macron et Francis Kalifat lors de la soirée débat au Grand Hotel Intercontinental de Paris, en mars 2017. (Crédit : Eric Feferberg/AFP)

Premier tour : Macron à 23,72 %, devant Le Pen à 21,91 %

Le candidat d’En Marche! Emmanuel Macron, avec 23,72% des suffrages exprimés, et la présidente du FN Marine Le Pen, avec 21,91%, seront les deux finalistes de l’élection présidentielle le 7 mai, selon des résultats portant sur 92% des inscrits et totalisés peu après minuit.

Le candidat Les Républicains François Fillon, avec 19,92%, et le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, avec 19,23%, sont éliminés. Suivent le PS Benoît Hamon avec 6,28%, puis Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) qui échoue, avec 4,83%, sous le seuil des 5% permettant le remboursement total des frais de campagne.

Parmi les autres candidats, seuls Jean Lassalle (1,26%) et Philippe Poutou (1,11%) se hissent au-dessus des 1%, devant François Asselineau, Nathalie Arthaud et Jacques Cheminade.

Les 11 candidats à l'élection présidentielle française de 2017. (Crédit : Joël Saget/Eric Feferberg/AFP)
Les 11 candidats à l’élection présidentielle française de 2017. (Crédit : Joël Saget/Eric Feferberg/AFP)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...

L’euro en forte hausse après le 1er tour de la présidentielle française

L’euro s’affichait en forte hausse lundi matin en Asie face au dollar et au yen, après l’annonce des estimations de résultats du premier tour de l’élection présidentielle française, avec Emmanuel Macron et Marine Le Pen en tête.

A 06H20 à Tokyo (dimanche 21H20 GMT), face au billet vert, la monnaie européenne valait 1,0880 dollar contre 1,0726 dollar vendredi à 21H00 GMT.

L’euro est même monté jusqu’à 1,0933 dollar auparavant.

Vis-à-vis de la devise nippone, il valait 120,02 yens, contre 117,07 yens vendredi à New York. Il est même monté plus tôt à 120,88 yens.

Le palais Brongniart, ancien siège de la bourse de Paris (Crédit : AFP/Archives Thomas Coex)
Le palais Brongniart, ancien siège de la bourse de Paris (Crédit : AFP/Archives Thomas Coex)