Rechercher

L’ex-chef des renseignements de Tsahal ne s’attend pas à un rapide cessez-le-feu

Le directeur général de l'Institut des études de sécurité nationale (INSS) Amos Yadlin prenant la parole lors d'une manifestation contre le Premier ministre israélien de l'époque, Benjamin Netanyahu, sur la place Rabin à Tel Aviv, le 14 novembre 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le directeur général de l'Institut des études de sécurité nationale (INSS) Amos Yadlin prenant la parole lors d'une manifestation contre le Premier ministre israélien de l'époque, Benjamin Netanyahu, sur la place Rabin à Tel Aviv, le 14 novembre 2020. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

L’ancien chef du renseignement militaire de Tsahal, Amos Yadlin, déclare qu’il ne s’attend pas à un cessez-le-feu entre Israël et le Jihad islamique palestinien avant Tisha BeAv, qui commence ce soir et dure jusqu’à dimanche soir.

« Je serais surpris que le Jihad islamique palestinien rate l’occasion, demain, à Tisha BeAv, de tirer sur Jérusalem – je ne m’attends donc pas à un cessez-le-feu avant cela », déclare Amos Yadlin à la Douzième chaîne.

« La plupart des objectifs [de ce conflit] sont déjà derrière nous ». Donc, Israël ne devrait pas demander un cessez-le-feu, mais devrait être ouvert à un cessez-le-feu, dit-il.

Selon Yadlin, plus le conflit dure, plus la mission de frapper uniquement le Jihad islamique palestinien est difficile et plus le risque de dérapage est grand.

Israël a déclaré qu’il se concentrait uniquement sur le Jihad islamique palestinien, et non sur les dirigeants de Gaza, le Hamas.

C’est vous qui le dites...