Une femme de 69 ans décède des suites du coronavirus, 22 morts en tout en Israël
Rechercher

26 morts, 6 092 cas confirmés en Israël qui impose le port du masque

94 sont dans un état grave et 81 ont été placées sous respirateur

Des personnels du Magen David Adom et hospitaliers transportent un malade du coronavirus présumé à l'hôpital Shaare Zedek de Jérusalem, le 31 mars 2020 (Crédit : Nati Shohat /FLASH90)
Des personnels du Magen David Adom et hospitaliers transportent un malade du coronavirus présumé à l'hôpital Shaare Zedek de Jérusalem, le 31 mars 2020 (Crédit : Nati Shohat /FLASH90)

Le Times of Israël suit pour vous les événements liés au coronavirus en Israël et dans le monde :

Une femme de 98 ans, 21e victime du coronavirus

L’hôpital Soroka de Beer Sheva a fait savoir mercredi qu’une femme de 98 ans est morte des suites du coronavirus. C’est la 21e victime du COVID-19 en Israël.

L’établissement a précisé que la femme avait des facteurs de comorbidité « compliqués et graves ».

226 personnes ont guéri du coronavirus

Le ministère de la Santé a annoncé mercredi que le nombre de personnes guéries du virus s’élevait à 226, soit deux de plus que dans un bilan antérieur.

118 malades se trouvent dans un état modéré, selon le ministère.

Litzman prône l’inhumation en Israël des victimes juives de la diaspora

Le ministre de la Santé Yaakov Litzman exerce des pressions pour que l’inhumation en Israël des Juifs de la diaspora morts du coronavirus soit autorisée, malgré l’opposition de son propre bureau, a fait savoir mercredi la chaîne publique Kan.

Certains Juifs souhaitent être enterrés au sein de l’Etat juif et ils prennent des dispositions pour le rapatriement post-mortem sur le territoire israélien.

Mais les responsables du ministère de la Santé expliquent que permettre l’inhumation de personnes décédées du COVID-19 pose un risque sanitaire. En effet, les experts pensent que le virus continue à vivre après le décès du corps-hôte, ce qui a amené certains responsables juifs à vivement recommander la crémation qui est habituellement interdite dans la tradition religieuse.

Les communautés orthodoxes de New York, de Londres et d’ailleurs ont été particulièrement touchées par le virus.

A LIRE : La crémation dictée par l’État est une « mitzvah » posthume – un rabbin orthodoxe

Un groupe sensibilise la communauté bédouine aux directives anti-virus

Une organisation de la société civile israélienne a lancé une campagne sur les réseaux sociaux dont l’objectif est de sensibiliser les communautés bédouines à l’importance du suivi des règlementations gouvernementales visant à réduire l’impact de l’épidémie de coronavirus.

Le centre arabo-juif d’émancipation, d’égalité et de Coopération – Institut du Negev pour les stratégies de paix et de développement économique (ou AJEEC-NISPED) a diffusé quatre vidéos en direction des 260 000 bédouins israéliens approximativement qui vivent dans des villages du Negev, dont un grand nombre ignorent, jusqu’à présent, le contenu des messages du ministère de la Santé.

Les vidéos présentent de hauts-membres et des influenceurs de la communauté bédouine et elles seront d’abord distribuées via WhatsApp, ainsi que sur Facebook et les autres plateformes de réseaux sociaux accessibles aux usagers de téléphones cellulaires.

Alors qu’un grand nombre des communautés bédouines manquent d’un approvisionnement constant en eau et en électricité, les résidents, souvent, n’ont pas accès non plus à la télévision où les directives réactualisées du ministère de la Santé sont partagées, a fait savoir l’AJEEC-NISPED dans un communiqué.

Les résidents d’une maison de retraite implorent d’être testés après un 2e décès

Après le deuxième décès d’un senior habitant dans une structure de soins pour personnes âgées de Beer Sheva, les résidents de l’établissement supplient de bénéficier de tests de dépistage.

Selon des informations, au moins cinq personnes de la maison de retraite de Mishan ont été testées positives au virus.

« Pourquoi devons-nous frapper aux portes et implorer d’être testés », interroge Esther Halili, résidente de la maison de retraite, dans une vidéo publiée par Ynet. « En effet, nous ne sommes pas des députés et pas de la famille du Premier ministre, mais nous sommes des personnes. Nous sommes venus ici pour vivre, pas pour mourir ».

Auparavant, l’hôpital Soroka de la ville avait annoncé qu’un résident de 98 ans était décédé, quelques jours après qu’un autre a succombé au Covid-19. Tous deux avaient des problèmes de santé préexistants.

Selon Haaretz, les opérateurs de l’établissement de Mishan ont déclaré qu’ils testeraient les résidents après avoir subi les pressions du ministère de la Santé.

Dans le même temps, la Douzième chaîne rapporte que trois cas ont été découverts dans un centre de réhabilitation de Bat Yam.

La police se prépare à une éventuelle foule lors de funérailles à Bnei Brak

La police de Bnei Brak se prépare mercredi pour les funérailles de l’épouse d’un chef de la communauté ultra-orthodoxe, quelques jours après que les autorités ont été critiquées pour ne pas être intervenues afin d’empêcher des centaines de personnes d’assister à un rassemblement là-bas, en violation des règles de distanciation sociale.

La Douzième chaîne a rapporté que des fonctionnaires de police tentent de négocier avec les chefs de communauté pour empêcher les gens de participer en masse aux funérailles d’Aliza Friedman, l’épouse d’un des dirigeants de la radicale Faction Jerusalem.

Les funérailles d’un autre leader de la communauté, organisées à minuit dans la nuit de samedi à dimanche, avaient attiré quelque 400 personnes. La police a déclaré qu’elle ne faisait pas appliquer les règles afin d’éviter les émeutes, dont elle craignait qu’elles n’aggravent la situation, mais elle a tout de même été rappelée à l’ordre, et a depuis renforcé son contrôle du respect des mesures sanitaires dans cette région et dans d’autres régions ultra-orthodoxes.

À Modiin Illit, une implantation ultra-orthodoxe, la police a arrêté six membres mercredi matin pour avoir organisé un rassemblement de prière illégal.

Bnei Brak est considéré comme le plus grand épicentre du virus dans le pays, avec 571 cas signalés dans une population d’un peu moins de 200 000 personnes.

Les autorités pencheraient pour une mise en quarantaine totale de la ville pour empêcher la propagation du virus, mais n’ont jusqu’à présent placé que quelques postes de contrôle autour de la ville pour vérifier l’identité de certains entrant dans cette banlieue de Tel-Aviv.

Conformément aux ordres du ministère de la Santé, seules 20 personnes sont autorisées à assister à des funérailles. Les prières réunissant plus de deux personnes sont interdites.

Répression policière « rigoureuse et sans précédent » à Bnei Brak

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a déclaré au site Ynet que la police procède à une « répression rigoureuse et sans précédent » à Bnei Brak.

Il a ajouté qu’il fait pression pour que les autorités obligent toute personne de la ville dont le test de dépistage au coronavirus est positif, ou qui doit être mise en quarantaine, à se rendre dans un hôtel, où leurs déplacements peuvent être plus facilement suivis.

Des policiers masqués bloquent l’entrée d’un centre commercial à Bnei Brak le 31 mars 2020. (Crédit : AP/Ariel Schalit)

Un haut-responsable du ministère de la Santé Boaz Lev a déclaré à la télévision qu’il craint que l’épidémie qui sévit dans la ville se propage dans tout le pays. « C’est comme un feu de forêt dans un champ de mauvaises herbes. »

15 nouveaux cas de coronavirus confirmés en Cisjordanie

L’Autorité palestinienne a fait état de 15 cas de nouveau coronavirus en Cisjordanie, ce qui porte à 134 le nombre total de personnes contaminées.

Le porte-parole du gouvernement, Mohammad Milhem, n’a pas précisé l’état de santé des porteurs du virus.

Mardi, les autorités gazaouies ont fait état de deux nouveaux cas, soit 12 au total.

Plus de 7 400 tests de dépistages ont été réalisés mardi

Le ministère de la Santé a publié des chiffres sur le nombre de tests de dépistage effectués. Les chiffres montrent une augmentation ces trois derniers jours.

Selon les chiffres, 7 439 prélèvements ont été effectués mardi, 6 636 lundi et 6 489 dimanche. Lors des cinq jours précédents, le nombre de tests quotidien variait entre 5 et 7 000.

Les autorités ont exprimé le souhait de renforcer les campagnes de dépistage pour atteindre 10 000 tests quotidiens. Mardi, le Premier ministre a donné l’ordre au ministère de la Défense d’acheter suffisamment de kits pour pratiquer 30 000 dépistages par jour.

Le ministère n’avait pas communiqué sur le nombre quotidien de tests depuis le 25 mars.

Le nombre de cas de coronavirus en hausse à Bnei Brak et à Jérusalem

Le nombre de cas confirmés de coronavirus à Bnei Brak a augmenté de 159 au cours des dernières 24 heures, selon les médias israéliens qui ont relayé les chiffres officiels.

Au total, 730 personnes résidents de la ville ultra-orthodoxes sont porteuses du virus. Elle reste le deuxième foyer du pays, après Jérusalem. Cette augmentation s’explique notamment par l’augmentation du nombre de tests, après que des centres de dépistage ont été installés dans la ville.

A Jérusalem, 780 personnes sont porteuses du virus, contre 650 la veille.

Cette augmentation est principalement observée dans les communautés ultra-orthodoxe.

Selon la Douzième chaîne, plusieurs dizaines de cas ont également été signalés dans d’autres villes à forte densité ultra-orthodoxe.

Virus: le monde confronté à sa pire crise depuis 1945, 30.000 morts en Europe

Le nouveau coronavirus a tué plus de 42 000 personnes dans le monde, dont les trois-quart en Europe, et la pandémie, qualifiée par l’ONU de pire crise à laquelle l’humanité ait été confrontée depuis 1945, menace désormais de submerger les Etats-Unis.

Deuxième pays du monde le plus endeuillé par la pandémie, l’Espagne a annoncé mercredi avoir enregistré un nouveau record quotidien de 864 morts en 24 heures, passant la barre des 9 000 morts.

Depuis le début de la pandémie en décembre en Chine, plus de 830 000 cas ont été officiellement déclarés dans le monde, dont plus de la moitié en Europe, 186 000 aux Etats-Unis et plus de 108 000 en Asie.

Pour freiner la propagation de la pandémie, plus de 3,75 milliards de personnes, soit 48 % de la population mondiale, sont appelées ou contraintes par leurs autorités à rester chez elles.

En Italie, pays qui enregistre le plus grand nombre de décès (plus de 12.400 en un peu plus d’un mois), le confinement commence à produire des résultats « encourageants », après trois semaines.

Près de 500 patients sont aussi morts du coronavirus dans les hôpitaux français ces 24 dernières heures, soit une nouvelle hausse record depuis le début de l’épidémie, qui porte le bilan total à 3 523 morts.

L’Iran lui a dépassé mercredi la barre des 3 000 décès.

– avec AFP

Coronavirus : plus de 210 morts en Turquie

Plus de 210 personnes sont mortes du nouveau coronavirus en Turquie, où 15 000 tests de dépistage sont désormais réalisés chaque jour, a annoncé mardi le ministre de la Santé, Fahrettin Koca.

Selon les derniers chiffres officiels diffusés sur le compte Twitter de M. Koca, 46 personnes sont mortes ces dernières 24 heures, ce qui porte le bilan total à 214 décès.

Avec 2 704 cas de plus, le nombre total de contaminations s’élève à 13.531 dans le pays.

« Le nombre de tests a augmenté de 25,2 % par rapport à hier », a encore déclaré M. Koca, ajoutant : « Nous sommes plus rapides dans l’identification de cas positifs ».

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé lundi que 41 villes et zones à travers le pays avaient été placées en quarantaine pour limiter la propagation de l’épidémie.

Selon Ofer Shelah, le plan de relance de 80 milliards de shekels ne suffira pas

Le chef de la commission de la Knesset chargée de superviser la gestion de la crise sanitaire du coronavirus estime que le plan de relance de 80 milliards de shekels pour l’économie est loin d’être suffisant.

« Il s’agit d’un plan préliminaire, dont certaines parties manquent encore de précision. Et pourtant, même maintenant, il est clair que pour faire face à la crise, nous aurons besoin d’un plan beaucoup plus large et aussi d’un changement dans l’approche budgétaire acceptée », a déclaré Ofer Shelah du parti d’opposition Yesh Atid dans une déclaration faisant suite à une discussion de la Knesset sur le plan.

Il a appelé les responsables à prendre des « mesures peu orthodoxes » étant donné l’ampleur de la crise et a demandé instamment au gouvernement de garantir l’octroi de crédits aux consommateurs en difficulté.

Le député du parti Kakhol lavan, Ofer Shelah, à la Cour suprême de Jérusalem, le 19 mars 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

La police déploiera des renforts pour assurer le respect du confinement à Pessah

La police prévoit de déployer des renforts pour assurer le respect du confinement et l’absence de rassemblements à la veille de Pessah, pour s’assurer que les familles élargies ne tentent pas de se réunir pour le traditionnel Seder.

Une source au sein de la police a déclaré au site Walla que la police installera des points de contrôle sur les autoroutes et patrouillera dans la rue pour vérifier que les restrictions sont bien respectées.

« Nous ne tolérerons aucun laxisme », a déclaré la source, précisant que les contrevenants écoperont d’amendes.

Une femme achète de la matzah dans un supermarché de Jérusalem, le 31 mars 2020. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Les fonctionnaires ont exprimé leur inquiétude quant au fait que des réunions de fêtes, apparemment anodines pourraient conduire à une flambée majeure du virus, soulignant que la fête de Pourim, à la mi-mars, est l’une des principales raisons du nombre élevé de personnes infectées actuellement.

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a déclaré que ce sujet était « notre plus grande crainte en ce moment ».

« Nous craignons que les gens qui se réunissent à la veille de Pessah donnent lieu à un pic d’infections », a déclaré le conseiller juridique du ministère de la Santé Uri Schwartz lors d’un point de presse.

Seuls les membres des familles nucléaires qui vivent ensemble pourront célébrer ensemble la traditionnelle commémoration de l’Exode d’Egypte. Les autres devront cacher et trouver l’afikoman et regarder « Les dix commandements » en solo.

ONU/OMC: risque de crise alimentaire liée au Covid-19, Israël pas inquiet

Il existe un risque de « pénurie alimentaire » sur le marché mondial à cause des perturbations liées au Covid-19 dans le commerce international et les chaînes d’approvisionnement alimentaire, ont averti les présidents de deux agences de l’ONU et de l’OMC.

De nombreux gouvernements dans le monde ont mis leurs populations en quarantaine, ce qui a provoqué de graves ralentissements du commerce international et des chaînes d’approvisionnement alimentaire. Les achats de panique effectués par les personnes placées en confinement ont déjà démontré la fragilité des chaînes d’approvisionnement alors que les rayons des supermarchés se vidaient dans de nombreux pays.

« Les incertitudes liées à la disponibilité de nourriture peuvent déclencher une vague de restrictions à l’exportation », provoquant elle-même « une pénurie sur le marché mondial », déclarent dans un rare communiqué commun le Chinois Qu Dongyu, qui dirige l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur-général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Brésilien Roberto Azevedo, dirigeant de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Pour les trois organisations multilatérales traitant de santé, alimentation et commerce mondiaux, il est « important » d’assurer les échanges commerciaux, « en particulier afin d’éviter des pénuries alimentaires », indique leur texte commun reçu à Paris.

Un officier de police israélien marche avec des soldats israéliens alors qu’ils patrouillent à Tel-Aviv le 1er avril 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Malgré les informations faisant état de pénuries d’œufs, de matzah et d’autres denrées de base en Israël, le ministre de l’Economie Eli Cohen déclare à la radio de l’armée qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter

« Nous ne manquons pas de nourriture. Nous avons des provisions pour plusieurs mois ».

A LIRE : En mangeant local, Israël évitera la pénurie alimentaire redoutée – autorités

– avec AFP

Un enfant ultra-orthodoxe tousse exprès en direction de policiers à Beit Shemesh

Une vidéo mise en ligne par le journaliste de la Treizième chaîne Yossi Eli montre des membres de la communauté ultra-orthodoxe dans la ville de Beit Shemesh en train de manifester.

Ils protestent contre la police qui cherche à faire appliquer les mesures de distanciation sociale.

La vidéo montre un jeune enfant en train de traiter de « nazis » des officiers que l’on ne voit pas sur la vidéo.

Il tousse exprès dans leur direction.

Itamar Grotto : les porteurs asymptomatiques du COVID-19 moins dangereux

Un officiel du ministère de la Santé affirme que les porteurs asymptomatiques ont moins de risques de propager le virus

Itamar Grotto, le directeur assistant du ministère de la Santé, a déclaré à la Radio de l’armée que les porteurs asymptomatiques du COVID-19 n’étaient pas aussi dangereux que ceux qui sont déjà malades. Mais il a semblé revenir sur sa déclaration de la veille quand il avait affirmé qu’ils ne pouvaient pas contaminer d’autres personnes.

« Les porteurs asymptomatiques sont moitié moins infectieux », a-t-il déclaré après avoir été interrogé sur le sujet.

« Je ne peux pas être absolument catégorique sur la base d’études, mais je peux me prononcer en me basant sur d’autres informations dont je dispose », a-t-il dit, en ajoutant qu’il utilisait d’autres maladies comme modèle, notamment la grippe.

Itamar Grotto, directeur général adjoint du ministère de la Santé israélien. (Twitter)

Mardi, Grotto avait affirmé à la Treizième chaîne que les personnes ne présentant aucun symptôme ne pouvaient pas transmettre le virus.

Alors qu’aucune étude médicale sérieuse ne permet de trancher la question, des officiels de la santé dans le monde ont averti que même ceux qui n’ont pas la maladie peuvent la propager, surtout dans les quelques jours avant l’apparition des symptômes.

« Il faut retenir qu’il y a des gens dans la nature qui propagent le virus sans savoir qu’ils sont infectés », a déclaré le Dr. Jeffrey Shaman, spécialiste des maladies infectieuses à Columbia University, au New York Times.

Bennett : mon ministère doit prendre en charge la lutte contre le COVID-19

« Nous devons transférer le commandement logistique de cette crise du ministère de la Santé vers le ministère de la Défense – hier », a déclaré Naftali Bennett lors d’une conférence de presse.

« Le ministère de la Santé est un service professionnel mais ce ne sont pas des experts en crises… Ils ne seront pas en capacité de gérer un système pour faire passer des dizaines de milliers de tests par jour ».

« Nous avons besoin de systèmes de pointe en matière d’information et de transport. Nous ne pourrons pas relancer l’économie si le ministère de la Défense ne revient pas en première ligne ».

Une femme de 69 ans décède des suites du coronavirus, 22 morts en tout en Israël

Une femme de 69 ans est décédée des suites du coronavirus à l’hôpital Shaare Zedek de Jérusalem, portant à 22 le nombre de victimes en Israël.

Elle souffrait déjà d’antécédents médicaux.

La femme est la deuxième victime de la journée, après la mort d’un homme de 98 ans à Beer Sheva plus tôt.

Un homme de 74 ans meurt des suites du coronavirus à Holon

Un homme de 74 ans est mort des suites du coronavirus à l’hôpital Wolfson à Holon.

Il avait été sous sédation et relié à un respirateur dans un état très grave et avait de nombreux antécédents médicaux, selon des responsables.

Ce décès porte à 23 le nombre de victimes en Israël.

L’Espagne dépasse les 9.000 morts mais la pandémie ralentit

L’Espagne a enregistré mercredi un record de 864 morts du coronavirus en 24 heures, dépassant les 9.000 victimes, mais les autorités estiment que la progression de la pandémie ralentit dans le deuxième pays le plus endeuillé après l’Italie.

La question « n’est plus de savoir si nous arrivons ou non au pic (de contagion), il semble que nous y soyons déjà, que nous sommes déjà en train de descendre », a estimé mercredi avec prudence le directeur du Centre d’urgences sanitaires, le Dr Fernando Simon.

L’Espagne a aussi dépassé mercredi la barre des 100.000 cas confirmés (102.136) mais le rythme d’augmentation des morts, des hospitalisations et des cas continue de ralentir, ont souligné les autorités.

La hausse du nombre de morts en 24 heures a été ramenée à +10,6% contre +27% il y a une semaine. Celle du nombre de cas confirmés est descendue à +8,2% mercredi contre +20% il y a une semaine.

« Les chiffres des personnes en soins intensifs et de celles décédées reflètent ce qu’il s’est passé il y a deux ou trois semaines », a expliqué la Dr Maria Jose Sierra, du Centre d’urgences sanitaires.

Désormais, la priorité « c’est de permettre que notre système de santé national soit capable de garantir les soins adéquats pour tous nos patients », a rappelé Fernando Simon, alors de nombreux hôpitaux sont débordés.

Un signal positif toutefois, l’augmentation quotidienne du nombre d’hospitalisés en soins intensifs est descendue à +4,7% mercredi, contre +20% il y a une semaine.

« Par chance nous avons eu moins de patients ces jours-ci dans notre clinique privée du centre de Madrid », a témoigné à l’AFP Maria Liñero, jeune médecin de 28 ans : « La semaine dernière, nous admettions entre 30 et 40 personnes par jour. Nous en sommes à 20 par jour ».

« Moins de patients arrivent aux urgences, nous n’avons pas autant de saturation qu’avant », assure aussi Guillén del Barrio, infirmier à l’hôpital La Paz à Madrid.

Mais « dans les services il a encore des problèmes parce qu’il n’y a pas suffisamment d’équipements de protection et les unités de soins intensifs ont augmenté le nombre de lits mais ça reste insuffisant », déplore ce représentant syndical.

Note encourageante, les patients guéris sont toujours plus nombreux, atteignant 22.647, soit près de 20% des cas confirmés.

Des passagers de retour de New York finalement envoyés en quarantaine dans des hôtels

Des passagers en provenance de New York ont été envoyés en quarantaine obligatoire à l’hôtel Prime de Jérusalem, a rapporté la Douzième chaîne.

Un reportage montre un soldat avec un mégaphone qui informe les passagers de la mesure imposée.

Beaucoup des passagers étaient « très en colère » contre cette décision. Ils pensaient qu’ils allaient devoir s’auto-isoler à domicile.

A leur arrivée, les passagers ont été accueillis par des officiels en tenues blanches de protection qui ont pris leur température. Ils ont ensuite été rassemblés – en respectant une distance de sécurité les uns des autres – pour être informés sur leur mise en quarantaine, expliquait le reportage.

Cette démarche tranchait très nettement avec la procédure normale pour beaucoup, si ce n’est tous, les rares autres vols arrivés en Israël ces derniers jours. La semaine dernière, le ministre de la Défense avait annoncé que les passagers en provenance de foyers importants du virus comme New York, l’Italie, l’Espagne et la France seraient tous contrôlés à leur arrivés. Les passagers devaient ensuite être envoyés directement en quarantaine dans des hôtels. Mais dans la pratique, les nouveaux arrivants n’ont pas été contrôlés à l’aéroport et sont directement entrés dans le pays.

Il semblerait que les autorités ont cherché à corriger ce que l’ancien directeur général du ministère de la Santé a qualifié de gestion « stupide » de la crise qui risquait de transformer Israël en « une filière de New York », un foyer de l’épidémie. Les procédures annoncées seraient donc maintenant appliquées.

Bennett avait déclaré que le Premier ministre Netanyahu avait choisi d’annuler ses instructions. Plus tôt dans la journée, le bureau de Netanyahu a annoncé que le Premier ministre avait ordonné de mettre en quarantaine dans différents hôtels toute personne arrivant en Israël.

Un bébé de 5 semaines porteur du coronavirus

Un bébé de cinq semaines originaire de Galilée a été diagnostiqué avec un coronavirus.

Le nourrisson est actuellement hospitalisé à Nahariya et son état est bon.

Heurts avec la police après qu’un habitant de Jaffa a violé sa quarantaine

Des dizaines de personnes manifestent à Jaffa après que la police a interrogé un homme qui avait apparemment violé son auto-quarantaine obligatoire, conduisant de nombreux habitants à se rassembler et à affronter les policiers.

Les manifestants se heurtent à la police, brûlent des pneus et bloquent les routes.

Quatre personnes ont été arrêtées alors que le jeune homme a été condamné à une amende pour avoir enfreint les restrictions de quarantaine.

El Al : Pas de vols réguliers de passagers avant le 2 mai

El Al indique que l’arrêt de ses vols réguliers sera prolongé jusqu’au 2 mai.

La compagnie aérienne affirme qu’elle continuera à opérer des vols spéciaux vers des destinations à travers le monde « selon les besoins et les demandes des ministères des Affaires étrangères et de la Défense ».

Des vols de fret sont toujours en cours.

Carmel Shama-Hacohen : fermez Bnei Brak ou je saisis la Haute Cour

Le maire de Ramat Gan, Carmel Shama-Hacohen, a écrit une lettre au Premier ministre Benjamin Netanyahu et à d’autres responsables gouvernementaux pour demander la fermeture générale de la ville voisine de Bnei Brak, qui est devenue l’un des principaux points chauds du coronavirus dans le pays.

Shama-Hacohen dit que la situation à Bnei Brak place ses propres habitants en danger de mort.

Le maire dit que si aucune mesure n’est prise immédiatement, il adressera une pétition à la Haute Cour de justice jeudi.

Carmel Shama-Hacohen, ambassadeur d’Israël auprès de l’UNESCO. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Netanyahu mettra fin à son auto-quarantaine ce soir à 21 heures

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu mettra fin à son auto-quarantaine ce soir à 21 heures, a annoncé son bureau.

Netanyahu s’isole depuis deux jours après qu’une de ses assistantes a été testée positive au coronavirus.

14 jours se sont donc écoulés depuis la dernière rencontre de Netanyahu avec la conseillère en question.

Le Premier ministre a été testé négatif.

Une femme de 66 ans meurt du COVID-19 – 24 morts en tout

Une femme de 66 ans est décédée des suites du coronavirus à l’hôpital Sheba de Ramat Gan, portant le bilan national à 24.

La femme aurait eu de graves antécédents médicaux.

Un homme de 66 ans est décédé – 25 en tout

Un homme de 66 ans était décédé des suites du coronavirus à l’hôpital Wolfson à Holon, la cinquième victime aujourd’hui.

L’homme souffrait d’antécédents médicaux, selon des responsables.

Le bilan des morts est désormais à 25.

Nouveau bilan des cas de COVID-19 confirmés en Israël : 6 092

Selon le nouveau bilan des cas de COVID-19 confirmés en Israël, 6 092 personnes sont porteuses du virus.

95 sont dans un état grave et 81 sont reliés à un respirateur.

L’État songe à interdire l’entrée de voitures à Bnei Brak et évacuer les malades

Le gouvernement discute l’élargissement des mesures de confinement de Bnei Brak alors que de nombreux cas de COVID-19 continuent à apparaître dans la ville, a rapporté la Douzième chaîne.

Le gouvernement envisage notamment d’interdire l’entrée des véhicules dans la ville.

Les autorités pourraient également contraindre toutes les personnes infectées à quitter Bnei Brak afin d’être soignées ailleurs pour limiter les risques de propagation de l’épidémie.

Netanyahu annonce des limitations strictes pour entrer et sortir de Bnei Brak

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que le gouvernement limiterait davantage les déplacements pour entrer et sortir de la ville de Bnei Brak, touchée de plein fouet par le virus, tout en veillant à ce que la population soit prise en charge.

« Nous avons décidé de limiter au strict minimum les entrées et sorties de la ville », dit-il.

Tous les malades de la ville seront évacués vers des hôtels spéciaux pour les cas de coronavirus et les cas suspects de coronavirus.

Netanyahu change d’avis et impose le port du masque obligatoire

« On demande au public de porter des masques tout le temps quand il sort de la maison. Ceux qui n’ont pas de masques devraient porter une écharpe ou un tissu pour se couvrir le visage. » [Auparavant, Netanyahu avait déclaré que les masques n’étaient pas nécessaires].

A partir de jeudi, tous les Israéliens revenant de l’étranger seront dirigés vers des hôtels pour la période de quarantaine. Ils ne seront plus autorisés à s’auto-isoler à domicile.

Les familles avec enfants et les personnes âgées recevront une allocation

Toutes les familles avec enfant recevront une allocation de 500 shekels (126 euros) pour chaque enfant (jusqu’à quatre enfants et pour les enfants jusqu’à 18 ans) pour la fête de Pessah.

Chaque personne âgée recevra aussi la même allocation.

Il a déclaré que ces versements seront approuvés dans des lois d’urgence. Les versements seront directement effectués sur les comptes bancaires, sans paperasse bureaucratique.

6e victime du jour : un homme de 72 ans meurt du virus – 26 en tout

Un homme âgé de 72 ans est décédé du COVID-19 à l’hôpital Shaare Zedek à Jérusalem, portant à 26 le nombre total de victimes en Israël. Il s’agissait de la sixième victime du jour.

Des officiels ont déclaré qu’il était arrivé hier à l’hôpital dans un état grave. Il est décédé ce matin après que l’on a effectué test du coronavirus.

Tsahal : 97 soldats porteurs du coronavirus avec de légers symptômes

L’armée israélienne dit que 97 soldats ont été positifs au coronavirus, et tous n’ont connu que de légers symptômes.

Douze des soldats se sont déjà rétablis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...

Une femme de 69 ans décède des suites du coronavirus, 22 morts en tout en Israël

Une femme de 69 ans est décédée des suites du coronavirus à l’hôpital Shaare Zedek de Jérusalem, portant à 22 le nombre de victimes en Israël.

Elle souffrait déjà d’antécédents médicaux.

La femme est la deuxième victime de la journée, après la mort d’un homme de 98 ans à Beer Sheva plus tôt.