Livre scolaire néerlandais : la GB a soutenu le sionisme pour attirer des banquiers juifs
Rechercher

Livre scolaire néerlandais : la GB a soutenu le sionisme pour attirer des banquiers juifs

Le livre, qui affirme que l’Etat juif "est né de l’injustice et est basé sur l’injustice", est antisémite, a déclaré un groupe pro Israël

Etudiants passant un examen (Photo illistrative de Shutterstock)
Etudiants passant un examen (Photo illistrative de Shutterstock)

L’éditeur néerlandais a défendu que le soutien au sionisme des Britanniques à leurs désirs d’attirer de riches banquiers juifs, dans un manuel scolaire.

« Cahier de travail – le Proche Orient », qui est publié par ThiemeMeulenhoff et est destiné aux étudiants fréquentant l’éducation secondaire avant l’université, le niveau scolaire le plus haut pour les mineurs dans le système éducatif hollandais, est « antisémite », a déclaré mercredi Likoed Nederlan, une association locale pro-Israël, nommée ainsi d’après le parti israélien du Likud.

« Le gouvernement britannique était dans un besoin urgent d’argent lors de la Première Guerre mondiale », peut-on lire dans le livre d’histoire à la page 23, qui explique les raisons de la Déclaration Balfour. Publiée en 1917 par le ministre britannique responsable des colonies, la déclaration stipulait que la Grande-Bretagne voyait favorableemnt la création d’une nation juive dans ce qui allait ensuite devenir le Mandat sur la Palestine.

« Les banquiers juifs étaient préparés à offrir des conditions favorables de prêt si le gouvernement faisait un geste vers le peuple juif », peut-on lire dans le passage.

Le livre déclare également que « l’Holocauste a conduit à la création d’Israël », un fait que les sionistes contestent, citant la Déclaration Balfour et des résolutions de la Ligue des Nations.

ThiemeMeulenhoff a défendu les deux affirmations déclarant que l’Holocauste « avait un rôle » dans la création d’Israël et que même s’il « n’y avait pas de conspiration juive globale », le pouvoir juif était surestimé à l’époque, donnant l’impression que de tels gestes seraient bénéfiques.

L’éditeur a contesté la présence de textes antisémites dans le livre.

L’éditeur a refusé de corriger ces textes et 35 autres points que Likoed Nederland a contesté, y compris l’affirmation que l’Egypte, qui est devenue indépendante en 1922, était sous occupation britannique jusqu’en 1956, et qu’Israël était « né de l’injustice et basé sur l’injustice ».

ThiemeMeulenhoff a expliqué que l’injustice était l’Holocauste.

Il a accepté quatre corrections, y compris la date à laquelle le terme « Palestine » a été appliqué à la zone et le nombre exagéré, avancé dans le livre, de morts à Dir Yassin, le site d’une atrocité perpétrée par des combattants juifs en 1948 contre 120 civils arabes.

Deux corrections supplémentaires acceptées par ThiemeMeulenhoff concernaient la discrimination contre les Arabes israéliens expliquant qu’ils n’étaient pas autorisés à acheter de la terre, et que les Arabes israéliens sont exclus du service militaire et d’aides importantes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...