L’une des stars de Sex and the city en lice pour gouverner l’état de New York
Rechercher

L’une des stars de Sex and the city en lice pour gouverner l’état de New York

Cynthia Nixon, saluée et méprisée par les leaders juifs, est contre les implantations et est active au sein de la congrégation LGBTQ Beit Simchat Torah

Photo: Metropolitan Transportation Authority / Patrick Cashin
Photo: Metropolitan Transportation Authority / Patrick Cashin

JTA — Cynthia Nixon, ancienne star de la série « Sex and the city » qui vient d’annoncer qu’elle se lançait dans la course au poste de gouverneur de New York, espère remporter les votes des 20 millions de citoyens de l’état.

Mais l’actrice et militante politique a d’ores et déjà gagné les cœurs des leaders progressistes juifs.

Nixon n’est pas juive elle-même mais elle est presque membre honoraire de la communauté. Ses deux aînés, issus d’un premier mariage, sont Juifs et ils ont célébré leur bar- et leur bat-mitzvah. Au moins l’un d’entre eux a fréquenté l’école hébraïque de Bnai Jeshurun, une synagogue libérale située dans l’Upper West Side de Manhattan

Elle est également une membre active de la congrégation Beit Simchat Torah (CBST), la synagogue LGBTQ la plus éminente de Manhattan et s’y est exprimée à de multiples reprises. Au mois de juin 2011, elle avait fait un sermon du vendredi soir au sein de la congrégation, le jour même où le mariage homosexuel était devenu légal dans l’état de New York. La plus grande partie de son allocution avait concerné la victoire politique remportée, mais elle n’aurait pas paru déplacée si elle avait été prononcée depuis la tribune d’un rabbin militant libéral.

Nixon avait utilisé des mots en hébreu, avait fait une référence à Pessah et cité une partie de l’extrait de la Torah qui avait été étudié cette semaine-là, le Korach, qui raconte l’histoire d’une rébellion populiste manquée contre Moïse et Aaron dans le désert.

« Bien sûr, à chaque fois qu’il y a des progrès, il y a toujours un contrecoup, et plus importante est l’avancée obtenue, plus important sera ce contrecoup, ce qui nous ramène à la parasha de cette semaine », avait dit Nixon, provoquant les rires et utilisant le mot en hébreu pour extrait de la Torah.

« Il est difficile d’imaginer un moment où nous avons été plus proches de remplir toutes les promesses faites par Dieu et là, boum, le contrecoup ! », avait-elle commenté, avant de lire un long passage de la Torah. « Je lis cela à ma fiancée, Christine, et elle m’a dit que le Korach et ses cohortes lui faisaient penser au Tea Party. J’ai dû en convenir. C’est une bonne chose de se rappeler que les contrecoups ne sont pas une nouveauté. Même Moïse et Aaron ont dû les traverser ».

Nixon avait alors dit quelque chose avec lequel elle pourrait être en désaccord aujourd’hui – elle avait fait l’éloge, sans compter, du gouverneur Andrew Cuomo pour son leadership dans l’adoption du mariage gay. Elle s’opposera probablement à lui dans la course au poste de gouverneur, cette année.

Le Gouverneur de New York Andrew Cuomo (C), avec le gouverneur du New Jersey Chris Christie (R), parle lors d’une conférence de presse à l’extérieur de la gare de transit du New Jersey à Hoboken, New Jersey 29 septembre 2016.
(AFP PHOTO / KENA BETANCUR)

« Nous avons de la chance d’avoir un chef comme le gouverneur Cuomo qui s’est occupé du mariage gay comme d’une proposition éminemment importante », avait-elle dit sous les applaudissements. « Il est juste d’affirmer que nous n’aurions pas réussi sans lui ».

Elle avait terminé son discours en disant : « Allons de l’avant, Fierté, mazal tov, alléluia et que Dieu bénisse le gouverneur Cuomo !”

Au-delà de cette congrégation, Nixon a été invitée de manière répétée par des organisations juives progressistes. Elle a accueilli le gala organisé lors du 10e anniversaire de Truah, l’organisation des droits de l’Homme rabbinique, en 2013.

L’année suivante, elle a participé à une campagne de l’AJWS (American Jewish World Service) pour prôner une législation protégeant les droits des femmes dans le monde.

Elle a également suscité la controverse au sein de la communauté juive. En 2010, elle avait signé une lettre soutenant des artistes israéliens qui avaient juré de ne pas se produire dans l’implantation d’Ariel, en Cisjordanie. En raison de cela, le professeur de droit et défenseur d’Israël Alan Dershowitz a tweeté à ses abonnés de « ne pas soutenir son fanatisme ».

Mais Nixon a été saluée par des militants juifs qui partagent sa politique. Introduisant un discours de Nixon en 2011, le rabbin de la CBST Sharon Kleinbaum a indiqué : « Nous sommes fiers de vous en tant qu’artiste, nous sommes fiers de vous en tant que militante, nous sommes fiers de vous en tant que partenaire et nous sommes fiers de vous en tant que parent ».

Et le rabbin Jill Jacobs, directrice de Truah, a pour sa part déclaré en 2013 que Nixon avait l’air sincère dans son soutien au travail de l’organisation.

« Il est vraiment clair qu’elle est une personnalité profondément religieuse et qui est profondément engagée envers les valeurs progressistes », a dit Jacobs à JTA lundi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...