Rechercher

Maccabi Haïfa, un (très) mauvais souvenir pour le Paris Saint-Germain

En 1998, cette déroute européenne 3-2 à Haïfa (1-1 à l'aller au Parc) signe le début d'une saison infernale à Paris

Image du match opposant le Maccabi Haïfa au Paris Saint-Germain sur sa pelouse, en Coupe des coupes, en 1998. (Crédit : capture d’écran YouTube / Canal+)
Image du match opposant le Maccabi Haïfa au Paris Saint-Germain sur sa pelouse, en Coupe des coupes, en 1998. (Crédit : capture d’écran YouTube / Canal+)

Une élimination à la dernière minute sur un but contre son camp : le Maccabi Haïfa évoque des images cruelles pour les supporters du Paris Saint-Germain, qui, 24 ans plus tard, recroise ce club israélien, mercredi en Ligue des champions (21h00).

En 1998, cette déroute européenne 3-2 à Haïfa (1-1 à l’aller au Parc) signe le début d’une saison infernale à Paris. Ni le nouveau président d’alors, Charles Biétry, ni l’entraîneur qu’il a choisi, Alain Giresse, ni la recrue offensive Nicolas Ouédec ne passent l’hiver.

Comment expliquer l’échec du PSG, tombé dès le premier tour de la dernière édition de la Coupe des Coupes (C2) contre les Verts du Maccabi ?

Le PSG, vainqueur de cette C2 en 1996 et finaliste en 1997, croit pourtant tenir sa qualification pour les 8e de finale en égalisant deux fois, par Ouédec (78e), le seul but de son éphémère carrière au PSG, et Augustine « Jay-Jay » Okocha (86e), sa recrue phare, à plus de 100 millions de francs, un record à l’époque.

Ils répondent aux buts d’Adoram Keisi (60e) et Alon Mizrahi (78e), dans une ambiance de folie, que le PSG retrouvera mercredi au stade Sammy-Offer, qui a remplacé en 2014 le vieux Kyriat-Eliezer.

Goma contre son camp

« Il y avait une chaude ambiance, et sur la pelouse aussi », se souvient Eric Rabesandratana, qui a disputé ce match retour.

Mais le PSG s’effondre sur un but contre son camp d’Alain Goma, une autre recrue, au poste de défenseur, qui dévie un centre de Mizrahi, héros du match, et lobe involontairement Bernard Lama (90e).

« Le match est fini, il reste deux minutes, ce n’est même pas une frappe, c’est un centre, on perd vraiment sur un concours de circonstances », regrette Rabesandratana, dit « Rabé », désormais consultant sur le PSG pour France Bleu, « mais on aurait dû faire la différence avant ».

« Jay-Jay » Okocha avait pourtant réussi un bon match, lançant Ouédec vers la première égalisation (1-1), mais le Nigérian a globalement déçu au PSG (103 matches et 15 buts en quatre saisons).

Déjà à l’aller, le Maccabi avait refroidi le Parc des Princes quand Yossi Benayoun avait égalisé en toute fin de match (87e), peu après l’ouverture du score de Marco Simone (83e s.p.).

Derrière cette élimination, le PSG plafonne en championnat, et Giresse est remercié en octobre, alors qu’il est 8e, brièvement remplacé par Artur Jorge. Biétry est viré en décembre, relayé par Laurent Perpère, et Nicolas Ouédec file à Montpellier en janvier.

« Perdre au premier tour, ça la fiche mal, mais il n’y avait pas une grande sérénité » au club, conclut « Rabé ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...