Mandelblit exclut la police du débat sur les enquêtes du Premier ministre
Rechercher

Mandelblit exclut la police du débat sur les enquêtes du Premier ministre

Le procureur général craint que les réactions des députés à l'encontre des fonctionnaires de police puissent équivaloir à une obstruction

Le procureur général Avichai Mandelblit à Jérusalem, le 13 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le procureur général Avichai Mandelblit à Jérusalem, le 13 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le procureur général Avichai Mandelblit a interdit jeudi aux responsables de l’application de la loi de participer à un débat du comité de la Knesset sur les enquêtes de corruption du Premier ministre Benjamin Netanyahu, affirmant craindre que les pressions publiques prévisibles des députés sur les fonctionnaires de police puissent équivaloir à une obstruction.

Le comité doit examiner les affirmations de Netanyahu selon lesquelles un policier vindicatif est à l’origine des nombreuses enquêtes criminelles dans lesquelles lui et sa femme sont actuellement impliqués.

L’ancien chef de l’unité anti-corruption Lahav 433 de la police israélienne, Roni Rittman, aurait cru que les Netanyahu avaient organisé sa démission forcée en février sur la base d’accusations d’agression sexuelle.

Plus tôt cette semaine, les avocats de la famille Netanyahu ont demandé à Mandelblit de réexaminer les preuves recueillies par Rittman, disant qu’elles étaient entachées de parti pris contre le Premier ministre et son épouse Sara.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...