Manifestation anti-Netanyahu : 20 000 personnes, dont 200 Juifs hassidiques
Rechercher

Manifestation anti-Netanyahu : 20 000 personnes, dont 200 Juifs hassidiques

La mobilisation à Jérusalem se termine globalement pacifiquement ; un groupe de la communauté Breslev, furieux contre l'interdiction du pèlerinage d'Ouman, se joint au mouvement

Des Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 29 août 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 29 août 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Des milliers d’Israéliens ont pris part aux manifestations nationales contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu samedi soir, le plus grand rassemblement ayant eu lieu à Jérusalem où les manifestants se mobilisent de façon hebdomadaire en face de la résidence du chef du gouvernement. Quelque 200 membres de la communauté hassidique Breslev se sont joints au rassemblement de Jérusalem, en colère contre la décision gouvernementale leur interdisant de se rendre à Ouman, en Ukraine, pour un pèlerinage annuel sur la tombe d’un rabbin respecté.

Selon les médias, quelque 20 000 personnes ont participé à la manifestation à Jérusalem. Pendant ce temps, les organisateurs, citant les bracelets qu’ils ont distribués à tous les participants, ont indiqué que le nombre de participants s’élevait à 37 000.

Les mobilisations se sont terminées en grande partie pacifiquement, ce qui contraste fortement avec les événements de la semaine dernière qui ont vu de nombreux incidents violents et des plaintes pour violence policière de la part des participants. Les fonctionnaires de police ont déclaré que les manifestants avaient écouté les instructions et cessé de faire du bruit à 23 heures, de sorte qu’ils n’ont pas eu à recourir à la force.

La police a rapporté 16 arrestations ou placements en détention pour troubles à l’ordre public ou agression de policiers. Plusieurs personnes ont été verbalisées pour avoir bloqué des routes après que la police eut appelé les manifestants à se disperser à minuit.

Des manifestations de moindre envergure se sont également tenues sur des ponts autoroutiers et à des carrefours à travers Israël. Et, pour la première fois, un certain nombre de petites mobilisations ont également eu lieu dans 17 villes à travers le monde en solidarité avec les protestations israéliennes, dont Berlin et New York, a rapporté la chaîne Kan.

Des Israéliens manifestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 29 août 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

C’est la onzième semaine consécutive que des Israéliens se rassemblent pour exprimer leur opposition à Netanyahu, dénonçant en particulier son inculpation pour corruption et sa gestion de la pandémie de coronavirus.

Des incidents violents se sont produits lors de certaines manifestations au cours de ces dernières semaines. Samedi, des manifestants réunis à Herzliya ont déclaré qu’un homme avait brandi un pistolet alors qu’il passait devant eux à un carrefour de la ville, lors d’un incident filmé. Les manifestants devraient porter plainte.

La mobilisation de masse de samedi à Jérusalem s’est déroulée dans un contexte de tensions avec la police au sujet de la manière dont elle a géré le rassemblement de la semaine dernière. Des échauffourées ont éclaté et une trentaine de personnes ont été arrêtées sur la base d’allégations d’incitation et de violences policières.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...