Netanyahu : Confinement des foyers de COVID-19 et géolocalisation des téléphones
Rechercher

Netanyahu : Confinement des foyers de COVID-19 et géolocalisation des téléphones

Tibériade, Elad et Bat Yam pourraient faire l'objet de restrictions ; Le cabinet discutera des "outils numériques" si les taux d'infection continuent à augmenter

Des policiers patrouillent dans la rue Jaffa dans le centre de Jérusalem, le 23 juin 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Des policiers patrouillent dans la rue Jaffa dans le centre de Jérusalem, le 23 juin 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé mardi des mesures visant à déclarer des « zones à accès limité » dans les régions qui ont connu un pic d’infections virales, ainsi que des plans pour renouveler un programme controversé de suivi par le Shin Bet des porteurs de virus si les taux continuent à augmenter.

« Nous allons faire une annonce aujourd’hui concernant les zones restreintes dans lesquelles il y a un taux de contagion élevé », a écrit Netanyahu sur Twitter, sans détailler la réglementation ni préciser les zones en question.

« Si le taux de contagion continue [à augmenter], nous accélérerons le processus visant à soumettre les moyens numériques à l’approbation du cabinet avant dimanche », a écrit le Premier ministre, faisant apparemment référence au programme du Shin Bet.

Israël a vu le nombre de nouveaux cas de COVID-19 augmenter fortement au cours des deux dernières semaines, alimentant les craintes d’une « seconde vague » et amenant le ministère de la Santé à ordonner dimanche aux hôpitaux du pays de se préparer à rouvrir leurs unités de traitement du coronavirus.

Le ministère de la Santé a déclaré mardi qu’il y avait eu 377 cas de virus diagnostiqués au cours des dernières 24 heures. Le nombre de décès est resté à 307.

Illustration – Des hommes juifs ultra-orthodoxes au tombeau de Maïmonide à Tibériade, dans le nord d’Israël, le 22 mai 2020. (David Cohen/Flash90)

Les chiffres ont montré une poursuite de la tendance à la hausse de la semaine dernière, qui a vu 200 à 300 cas par jour presque tous les jours et une augmentation constante du nombre de patients en état grave.

Les médias en hébreu ont rapporté que certains quartiers ultra-orthodoxes de la ville de Tibériade, dans le nord du pays, qui ont connu une forte augmentation des contaminations, sont susceptibles de faire l’objet de restrictions, de même que certaines zones des villes centrales de Bat Yam et Elad.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la réunion hebdomadaire du cabinet, au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 21 juin 2020. (Marc Israel Sellem)

Un groupe de travail de l’armée a averti mardi dernier de la possibilité d’épidémies dans un certain nombre de localités, dont Bat Yam, ce qui a conduit le maire à demander la fermeture des plages de cette commune. La ville de bord de mer, dont la population est relativement plus âgée que celle des autres zones touchées par l’épidémie, suscite des inquiétudes particulières.

Le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, a déclaré aux journalistes lors d’une visite des installations de traitement du virus dans le centre du pays que le gouvernement n’avait pas l’intention d’annoncer un « bouclage total », mais qu’il allait plutôt introduire des restrictions au niveau local.

« Il se peut qu’au cours de la journée nous déclarions des zones de restrictions pour enrayer les contaminations et j’appelle les habitants à agir avec compréhension. Nous ne ferons pas un bouclage total, mais nous avons besoin de la coopération de tous », a-t-il déclaré.

Le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, lors d’une visite au centre médical Sheba à Ramat Gan, le 23 juin 2020. (Flash90)

Une unité de l’armée a publié un certain nombre de rapports mardi dernier, dont un qui préconisait l’utilisation de données de géolocalisation téléphonique pour localiser les patients atteints du coronavirus en employant les procédures du Shin Bet qui sont habituellement réservées aux opérations antiterroristes, étayant apparemment les appels de Netanyahu pour la réactivation du programme de surveillance du service de sécurité.

Le programme du Shin Bet – qui utilise une grande quantité de données de téléphones portables et de cartes de crédit pour suivre les mouvements des patients atteints de coronavirus et de ceux qui sont en contact étroit avec eux – a pris fin au début de ce mois, près de trois mois après son lancement.

Le programme avait été soumis à la surveillance de la Knesset, mais la Cour suprême de justice a ordonné au gouvernement d’élaborer une loi – au lieu d’un règlement d’urgence temporaire – pour donner au Shin Bet la permission d’utiliser ces outils. Les ministres ont décidé d’annuler le programme après avoir échoué à rédiger un projet de loi légiférant sur son fonctionnement.

Le chef du Shin Bet, Nadav Argaman, s’est opposé à une loi réglementant le rôle du Shin Bet dans le programme qui permettrait au service d’utiliser des données personnelles sensibles pour suivre les porteurs de coronavirus, selon des fuites du forum de haut niveau du cabinet chargé de la réponse à la pandémie. Il estime qu’il faudrait plutôt donner ce pouvoir à une entreprise privée.

Le rapport de l’armée a également préconisé l’utilisation de la technologie pour tenter de réduire la propagation de la maladie, via des applications sur les téléphones (comme le programme israélien Magen), et le balayage des codes QR aux entrées des espaces intérieurs, car la plupart des transmissions semblent avoir lieu dans des zones confinées.

Un rapport séparé du Coronavirus National Information and Knowledge Center a également averti qu’Israël pourrait voir le nombre de cas de coronavirus actifs doubler en une semaine.

Selon le rapport, le taux de contagion en Israël augmente maintenant d’environ 8 % par jour et le nombre de patients actifs double actuellement tous les neuf jours.

Le centre rend compte au gouvernement et est géré par l’unité de renseignement militaire de l’armée israélienne, mais il est censé travailler avec le ministère de la Santé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...