Netanyahu et Herzog “ont secrètement négocié une coalition et échangé des projets d’accord”
Rechercher

Netanyahu et Herzog “ont secrètement négocié une coalition et échangé des projets d’accord”

Les négociations pour former un gouvernement d’unité ont été gelées après les accusations de corruption qui ont touché le dirigeant travailliste, selon Haaretz

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le chef de l'opposition Isaac Herzog, pendant la séance inaugurale de la Knesset, le 31 mars 2015.  (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le chef de l'opposition Isaac Herzog, pendant la séance inaugurale de la Knesset, le 31 mars 2015. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le Likud et l’Union sioniste, dans l’opposition, auraient été dans une phase avancée de discussions pour former une coalition gouvernementale avant l’annonce d’une enquête pour corruption sur le chef de l’Union sioniste, Isaac Herzog, a annoncé jeudi Haaretz.

Herzog et le Premier ministre Benjamin Netanyahu ont eu des discussions secrètes pendant des mois, selon l’article, et les parties ont même échangé des projets d’accord.

Les discussions se seraient intensifiées ces dernières semaines, jusqu’à ce que la police annonce une enquête sur les finances d’Herzog pendant les primaires du Parti travailliste, le plus grand des deux partis qui forment l’Union sioniste.

Herzog et Netanyahu auraient dû conclure un accord à la fin du mois prochain et présenter un gouvernement d’unité avant la session législative d’été, selon des extraits de l’article, qui devrait être publié en entier vendredi.

D’après cet article, des écarts persistent entre les deux parties, dont la demande d’Herzog que le parti nationaliste de Naftali Bennett, HaBayit HaYehudi, quitte la coalition – une demande qui aurait été rejetée par Netanyahu – et un désaccord sur la forme du processus diplomatique avec les Palestiniens.

Les discussions auraient eu lieu via des représentants de chaque partie, selon Haaretz.

Le bureau d’Herzog n’a ni confirmé ni démenti l’article, déclarant à Haaretz : « Il y avait beaucoup de personnes qui s’agitaient l’année dernière, qui ont essayé de faire avancer des contacts pour l’unité, et cela n’a rien donné de pertinent. »

Gilad Erdan, ministre de la Sécurité intérieure, le 11 janvier 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Gilad Erdan, ministre de la Sécurité intérieure, le 11 janvier 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’article a été publié quelques heures après une intervention du ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan qui prévenait que le gouvernement pourrait tomber, probablement sur un échec du vote du budget, et a appelé l’Union sioniste à « se montrer responsable » et à entrer dans une coalition d’union nationale.

Le député Eitan Cabel, élément crucial de l’Union sioniste et président de la commission de l’économie de la Knesset, a démenti jeudi toutes négociations sur un gouvernement d’unité.

Le ministre des Finances Moshe Kahlon, du parti Koulanou, qui faisait pression pour un gouvernement d’unité, avait mercredi fait allusion à l’existence de négociations à cette fin entre Netanyahu et Herzog.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...