Osnat Mark : A la manifestation de samedi soir, il n’y avait que des gauchistes
Rechercher

Osnat Mark : A la manifestation de samedi soir, il n’y avait que des gauchistes

La députée Likud a estimé que la manifestation de samedi soir contre la réponse économique du gouvernement à la pandémie avait été suivie par des "extrémistes de gauche"

La nouvelle députée Likud Osnat Hila Mark. (Capture d'écran Facebook)
La nouvelle députée Likud Osnat Hila Mark. (Capture d'écran Facebook)

« Je n’y ai pas vu les travailleurs indépendants. Seulement des gauchistes et des extrémistes de gauche qui sont venus et ont dit une chose : ‘A bas Bibi’. Nous ne sommes pas en campagne électorale en ce moment, nous sommes en campagne pour sauver les travailleurs indépendants, et cela doit se faire en collaboration avec le gouvernement », a estimé lundi la députée Likud Osnat Mark lors d’une session de la commission économique de la Knesset, à propos du gigantesque rassemblement samedi soir sur la place Rabin.

Le rassemblement a pourtant été organisé par des groupes de travailleurs indépendants, de petites entreprises mais aussi d’artistes, se sentant abandonnés par le gouvernement après la fermeture forcée de leur commerce et des lieux publics pendant la pandémie.

Les syndicats étudiants ont aussi participé au rassemblement pour exprimer leurs inquiétudes dans un contexte où de nombreux jeunes se retrouvent aujourd’hui sans travail.

Le taux de chômage en Israël a bondi ces derniers mois, passant de 3,4 % en février à 27 % en avril, avant de redescendre légèrement en mai à 23,5 %. Les chiffres de juin n’ont pas encore été publiés.

Si les salariés qui se sont retrouvés sans travail ont pu demander des allocations chômage, les travailleurs indépendants affirment chaque jour que nombre d’entre eux attendent depuis des mois l’aide promise par le gouvernement.

Des milliers d’Israéliens manifestent sur la place Rabin à Tel Aviv, appelant au soutien financier du gouvernement israélien au milieu de la crise des coronavirus, le 11 juillet 2020. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

« Il y a une grave crise de confiance entre le gouvernement et nous », avait déclaré samedi Shai Berman, un des organisateurs de la manifestation, au micro de la radio publique israélienne. Berman avait été invité par Netanyahu et Israel Katz la veille pour empêcher le rassemblement qui se voulait apolitique.

Mais la colère est montée d’un cran, lundi, alors que des milliers de chefs d’entreprise israéliens ont découvert que les allocations versées aux auto-entrepreneurs durement frappés par le coronavirus pourraient être d’un montant bien inférieur à ce qui avait été initialement promis par le gouvernement.

Les ministres ont en effet approuvé, dimanche, le principe d’indemnités d’un montant pouvant atteindre les 7 500 shekels pour les auto-entrepreneurs, les employés salariés et les chefs d’entreprise. Mais un grand nombre d’entre eux ont appris dans l’intervalle qu’ils recevraient une somme inférieure à 2 000 shekels.

Les montants qui ont été déterminés pour ces allocations se sont basés sur le revenu perçu au cours de la même période, les années précédentes.

Alors qu’Israël est actuellement aux prises avec une recrudescence alarmante du nombre de nouveaux cas de coronavirus, une tendance qui s’affirme depuis quelques semaines, Netanyahu doit faire face à de nombreuses critiques sur la gestion gouvernementale des conséquences économiques de la pandémie. Les sondages révèlent une désapprobation croissante de sa prise en charge de la crise.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...