Peu probable que les écoles israéliennes reprennent après Pessah – ministère
Rechercher

Peu probable que les écoles israéliennes reprennent après Pessah – ministère

Selon Moshe Bar Siman-Tov, l'augmentation continue du nombre de cas signifie que davantage de mesures de confinement sont nécessaires, Israël va faire face à des milliers de morts

Une école fermée dans la ville de Safed, au nord du pays, le 13 mars 2020. (David Cohen/Flash90)
Une école fermée dans la ville de Safed, au nord du pays, le 13 mars 2020. (David Cohen/Flash90)

Il est peu probable que les écoles israéliennes reprennent après les vacances de Pessah, qui se terminent le 15 avril, a annoncé lundi le directeur général du ministère de la Santé, ajoutant que le pays devrait connaître des « milliers de morts ».

S’exprimant sur les ondes de la radio publique Kan, Moshe Bar Siman-Tov a déclaré que « selon mon évaluation, l’année scolaire ne reprendra pas après Pessah. Je ne sais pas quand elle reprendra ».

Il a prédit que d’ici la fin de la semaine, 150 personnes se trouveront dans un état grave à cause du virus.

« Je pronostique que nous finirons la semaine avec plus de 150 cas graves. Je ne vois pas comment nous pourrions arriver à la fin de la semaine avec un faible nombre d’intubés ou de morts », a-t-il déclaré.

Selon le décompte de lundi matin, 80 personnes se trouvent dans un état grave en Israël, dont 63 reliées à des respirateurs. Le nombre de décès dus au coronavirus en Israël est de 16, avec trois nouveaux décès enregistrés dimanche.

Le ministère de la Santé a fait savoir lundi que le nombre d’Israéliens dont la contamination a été confirmée s’élevait à 4 347, soit une augmentation de 100 cas depuis dimanche soir. Il a déclaré qu’en plus des cas graves, 81 sont dans un état modéré, 134 en ont guéri, et les autres présentaient des symptômes légers.

Le nombre de cas a dépassé les 4 000 dimanche, avec une augmentation de 628 cas en 24 heures. Cette augmentation quotidienne est la plus importante depuis que le premier cas de Covid-19 a été enregistré dans le pays, ce qui le place au 17e rang mondial en termes de nombre de cas d’infection.

Le directeur général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman Tov, lors d’une conférence de presse au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 11 mars 2020. (Flash90)

Moshe Bar Siman-Tov a exprimé son pessimisme quant à la poursuite de la propagation du virus malgré les mesures de confinement actuellement en place et averti que la situation exigeait des mesures supplémentaires puisqu’il voyait encore des gens s’aventurer à l’extérieur.

« J’aimerais que vous regardiez en arrière dans quelques semaines et que vous vous moquiez de moi, mais je ne nous vois pas mettre fin à cette épreuve sans de nombreuses victimes », a-t-il déclaré. « Malheureusement, je pense toujours que la réalité à laquelle nous devrons faire face sera celle de milliers de morts ».

Faisant écho à ce sentiment, un autre haut responsable du ministère de la Santé a révélé lundi que les autorités se préparaient à devoir mettre 5 000 personnes sous respiration artificielle.

Selon un rapport préparé la semaine dernière pour la commission spéciale de la Knesset sur la gestion du coronavirus, il reste au maximum 1 437 respirateurs dans le tout pays. Le ministère de la Santé a contesté ce chiffre, affirmant qu’il y en avait 2 864 disponibles.

Photo d’illustration : Un médecin, en combinaison de protection, vérifie le fonctionnement d’un respirateur à l’hôpital universitaire Samson Assuta d’Ashdod, le 16 mars 2020 (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

On craint de plus en plus qu’il n’y ait pas assez de respirateurs pour traiter toutes les personnes les plus gravement malades, laissant aux médecins la lourde décision de qui garder en vie.

Pour combler cette lacune, Israël a commandé 11 000 respirateurs, 7 400 moniteurs et 21 000 pompes à perfusion, a annoncé le Dr Orly Weinstein, qui est chargée de la gestion du matériel médical au sein du ministère.

« Le grand défi est que ces commandes arriveront en même temps que le nombre prévu de patients nécessitant un respirateur », a-t-elle indiqué, ajoutant que quelque 4 000 à 7 000 de ces machines seront fabriquées en Israël.

Les Israéliens ont reçu l’ordre de rester chez eux à partir de mercredi dernier, à l’exception d’un petit nombre d’activités autorisées, notamment l’achat de nourriture et de médicaments, le travail ou une courte promenade à moins de 100 mètres de leur domicile. Les personnes qui enfreignent ces règles sont passibles d’une amende de plus de 500 shekels (125 €) ou d’une peine d’emprisonnement.

Le gouvernement envisagerait de nouvelles restrictions.

A LIRE : Anxieux, les Israéliens comptent leurs respirateurs – ou tentent d’en fabriquer

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...