Shiloh : Des véhicules de Palestiniens vandalisés par des « Jeunes des Collines »
Rechercher

Shiloh : Des véhicules de Palestiniens vandalisés par des « Jeunes des Collines »

Au moins 9 véhicules ont été endommagés près de Shiloh, peu après que la police et l'armée ont démantelé une structure illégale d'un avant-poste ; aucune arrestation

Des résidents d'implantation masqués brisent les vitres et crèvent les pneus de véhicules palestiniens près de Shiloh, le 16 février 2021. (Capture d'écran : Twitter/Kan)
Des résidents d'implantation masqués brisent les vitres et crèvent les pneus de véhicules palestiniens près de Shiloh, le 16 février 2021. (Capture d'écran : Twitter/Kan)

Des vandales masqués ont brisé les vitres et crevé les pneus de voitures appartenant à des travailleurs palestiniens près de l’implantation de Shiloh en Cisjordanie, lundi matin.

Les images du crime de haine présumé ont été filmées par une caméra de sécurité, capturant le moment où le groupe – que l’on croit être de jeunes extrémistes des implantations, connus sous le nom de « Jeunes des Collines » – a endommagé au moins neuf voitures palestiniennes à l’entrée de l’implantation.

La porte-parole de la police, Shlomit Bakshi, a déclaré que les policiers avaient lancé une enquête sur l’incident. Aucun suspect n’a encore été appréhendé.

Elle a déclaré que plus tôt dans la journée, l’armée et la police des frontières avaient démantelé une structure érigée sans autorisation dans un avant-poste de l’implantation voisine. Les médias israéliens ont identifié le site comme étant Alei Ayin, un petit groupe de bâtiments isolés non autorisés par le gouvernement israélien.

La Paix Maintenant, un mouvement israélien de gauche anti-implantation, a déclaré que l’avant-poste d’Alei Ayin a été établi en 2020 près de l’implantation de Shiloh et du village palestinien voisin de Turmus Aya.

La violence des résidents des implantations envers les Palestiniens a connu un pic ces derniers mois suite à la mort d’Ahuvia Sandak, 16 ans, lorsque sa voiture s’est renversée lors d’une course-poursuite de la police après avoir lancé des pierres sur des Palestiniens.

Les jeunes extrémistes se livrent souvent à des attaques dites du « Prix à payer » en représailles à la violence palestinienne ou aux politiques gouvernementales perçues comme hostiles au mouvement des implantations. Ces attaques comprennent le vandalisme et d’autres crimes de haine.

Des soldats israéliens se tiennent prêts alors que des habitants d’implantations israéliens masqués lancent des pierres sur des manifestants palestiniens (non vsisibles) qui se rassemblent lors d’une manifestation contre la construction d’un avant-poste israélien près du village palestinien de Turmusaya et de l’implantation de Shilo, au nord de Ramallah en Cisjordanie, le 17 octobre 2019. (JAAFAR ASHTIYEH/AFP)

Selon l’organisation de défense des droits Yesh Din, il y a eu près de 50 attaques de résidents d’implantations contre des Palestiniens au cours de cette période, dont plusieurs ont fait des blessés parmi de jeunes enfants.

La police a déclaré lundi dernier avoir arrêté plusieurs Israéliens en Cisjordanie qui sont soupçonnés d’activités terroristes dirigées contre les Palestiniens et les forces de sécurité. Le radiodiffuseur public Kan a indiqué que parmi les suspects figuraient au moins trois Juifs israéliens, âgés de 18 et 19 ans. Ils sont soupçonnés d’avoir participé à des jets de pierres qui ont blessé des Palestiniens, de posséder illégalement des armes et d’appartenir à une organisation terroriste – une accusation grave rarement portée contre des Israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...