Rechercher

Trois cas de nouveau sous-variant d’Omicron détectés à l’aéroport Ben Gurion

Ces passagers d'Afrique du sud, de Singapour et d'Italie sont infectés par la souche BA.4 ; le ministre de la Santé indique qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter à ce stade

Une laborantine prélève des échantillons pour procéder à un dépistage au coronavirus à l'aéroport Ben-Gurion, le 2 mars 2022. (Crédit : Yossi Aloni/ Flash90)
Une laborantine prélève des échantillons pour procéder à un dépistage au coronavirus à l'aéroport Ben-Gurion, le 2 mars 2022. (Crédit : Yossi Aloni/ Flash90)

Le ministère de la Santé a annoncé, lundi, que trois passagers ayant débarqué à l’aéroport Ben Gurion avait été dépistés positifs au nouveau sous-variant d’Omicron BA.4.

L’un de ces passagers arrivait d’Afrique du sud, où se propage actuellement cette souche. Les deux autres arrivaient de Singapour et d’Italie.

Le ministère a déclaré ne pas avoir d’information supplémentaire sur BA.4 à ce stade.

De son côté, le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, a minimisé les inquiétudes sur ce nouveau variant.

« Il y a plusieurs autres cas similaires qui ont été découverts pendant des dépistages à l’aéroport Ben-Gurion. Jusqu’à présent, nous n’avons aucun détail sur sa dangerosité ou sur d’autres caractéristiques. Nous suivons l’évolution de la situation. Il n’y a pas de raison de s’inquiéter à ce stade », a-t-il dit au micro de la radio Kan.

« Il y a des endroits où les vaccins ne sont pas encore arrivés. Malheureusement, nous ne nous sommes pas débarrassés de la COVID… Si de nouvelles mesures sont nécessaires, nous les prendrons. Pas besoin d’effrayer le public », a-t-il ajouté.

Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz s’exprime lors d’une conférence de presse près de Tel Aviv, le 30 décembre 2021 (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Au début du mois, l’Organisation mondiale de la Santé a expliqué que des scientifiques du Botswana et d’Afrique du sud avaient détecté les sous-variants BA.4 et BA.5, ajoutant ignorer s’ils étaient plus transmissibles ou plus dangereux que les précédents variants d’Omicron.

L’OMS a précisé qu’il n’y avait rien, jusqu’à présent, qui pouvait laisser penser que ces nouveaux sous-variants se propageraient différemment d’Omicron.

Israël a levé, samedi soir, l’obligation du port du masque en espace clos, l’une des dernières restrictions entraînées par le coronavirus qui était encore en place.

Cette décision a été prise alors que l’État juif assiste à une chute continue de son taux de morbidité, avec le nombre de nouvelles infections, de cas graves et de décès consécutifs à la COVID qui ne cesse de baisser, semaine après semaine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...