Un candidat au conseil de New York compare les propriétaires juifs aux Allemands qui ont favorisé les nazis
Rechercher

Un candidat au conseil de New York compare les propriétaires juifs aux Allemands qui ont favorisé les nazis

Thomas Lopez-Pierre des 'cupides propriétaires juifs' est de retour avec un nouveau slogan, mais toujours les mêmes stéréotypes éculés

Thomas Lopez-Pierre lors de l'émission “Meet the Faith” aux studios BET de la ville de New York en 2006 (Crédit : Johnny Nunez/WireImage/Getty Images via JTA)
Thomas Lopez-Pierre lors de l'émission “Meet the Faith” aux studios BET de la ville de New York en 2006 (Crédit : Johnny Nunez/WireImage/Getty Images via JTA)

JTA — Thomas Lopez-Pierre veut que vous sachiez qu’il se préoccupe des Juifs. Et c’est pour cela que le candidat au Conseil de New York a retiré sa phrase faisant état de « propriétaires [immobiliers] juifs cupides » de sa campagne.

Mais si vous êtes Juif, a-t-il ajouté, vous devez néanmoins ne pas oublier de dénoncer ces propriétaires. Le cas échéant, vous pourriez bien être l’un de ces Allemands qui a permis à l’Holocauste d’avoir lieu.

« Les bons Allemands détournaient le regard alors que les Juifs allemands étaient embarqués par les nazis », a-t-il dit. « De la même manière, les Juifs de New York détournent le regard lorsque les propriétaires juifs se lancent dans un nettoyage économique et ethnique dans la ville de New York ».

Est-il vraiment en train d’opérer une quelconque équivalence entre le phénomène de gentrification à Harlem et la Shoah ?… Bien sûr que non, dit-il. Ce type de comparaison serait bien trop délicat.

« Je ne compare pas les dégâts qui ont été commis dans chaque groupe particulier parce que nous pourrions passer une vie entière à tenter de soupeser lesquels ont été les pires », a-t-il ajouté.

Lopez-Pierre se présente à une primaire contre le membre du Conseil municipal démocrate Mark Levine qui, depuis 2014, a représenté un secteur couvrant une grande partie de la zone ouest de Harlem dans l’Upper Manhattan. La critique de ces « propriétaires juifs cupides » a été au centre de la campagne menée par Lopez-Pierre. Il a longuement défendu le terme au mois d’avril face à une tempête médiatique, accusant les propriétaires juifs de faire un « nettoyage ethnique des habitants afro-américains et originaires d’Amérique latine dans l’Upper Manhattan ».

Récemment, Lopez-Pierre a indiqué avoir changé d’avis. Il a cessé d’utiliser le terme de « propriétaires juifs cupides » parce que des Juifs lui ont dit qu’il s’agissait de surcroît d’un stéréotype offensant. Il a même fait une vidéo où il a fait part de sa décision devant Ramath Orah, une synagogue orthodoxe moderne de l’Upper West Side.

Mais ne vous inquiétez pas ! Il croit encore tout ce à quoi il croyait déjà au mois d’avril.

Thomas Lopez-Pierre, candidat au conseil de l'Upper Manhattan, New York, dénonce les "propriétaires juifs cupides" le 29 mars 2017 (Capture d'écran : Youtube
Thomas Lopez-Pierre, candidat au conseil de l’Upper Manhattan, New York, dénonce les « propriétaires juifs cupides » le 29 mars 2017 (Capture d’écran : Youtube

C’est ce que j’ai clairement établi lors d’une bizarre conversation téléphonique que j’ai eue mardi avec Lopez-Pierre. Sa sensibilité à l’antisémitisme et aux inquiétudes des Juifs peut s’étendre à ses slogans de campagne, mais elle ne va pas plus loin.

« Les propriétaires juifs ciblent les quartiers afro-américains et sud-américains avec l’argent israélien pour exploiter, par cupidité, le déplacement des habitants afro-américains et sud-américains dans la ville de New York globalement », a-t-il déclaré.

Puis il a ajouté : « vous ne pouvez pas vous focaliser sur l’individu. Trop de propriétaires d’origine juive possèdent des biens immobiliers dans les communautés afro-américaines et latino-américaines, et ils se concentrent pour réaliser ce nettoyage ethnique sur la base de cet horrible, horrible racisme ».

Il utilise toujours une photo de deux hommes portant la kippa, dont les visages affichent une expression de culpabilité, comme couverture de son compte Twitter (la photo avait été prise lors d’une apparition, devant le tribunal, de deux propriétaires immobiliers de New York qui avaient été accusés de mise en danger par négligence et autres délits).

Et sa biographie sur ce même réseau social n’a pas non plus véritablement changé. Elle affirmait : « Les propriétaires juifs POSSÈDENT 80 % des locations immobilières privées dans l’Upper Manhattan ; COUPABLES d’expulser les afro-américains/les sud-américains par CUPIDITÉ ».

Voilà ce que cette biographie dit maintenant :

“(((Les propriétaires cupides))) de l’Upper Manhattan ; COUPABLES d’expulser les afro-américains/les sud-américains par CUPIDITE »

Au cas où vous ne le sauriez pas, ces trois parenthèses, appelées « échos », sont utilisées par les suprématistes blancs pour identifier les Juifs en ligne. Lopez-Pierre a affirmé qu’il l’ignorait. Mais il a aussi déclaré qu’il s’en doutait néanmoins et avait utilisé les parenthèses pour profiter d’une plus large couverture médiatique.

« Vous êtes en train de me dire que vous étiez d’accord pour utiliser des symboles antisémites pour attirer l’attention des médias ? »

(Pause)

« Oui ».

Mission accomplie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...