Un caricaturiste israélien licencié après avoir dessiné Netanyahu en porc
Rechercher

Un caricaturiste israélien licencié après avoir dessiné Netanyahu en porc

Le Jerusalem Report s'est séparé d'un caricaturiste qui avait représenté en porcs le Premier ministre et des députés célébrant le vote de la loi sur l'“Etat-nation juif”

Avi Katz (Facebook)
Avi Katz (Facebook)

Le magazine israélien Jerusalem Report a annoncé jeudi s’être séparé d’un caricaturiste qui avait représenté en porcs le Premier ministre Benjamin Netanyahu et des députés célébrant le vote d’une loi controversée sur l’“Etat-nation juif”.

Pour célébrer l’adoption de cette loi par le Parlement, le député Oren Hazan, membre du Likud – le parti de droite de M. Netanyahu – avait diffusé un selfie entouré du Premier ministre et de députés de la coalition.

Dans un dessin publié mardi par le magazine en anglais Jerusalem Report, du groupe de presse Jerusalem Post, le dessinateur Avi Katz avait repris cette photo qui avait fait la une des médias israéliens, en représentant les élus en porcs.

Le dessin était accompagné de la citation « Tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres », extraite du livre La ferme des animaux de George Orwell, qui raconte la révolte des animaux contre les hommes.

Cette caricature a provoqué l’indignation chez certains lecteurs en Israël, où les porcs sont considérés comme impurs et leur consommation proscrite par le judaïsme.

My cartoon on Israel's shameful new Nationalism Law

Posted by Avi Katz on Monday, 23 July 2018

« Suite à des considérations éditoriales prises par les rédacteurs en chef, il a été décidé de ne plus publier ses dessins, après que plusieurs d’entre eux ont suscité des réactions négatives », a annoncé le magazine dans un communiqué.

Il est précisé que M. Katz était jusqu’alors pigiste et non employé du groupe de presse.

Adoptée le 19 juillet par la Knesset, la loi définissant le pays comme « l’Etat-nation du peuple juif » a suscité des accusations de « racisme » à l’encontre de la minorité arabe, en dépit de l’amendement d’un article controversé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...