Un charlatan prétend pouvoir diagnostiquer le Covid-19 par téléphone
Rechercher

Un charlatan prétend pouvoir diagnostiquer le Covid-19 par téléphone

Des inspecteurs du ministère de la Santé ont confronté l'intéressé, le mettant en garde de cesser immédiatement ses activités

Un homme qui prétend pouvoir confirmer des cas de coronavirus au téléphone est confronté à un représentant du ministère de la santé (Capture d'écran : douzième chaîne)
Un homme qui prétend pouvoir confirmer des cas de coronavirus au téléphone est confronté à un représentant du ministère de la santé (Capture d'écran : douzième chaîne)

Le ministère de la Santé a déclaré mardi qu’il porterait plainte contre un homme ultra-orthodoxe qui se faisait passer pour un médecin et diagnostiquait des cas de Covid-19 par téléphone.

L’affaire a été rapportée par la Douzième chaîne, qui a contacté l’intéressé après avoir appris l’existence de prospectus distribués dans la communauté « haredi [qui] stipulaient que ‘Dr Natan Har’ pouvait confirmer des cas de coronavirus par téléphone. Il affirmait pouvoir détecter, au bruit de la toux, si l’individu était atteint ou non par la maladie, pour la modique somme de 50 shekels.

La chaîne a signalé l’imposture au ministère de la Santé.

Une représentante du ministère de la Santé, qui s’est présentée comme une cliente, a contacté le suspect pour ses services. Il lui a alors demandé de tousser, avant de lui dire : « oui, malheureusement, vous l’avez. Vous êtes porteuse du virus », avant de procéder au même test sur son fils et de lui diagnostiquer également le Covid-19.

Quand la femme est venue le payer, chez lui, il lui aurait demandé 250 shekels, selon le reportage.

Un représentant du ministère de la Santé confronte un homme qui prétend pouvoir confirmer des cas de coronavirus au téléphone. (Capture d’écran : douzième chaîne)

Les inspecteurs du ministère de la Santé ont ensuite confronté l’homme, le mettant en garde de cesser immédiatement ses activités.

« Mon avocat m’a dit que je pouvais me présenter comme un docteur, comme Dr. Gav [un magasin de matelas] ou Dr. Stock. J’effectue simplement des consultations », leur a-t-il dit.

« Vous comprenez que quelque chose ne va pas ? », lui ont demandé les représentants du ministère de la Santé lors d’un échange filmé en caméra cachée.

« Je vais arrêter », leur a-t-il alors assuré.

Roni Berkowitz, chef de la division de la législation et de l’inspection du ministère de la Santé, a déclaré : « Le ministère considère cela avec sévérité. Nous allons déposer une plainte contre lui auprès de la police ».

Le reportage n’a pas précisé combien de personnes avaient été concernées.

La communauté ultra-orthodoxe a été plus durement touchée par l’épidémie de coronavirus que le reste de la population, ses membres ayant tardé à adopter les règles de distanciation sociale imposées par le gouvernement. De nombreux membres de la communauté évitent Internet pour des raisons religieuses, ce qui les rend plus vulnérables aux fausses allégations médicales.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...