Un ex-conseiller de Netanyahu aux policiers : « Bibi et Sara adorent les cadeaux »
Rechercher

Un ex-conseiller de Netanyahu aux policiers : « Bibi et Sara adorent les cadeaux »

Les télévisions ont diffusé des fuites de l'interrogatoire de feu Shaya Segal sur l'affaire 1000, où le premier ministre est accusé d'avoir reçu des cadeaux illicites

Feu Shaya Segal parle aux enquêteurs dans une interview non datée, dans une séquence diffusée le 25 février 2021. (Capture d'écran : Treizième chaîne)
Feu Shaya Segal parle aux enquêteurs dans une interview non datée, dans une séquence diffusée le 25 février 2021. (Capture d'écran : Treizième chaîne)

Shaya Segal, un ancien proche conseiller du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré aux enquêteurs que ce dernier et sa femme Sara Netanyahu sont « des gens qui aiment les cadeaux, énormément », dans un reportage diffusé par la Treizièlme chaîne jeudi.

« Il y a un état d’esprit ici, ils ne pensent pas être corrompus quand ils acceptent toutes ces choses », a déclaré Segal – en référence aux accusations de corruption portées contre Netanyahu.

Segal est décédé en 2017.

Les images non datées qui ont fait l’objet de la fuite proviennent de l’interrogatoire de Segal par la police pendant l’enquête sur l’affaire 1000. L’enquête a été entachée par de fréquentes fuites de témoignages à la police.

Netanyahu a été accusé d’entretenir une relation illicite de longue date et de grande envergure avec le magnat du cinéma israélien Arnon Milchan, au cours de laquelle, à la demande de Netanyahu, Milchan leur a fourni « une ligne d’approvisionnement » de « boîtes de cigares » et de « caisses de champagne ».

« Nous le méritons, c’est évident que nous le méritons », a déclaré Segal en décrivant l’état d’esprit des Netanyahu aux enquêteurs, ajoutant que « il faut les connaître » pour bien comprendre leur état d’esprit.

Benjamin Netanyahu (à droite) et le producteur Arnon Milchan lors d’une conférence de presse, le 28 mars 2005. (Crédit : Flash90)

Segal a donné un exemple lorsque lui et trois autres couples se sont réunis pour acheter un cadeau pour l’anniversaire de Sara, chacun s’engageant à verser 1 500 NIS pour qu’elle achète un bijou, mais que celle-ci a choisi un article beaucoup plus cher, ce qui a obligé le magasin à faire payer au groupe une somme plus élevée.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il avait dérogé à ses normes, en offrant un cadeau d’anniversaire si cher, Segal a répondu « parce que nous étions obligés, pour ne pas qu’elle nous tue ».

« Que pouvait-elle vous faire ? » a demandé un enquêteur à Segal, auquel il a répondu : « avez-vous déjà été engueulé par Sara ? »

Plusieurs anciens employés ont affirmé avoir été maltraités et agressés par la femme du Premier ministre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...