Un film sur la Shoah montre un détenu juif qui invente une langue pour survivre
Rechercher

Un film sur la Shoah montre un détenu juif qui invente une langue pour survivre

Vadim Perelman, qui a perdu des proches dans la Shoah, dit que son film "Persian Lessons" montre aussi l'humanité des nazis et que le mal est toujours commis par des humains

  • Nahuel Perez Biscayart incarne un détenu juif dans un camp de concentration pendant le tournage en Biélorussie du film "Persian Lessons" en 2019. (Autorisation de HyperFilms/ via JTA)
    Nahuel Perez Biscayart incarne un détenu juif dans un camp de concentration pendant le tournage en Biélorussie du film "Persian Lessons" en 2019. (Autorisation de HyperFilms/ via JTA)
  • Lars Eidinger joue le rôle d'un officier nazi dans un camp de concentration lors du tournage en Biélorussie de "Persian Lessons" en 2019. (Autorisation de HyperFilms/ via JTA)
    Lars Eidinger joue le rôle d'un officier nazi dans un camp de concentration lors du tournage en Biélorussie de "Persian Lessons" en 2019. (Autorisation de HyperFilms/ via JTA)
  • Nahuel Perez Biscayart incarne un détenu juif sortant d'un camp de concentration lors du tournage en Biélorussie du film "Persian Lessons" en 2019. (Autorisation de HyperFilms/ via JTA)
    Nahuel Perez Biscayart incarne un détenu juif sortant d'un camp de concentration lors du tournage en Biélorussie du film "Persian Lessons" en 2019. (Autorisation de HyperFilms/ via JTA)
  • Vadim Perelman écoute la question d'un journaliste sur son film "Persian Lessons" à Berlin, le 22 février 2020. (Michael Kappeler/picture alliance via Getty Images/ via JTA/ SUE)
    Vadim Perelman écoute la question d'un journaliste sur son film "Persian Lessons" à Berlin, le 22 février 2020. (Michael Kappeler/picture alliance via Getty Images/ via JTA/ SUE)

JTA – Pour un film sur la Shoah, le film biélorusse « Persian Lessons » a un certain potentiel comique. Se déroulant dans un camp de concentration situé en Europe occidentale, il met en scène un détenu juif qui survit en donnant des leçons de persan à un officier nazi qui rêve d’ouvrir un restaurant à Téhéran.

Seul problème : le détenu ne parle pas le farsi. Il invente sa propre langue et l’enseigne à son geôlier, en essayant de ne pas éveiller de soupçons.

Si cela ressemble à la Comédie des erreurs, ce n’est pas un accident. « Persian Lessons » est basé sur une nouvelle du scénariste Wolfgang Kohlhaase, spécialisé dans les tragi-comédies. Der Spiegel décrit Kohlhaase comme un maître des « blagues de dialogue ».

Mais « Persian Lessons » est un thriller sombre sur la façon de survivre tout en obtenant justice contre toute attente. Et le film se distingue des autres dans son genre par la façon dont il met un visage profondément humain non seulement sur les victimes, mais aussi sur les bourreaux.

Le Belarus a soumis le film à la compétition pour l’Oscar parce qu’il a été tourné là-bas, mais il a été disqualifié de la compétition parce qu’il ne parle pas vraiment de ce pays. Cohen Media Group a acquis les droits nord-américains de « Persian Lessons » mais n’a pas encore commencé à y distribuer le film.

Le film, qui est principalement en allemand (et en faux farsi), commence dans un camion rempli d’hommes juifs conduits sur un site d’exécution. Un homme offre à Gilles, un jeune juif belge, un livre en persan d’apparence coûteuse en échange du sandwich de Gilles. Peu après la transaction, les hommes sont conduits sur le lieu de l’exécution. N’ayant rien à perdre, Gilles dit aux soldats nazis qu’il est en fait persan, et non juif, et présente le livre comme preuve.

Il a du mal à croire à sa chance lorsque les soldats décident de le garder en vie car leur commandant cherche un interprète en farsi.

Mais les ennuis de Gilles ne font que commencer. Privé de sommeil, mal nourri et terrifié, il doit trouver un moyen d’enseigner systématiquement une langue inexistante à un homme qui le tuerait instantanément s’il dérape.

Gilles met au point un système de codes utilisant le seul vocabulaire étranger fiable à sa disposition : les noms des détenus qui l’entourent.

A chaque détenu, il attribue un mélange à consonance étrangère de son nom et de son prénom. Il attribue à chaque mélange un mot qui rend compte de la personnalité ou de l’apparence du détenu. Il enseigne ensuite ce mot à l’officier, qui finit par mémoriser involontairement le nom de ses victimes.

Nahuel Perez Biscayart incarne un détenu juif dans un camp de concentration pendant le tournage en Biélorussie du film « Persian Lessons » en 2019. (Autorisation de HyperFilms/ via JTA)

Une grande partie du film, acclamé par la critique, est consacrée à la réalisation du projet de Gilles. Mais au fur et à mesure qu’il progresse, le film se distingue des autres films sur la Shoah par son traitement de la vie quotidienne des soldats nazis qui dirigeaient le camp : la romance entre les gardes féminins et masculins, la rivalité et la politique entre les officiers, et la façon dont le nazisme a divisé leurs propres familles chez eux.

Cette fenêtre sur le quotidien des bourreaux a été la principale motivation du réalisateur Vadim Perelman, un juif d’origine ukrainienne dont la famille a perdu de nombreux membres dans la Shoah.

« Ce que je voulais surtout, c’était montrer aux Allemands, leur humanité. Montrer qu’ils étaient comme nous, qu’ils ne sont pas différents du tout », a-t-il déclaré à la Jewish Telegraphic Agency le mois dernier.

Ce faisant, il s’agit d’un acte d’accusation plus puissant contre les nazis que leur déshumanisation habituelle en tant que monstres dans l’industrie cinématographique, a fait valoir M. Perelman.

Vadim Perelman écoute la question d’un journaliste sur son film « Persian Lessons » à Berlin, le 22 février 2020. (Michael Kappeler/picture alliance via Getty Images/ via JTA/ SUE)

Ce point de vue, célèbre dans le livre de la philosophe Hannah Arendt de 1963 « Eichmann à Jérusalem : Rapport sur la banalité du mal », a gagné en popularité mais reste contesté par les historiens et les juristes, dont le juge Gabriel Bach, qui a poursuivi Adolf Eichmann. Ils soutiennent que l’analyse d’Arendt ignore à la fois l’indéniable ferveur idéologique de l’antisémitisme nazi et ses racines profondes antérieures à la Réforme.

Perelman – dont le film le plus connu est « House of Sand and Fog », une tragédie primée de 2003 sur l’immigration et la dépression mettant en scène Ben Kingsley et Jennifer Connelly – pense qu’il y a un bourreau en chacun de nous.

« Moi-même, enfant, je jouais avec l’idée d’être un tyran. Pousser les faibles, les insulter. Tout le monde a ça en lui », a-t-il dit.

Perelman, 57 ans, était enfant unique à Kiev. Son père est mort dans un accident de voiture alors qu’il avait 9 ans, et sa mère et lui ont immigré en Italie en 1977. Ils vivaient dans une extrême pauvreté à Rome. Perelman a été soigné par un vétérinaire parce qu’un médecin était trop cher, a-t-il déclaré au Jewish Journal of Los Angeles en 2003.

Lars Eidinger joue le rôle d’un officier nazi dans un camp de concentration lors du tournage en Biélorussie de « Persian Lessons » en 2019. (Autorisation de HyperFilms/ via JTA)

Perelman, qui vit maintenant en Californie, et sa mère ont ensuite déménagé au Canada, où il a eu des ennuis avec la justice pour cambriolage. Il a finalement obtenu son diplôme d’études secondaires et est devenu réalisateur spécialisé dans les publicités.

Son histoire personnelle a peut-être influencé son point de vue sur la moralité, a-t-il dit.

Dans « Persian Lessons », l’officier nazi, dépeint par Lars Eidinger, réfléchit sur certains des choix qui l’ont conduit à diriger une partie d’un camp de concentration qui est menacé d’être capturé par les troupes ennemies. Dans l’un des moments les plus dramatiques du film, l’officier confie à Gilles que son projet de s’installer à Téhéran est né du désir de renouer avec son frère aîné, qui a fui l’Allemagne à cause du nazisme.

« Le mal ne vient pas à la naissance », a déclaré M. Perelman. « Il naît d’un ensemble de choix, certains assez mineurs au début. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...