Un groupe israélien veut faire vacciner des survivants de la Shoah dans le monde
Rechercher

Un groupe israélien veut faire vacciner des survivants de la Shoah dans le monde

Certains se demandent si le plan, imaginé par le Shalom Corps, est faisable, moral ou politiquement opportun

Des personnes âgées sont vaccinées contre le COVID-19 sur un site de vaccination de l'État de New York au Jacob K. Javits Convention Center, le 13 janvier 2021, à New York. (AP/Mary Altaffer)
Des personnes âgées sont vaccinées contre le COVID-19 sur un site de vaccination de l'État de New York au Jacob K. Javits Convention Center, le 13 janvier 2021, à New York. (AP/Mary Altaffer)

Une organisation juive soutenue par le gouvernement israélien lance une initiative visant à fournir aux survivants de la Shoah dans le monde entier des vaccins COVID-19, mais certains se demandent si ce projet est réalisable ou même éthique.

Alors que la majorité de la population âgée d’Israël se fait vacciner, dans de nombreux autres pays, les gens se préparent à de longues attentes. L’organisation humanitaire à but non lucratif Shalom Corps travaille sur un projet visant à trouver des vaccins pour plus de 100 000 survivants en diaspora et à les leur administrer.

Mais le projet a soulevé des questions de faisabilité ainsi que des problèmes plus délicats liés à l’ingérence dans les affaires intérieures d’autres pays.

Shalom Corps a été créé il y a quelques mois par le ministère israélien des Affaires de la Diaspora et l’Agence juive. Alors que la ministre des Affaires de la Diaspora, Omer Yankelevich, s’est montrée très lyrique à propos de ce projet, l’Agence juive n’en a été informée que par les médias et n’a pas fait écho à son enthousiasme.

« C’est toute une entreprise », a déclaré mercredi une porte-parole de l’Agence juive au Times of Israel. « Nous n’étions pas au courant et nous n’avons pas eu l’occasion d’examiner correctement si cela est faisable ».

Le quotidien de gauche Haaretz a cité une source anonyme connaissant la réaction de l’Agence juive, qui a déclaré que les responsables de l’organisation étaient « choqués » et « indignés » lorsqu’ils ont vu un article sur cette idée, qu’ils ont qualifiée d’“odieuse”.

Moshe Halbertal, un éminent philosophe israélien, a déclaré au Times of Israel qu’il pense que l’épreuve particulière des survivants justifie un traitement préférentiel qu’il rejetterait dans des circonstances normales. « Je le soutiens en raison de ce traumatisme particulier », a-t-il déclaré.

Un homme israélien se fait vacciner contre le coronavirus dans un centre de vaccination Clalit à Jérusalem, le 4 janvier 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Mais la source qui s’est entretenue avec Haaretz au sujet des discussions au sein de l’Agence juive a déclaré qu’il serait « irréalisable, illégal, immoral, diplomatiquement désastreux et absolument impossible » d’interférer avec la manière dont chaque pays distribue les vaccins en créant une disposition spéciale pour les survivants juifs de la Shoah.

Des réglementations strictes, qui varient d’un pays à l’autre, régissent les procédures médicales, et bien que les experts affirment que certains autorisent la vaccination privée de certaines personnes, le projet pourrait se heurter à des problèmes légaux dans d’autres juridictions.

En 2019, on estimait qu’il restait environ 400 000 survivants de la Shoah dans le monde, dont la moitié environ vivait en Israël. Selon le porte-parole de Shalom Corps, Steve Rabinowitz, il y a quelque 130 000 survivants dans la diaspora qui seraient éligibles pour les vaccinations une fois que le programme aura démarré dans quelques mois.

La plus grande communauté se trouve aux États-Unis, où le déploiement du vaccin a été plus lent que prévu, entravé par des problèmes logistiques. D’autres pays comptant une importante population de survivants, dont la France, le Royaume-Uni, la Russie, l’Ukraine et le Canada, ont également été plus lents à vacciner la population qu’Israël, bien que l’on espère que la distribution s’accélérera dans les prochains mois, la plupart des survivants étant en première ligne en raison de leur âge.

En annonçant le projet cette semaine, Yankelevich a manifesté son optimisme. « Le temps est venu pour nous tous, institutions juives et dirigeants du monde entier, de nous rassembler autour de cette opération », a-t-elle déclaré. « Ensemble, nous pouvons faire en sorte que les survivants de la Shoah soient efficacement vaccinés, où qu’ils vivent ».

Omer Yankelevich, députée de Kakhol lavan, assiste à une réunion d’une commission de la Knesset, le 5 août 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Elle a déclaré qu’il s’agit d’une obligation collective « de protéger cette population précieuse mais vulnérable dans un esprit de responsabilité mutuelle ».

Rabinowitz a déclaré au Times of Israel que les vaccins ne proviendraient pas de l’approvisionnement d’Israël.

« Ils seront achetés sur le marché libre, et utilisés pour combler les lacunes dans divers pays où les survivants de la Shoah ne devraient pas être vaccinés dans un avenir proche ».

La plupart des frais seront couverts par des fondations caritatives privées et des philanthropes, selon M. Rabinowitz, et ils seront administrés par des prestataires de soins de santé locaux, des médecins privés ou des bénévoles de Shalom Corps. Il n’a pas précisé quel était le budget du programme.

Les vaccins COVID-19 homologués ne sont pas actuellement vendus dans le secteur privé, mais une entreprise, AstraZeneca, a indiqué qu’elle pourrait proposer ses vaccins à la vente dans le sous-continent indien.

M. Rabinowitz a déclaré que Shalom Corps travaillera, dans la mesure du possible, en partenariat avec les autorités des pays où résident les survivants. « Nous aimerions que les gouvernements et les ministères de la Santé administrent ces vaccins », a déclaré M. Rabinowitz. « Mais lorsque ce n’est pas possible, pratique ou opportun, nous devrons prendre d’autres mesures, que ce soit en contractant avec des tiers ou en le faisant nous-mêmes ».

Le professeur Moshe Halbertal. (Crédit : CC-BY-Tzahy Lerner, Wikimedia Commons)

Halbertal, co-auteur du code d’éthique de l’armée israélienne et professeur à l’université de New York et à l’université hébraïque de Jérusalem, a déclaré que les questions morales entourant le projet étaient complexes.

Il a déclaré que d’une part, le fait d’aller dans un pays et de donner la priorité aux vaccins pour certaines personnes semble « moralement incorrect ». Il a également noté qu’une telle action d’un groupe soutenu par le gouvernement israélien pourrait finir par être « politiquement peu judicieuse ».

Mais Halbertal a ajouté que les survivants de la Shoah sont devenus un symbole, et qu’une tentative de les traiter avec une gentillesse particulière dans leur vieillesse est justifiée compte tenu de leur souffrance.

Le projet est un « geste de résonance humaine symbolique » qui « transcende le calcul moral », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...