Un homme qui avait menacé des hôpitaux britanniques condamné en Allemagne
Rechercher

Un homme qui avait menacé des hôpitaux britanniques condamné en Allemagne

Selon les enquêteurs, Apreda utilisait un langage antisémite et affirmait faire partie de Combat 18, un groupe violent d'extrême droite interdit en Allemagne depuis l'an dernier

Illustration : un policier tient une paire de menottes. (Yossi Zamir/Flash90)
Illustration : un policier tient une paire de menottes. (Yossi Zamir/Flash90)

Un homme qui avait menacé de faire sauter des hôpitaux publics au Royaume-Uni, pour tenter en vain de leur extorquer de l’argent, a été condamné vendredi en Allemagne à trois ans de prison.

L’homme de 33 ans, désigné par les enquêteurs britanniques sous le nom de Emil Apreda, a été reconnu coupable de tentative d’extorsion par un tribunal de Tiergarten, à Berlin.

La cour a souligné dans un communiqué « l’étroite coopération entre les autorités allemandes et britanniques » dans cette affaire.

Apreda, un Italien vivant à Berlin, avait été arrêté en juin dernier par la police allemande qui le soupçonnait d’être responsable de multiples menaces d’attaques à la bombe proférées au printemps 2020.

En particulier, en avril 2020 en plein confinement dû à la pandémie au Royaume-Uni, il avait envoyé un mail au service national de santé britannique (NHS) dans lequel il menaçait d’envoyer un colis piégé à un hôpital si on ne lui versait pas 10 millions de livres en bitcoins.

Il avait aussi menacé par mail des parlementaires britanniques, a indiqué la cour. En tout, les enquêteurs ont recensé 18 mails menaçants sur une période de six semaines.

« Il s’agit d’une des plus graves menaces contre des infrastructures au Royaume-Uni depuis longtemps », a estimé Tim Court, directeur des enquêtes pour l’unité britannique chargé de lutter contre les cybercrimes.

Selon les enquêteurs, Apreda utilisait un langage antisémite et affirmait faire partie de Combat 18, un groupe violent d’extrême droite interdit en Allemagne depuis l’an dernier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...