Israël en guerre - Jour 197

Rechercher

Un navire touché par un missile au large du Yémen, nouvelles frappes américaines contre les Houthis

Dans un discours prononcé jeudi soir, le chef des Houthis, Abdel Malek al-Houthi, a affirmé que son mouvement allait "poursuivre et étendre la portée" de ses "opérations"

Illustration : Des partisans des Houthis participant à un rassemblement contre les frappes aériennes menées par les États-Unis sur le Yémen et en soutien aux Palestiniens de la bande de Gaza, à Sanaa (Yémen), le 9 février 2024. (Crédit : Osamah Abdulrahman/AP Photo)
Illustration : Des partisans des Houthis participant à un rassemblement contre les frappes aériennes menées par les États-Unis sur le Yémen et en soutien aux Palestiniens de la bande de Gaza, à Sanaa (Yémen), le 9 février 2024. (Crédit : Osamah Abdulrahman/AP Photo)

Un navire a été touché par un missile au large du Yémen, où les rebelles yéménites houthis multiplient les attaques contre la marine marchande, a rapporté vendredi l’agence de sécurité maritime britannique (UKMTO).

« Le navire a subi quelques dommages. L’équipage est sain et sauf », a-t-elle indiqué, en ajoutant que le navire se dirigeait vers son prochain port d’escale.

L’attaque, qui a également été signalée par la société de sécurité maritime Ambrey, s’est produite à 76 miles nautiques à l’ouest de la ville de Hodeidah et n’a pas été revendiquée dans l’immédiat.

L’armée américaine avait annoncé tôt vendredi avoir détruit neuf missiles balistiques antinavires et deux drones houthis après des tirs des rebelles yéménites en mer Rouge et dans le golfe d’Aden n’ayant causé « aucun dommage ».

Le commandement américain pour le Moyen-Orient (Centcom) a « détruit, dans les territoires sous contrôle des Houthis, neuf missiles balistiques antinavires et deux drones qui présentaient une menace imminente pour la marine marchande et les navires de guerre américains dans la région », a-t-il indiqué dans un bref communiqué.

Selon l’armée américaine, les tirs de missiles des Houthis en direction du golfe d’Aden et de la mer Rouge n’ont causé « aucun dommage, ni aucun blessé ».

Le chef des rebelles houthis Abdel-Malek al-Houthi parlant de la guerre de Gaza, en décembre 2023. (Crédit : Capture d’écran vidéo)

Depuis novembre, les Houthis multiplient les attaques contre des navires marchands et parfois militaires au large du Yémen, poussant de nombreux armateurs à éviter cette zone essentielle pour le commerce international.

Ces insurgés qui contrôlent de vastes pans du pays et sont soutenus par l’Iran disent agir en solidarité avec les Palestiniens de la bande de Gaza, où Israël est en guerre contre le groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas.

Premier allié d’Israël, Washington a mis en place en décembre une coalition multinationale pour « protéger » le trafic maritime sans parvenir à faire cesser les attaques.

Depuis la mi-janvier, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont mené plusieurs frappes contre les positions des rebelles, lesquels ont désigné les navires américains et britanniques comme des « cibles légitimes » après avoir affirmé initialement viser des navires « liés à Israël ».

Dans un discours prononcé jeudi soir, le chef des Houthis, Abdel Malek al-Houthi, a affirmé que son mouvement allait « poursuivre et étendre la portée de (ses) opérations ».

« Notre principale bataille consiste à empêcher les navires liés à l’ennemi israélien de traverser la mer d’Oman, la mer Rouge et le golfe d’Aden, mais nous nous efforcerons aussi (…) de les empêcher de traverser l’océan Indien et d’aller de l’Afrique du Sud vers le cap de Bonne-Espérance », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.