Rechercher

Un roman graphique sur Gino Bartali, grand cycliste et Juste parmi les nations

Le héros a risqué sa vie pour sauver des Juifs en cachant des messages et des faux-papiers dans les tubes de son vélo pendant ses entrainements, trompant la vigilance des nazis

La couverture du roman graphique "Gino Bartali - Un champion cycliste parmi les Justes". (Crédit : Éditions Marabulles)
La couverture du roman graphique "Gino Bartali - Un champion cycliste parmi les Justes". (Crédit : Éditions Marabulles)

Gino Bartali (1914-2000) est l’un des plus grands coureurs cyclistes, vainqueur trois fois du Giro et deux fois du tour de France entre 1936 et 1948.

Surtout, le sportif italien a utilisé sa notoriété pendant la guerre, prétendant effectuer des entraînements alors qu’il faisait passer messages et faux-papiers dans les tubes de son vélo, risquant sa vie pour sauver des Juifs de la déportation – environ 800 d’entre eux.

Il parcourait ainsi des distances de plus de 300 kilomètres. Alors qu’il était reconnu dans les villages qu’il traversait – par des fans ou des soldats nazis, qui pensaient qu’il préparait son retour à la compétition –, il a pu tromper la vigilance de tous grâce à son statut de champion.

Icône nationale, il n’a jamais évoqué ces faits de son vivant, et son secret n’a été révélé publiquement qu’en 2013, quand Bartali a été reconnu « Juste parmi les Nations » par le mémorial de la Shoah de Yad Vashem. Il a depuis également été fait citoyen d’honneur israélien, à l’occasion du départ du Giro depuis Israël en 2018 – une compétition qui n’a pas manqué de lui rendre hommage.

Le cycliste italien Gino Bartali. (Crédit : Capture d’écran YouTube)

À l’occasion du Tour de France 2021, la maison d’édition Marabout a publié le mois dernier un roman graphique sur son histoire : Gino Bartali – Un champion cycliste parmi les Justes.

L’auteur Julian Voloj et l’illustratrice Lorena Canottiere ont ainsi retracé, à partir de différentes sources, la vie du héros italien, depuis ses débuts modestes dans un petit village près de Florence jusqu’à sa gloire et ses actes de résistance dans l’Italie fasciste – qui a essayé d’instrumentaliser son talent sportif.

Catholique fervent et très croyant, entré en résistance à l’instigation du cardinal Dalla Costa (qui, à l’occasion d’une visite d’Hitler à Florence, déclara « refuser que soient vénérées d’autres croix que celles du Christ »), Bartali a fait preuve par ces actes d’un profond humanisme. Ce livre, aux dessins sobres mais efficaces et au récit palpitant, rend un bel hommage à ce véritable héros.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...