Rechercher

Le cycliste Gino Bartali citoyen d’honneur israélien avant le lancement du Giro

Pendant la guerre le cycliste prétendait effectuer des entraînements alors qu'il faisait passer messages et faux-papiers, "risquant sa vie pour sauver des juifs"

Des membres de l'équipe Israel Cycling à a fin d'un parcours dans le jardin des Justes parmi les Nations, à Yad Vashem, à Jérusalem, le 2 mai 2018. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israel)
Des membres de l'équipe Israel Cycling à a fin d'un parcours dans le jardin des Justes parmi les Nations, à Yad Vashem, à Jérusalem, le 2 mai 2018. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israel)

Le mémorial de la Shoah à Jérusalem Yad Vashem a fait mercredi citoyen d’honneur à titre posthume le champion cycliste italien Gino Bartali pour avoir sauvé des juifs pendant la Seconde guerre mondiale.

La cérémonie a été organisée à deux jours du lancement du tour d’Italie cycliste (Giro), qui commence cette année à Jérusalem, une première dans l’histoire des « grands tours » qui n’ont jamais fait d’incursion hors d’Europe.

Gino Bartali, décédé en 2000, et qui avait déjà reçu à titre posthume le titre de « Juste parmi les Nations » en 2013, était un des grands coureurs cyclistes italiens de son temps, vainqueur trois fois du Giro et deux fois du tour de France entre 1936 et 1948.

Pendant la guerre il a utilisé sa notoriété, prétendant effectuer des entraînements alors qu’il faisait passer messages et faux-papiers, « risquant sa vie pour sauver des juifs » de la déportation, selon Yad Vashem.

Des coureurs de l’équipe israélienne de cyclisme ont parcouru le site escarpé de Yad Vashem en l’honneur de Bartali, avant d’assister à une cérémonie organisée dans le jardin des « Justes parmi les Nations », où sont inscrits les noms de non-juifs ayant sauvé des juifs pendant la Seconde guerre mondiale.

Un cycliste sur le parcours qui sera dédié à la mémoire de Gino Bartali, dans la forêt de Jérusalem, le 3 mai 2018. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israel)

La petite-fille du coureur cycliste a reçu le titre pour Gino Bartali des mains du président de Yad Vashem, Avner Shalev.

Gino Bartali en 1938 (Crédit t: CC BY Wikipedia)

Dans un bref discours, Gioia Bartali, très émue, a salué la mémoire de son grand-père, un « homme de paix qui a risqué sa vie pour sauver non pas seulement des vies juives mais des vies humaines ».

Le titre de « Juste parmi les nations » est décerné depuis 1963 aux personnes ayant aidé des juifs au péril de leur vie durant la Shoah.

A ce jour, plus de 26 500 personnes ont reçu ce titre honorifique, dont plus de 680 Italiens.

Le Giro commencera par un contre-la-montre vendredi à Jérusalem avant deux étapes samedi et dimanche dans le nord et le sud d’Israël. C’est la première fois qu’Israël organise un événement sportif de cette ampleur.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...