Une célèbre artiste qui a fui les talibans s’exprime à la télévision israélienne
Rechercher

Une célèbre artiste qui a fui les talibans s’exprime à la télévision israélienne

Aryana Sayeed, désespérée, raconte à Kan qu'elle a fui l'Afghanistan le mois dernier, craignant que les extrémistes ne fassent d'elle un exemple

La chanteuse afghane Aryana Sayeed se produit lors d'un concert pour commémorer le jour de l'indépendance de l'Afghanistan à Kaboul, en Afghanistan, samedi 19 août 2017. (AP Photo/Massoud Hossaini)
La chanteuse afghane Aryana Sayeed se produit lors d'un concert pour commémorer le jour de l'indépendance de l'Afghanistan à Kaboul, en Afghanistan, samedi 19 août 2017. (AP Photo/Massoud Hossaini)

L’une des chanteuses pop les plus en vue d’Afghanistan s’est ouverte sur sa décision de fuir sa patrie le mois dernier après la prise de contrôle rapide du pays par les talibans, lors d’une rare interview à la télévision israélienne.

S’exprimant depuis Istanbul, Aryana Sayeed a déclaré à Kan news que, dans ses « pires cauchemars », elle n’aurait pas pu imaginer que les talibans prennent le contrôle du pays aussi rapidement.

Alors que les talibans ont pris le contrôle de plusieurs provinces le mois dernier, avant que l’armée américaine ne se retire du pays, Aryana Sayeed a déclaré qu’elle craignait le pire. « Ils exécutaient des femmes en public, et tout ce que je pouvais penser était : « Mon Dieu, ils vont faire de moi un exemple ».

« Je n’arrêtais pas d’écrire que nous devions rester forts et unis, malgré tous les problèmes, mais quand j’ai entendu que les talibans prenaient le pouvoir, c’était si soudain que j’étais en état de choc », a-t-elle dit à propos de sa perte d’espoir d’un avenir meilleur dans son pays.

Alors que la peur s’installe, Sayeed, 36 ans, réserve un billet d’avion pour quitter le pays et, pendant plusieurs jours de tension, s’efforce de passer cinq postes de contrôle talibans sur le chemin de l’aéroport de Kaboul, gardé par les États-Unis. Mais à son arrivée, son vol avait été annulé et elle a dû se réfugier à Kaboul. Elle est retournée à l’aéroport plus tard dans la semaine et s’est enfuie à bord d’un avion d’évacuation de l’armée américaine vers une base à Doha, au Qatar.

« Quand nous sommes arrivés à l’aéroport, c’était le chaos avec des milliers de personnes. Nous avons dû nous frayer un chemin à travers eux pour arriver à la porte d’embarquement. Je faisais partie des chanceux. Il y avait des gens avec des passeports américains qui n’ont pas pu passer », dit-elle.

Après avoir réussi à sortir de Kaboul, elle a posté un selfie sur Instagram et a écrit : « Je suis bien et en vie après quelques nuits inoubliables… Mon cœur, mes prières et mes pensées seront toujours avec vous. »

Sayeed a supposé qu’elle ne pourrait plus jamais retourner en Afghanistan. Plus tôt cette semaine, les talibans ont annoncé que la musique live serait interdite dans le pays.

« Les talibans ne sont pas disposés à offrir un espace à une femme comme moi, une chanteuse. Cela me brise le cœur car c’est ma patrie. Mais oubliez-moi, mon cœur et ma préoccupation vont à ceux qui ont été laissés derrière. J’ai toujours été optimiste, mais maintenant que les talibans sont de retour, je suis désespérée. Les femmes afghanes sont maintenant coincées à la maison », a-t-elle déploré.

Bien qu’elle ne puisse pas retourner dans son pays dans un avenir proche, Sayeed a promis de continuer à chanter pour les femmes restées en Afghanistan et de donner une voix à leurs histoires.

« Chaque voix pour les femmes en Afghanistan fait une différence. Les Talibans veulent maintenant une reconnaissance mondiale. Et il est temps de faire pression sur eux pour qu’ils traitent correctement les femmes en Afghanistan », a-t-elle ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...