Une fonctionnaire turque renvoyée après avoir souhaité la mort des Israéliens blessés à Istanbul
Rechercher

Une fonctionnaire turque renvoyée après avoir souhaité la mort des Israéliens blessés à Istanbul

Netanyahu demande des excuses officielles ; Le tweet malveillant d'Irem Aktas, membre du parti au pouvoir, a également agacé les Turcs ; son compte Twitter a été fermé

Irem Aktas, membre du parti turc au pouvoir, qui a espéré la mort des touristes israéliens blessés. (Crédit : capture d'écran)
Irem Aktas, membre du parti turc au pouvoir, qui a espéré la mort des touristes israéliens blessés. (Crédit : capture d'écran)

Une responsable du parti de la Justice et du Développement aurait été renvoyée samedi après avoir déclaré qu’elle espérait la mort des touristes israéliens blessés dans l’attentat suicide mortel de samedi dans le centre d’Istanbul.

Irem Aktas a publié ses vœux sur Twitter, peu de temps après qu’une bombe ait explosé dans le centre d’Istanbul, tuant trois Israéliens et en blessant 11 autres, selon des responsables turcs.

« Je souhaite que les touristes israéliens blessés soient morts, » a tweeté peu après l’attaque, Irem Aktas, membre du conseil d’administration de la branche féminine du parti dans le quartier d’Eyup à Istanbul. Son compte a été peu après supprimé.

Aktas aurait été démise de ses fonctions immédiatement après.

4 personnes au total ont été tuées et 36 autres blessées dans l’attentat-suicide qui a frappé Istiklal Caddesi, une artère piétonne du quartier européen d’Istanbul, qui est habituellement envahie de passants mais était encore relativement calme lorsque le kamikaze a frappé vers 11h00, heure locale.

La quatrième victime était un ressortissant iranien, selon quotidien turc Hurriyet.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a chargé le ministère des Affaires étrangères israélien de communiquer avec le ministère turc des Affaires étrangères afin de demander des excuses officielles.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon, a déclaré en réponse au tweet d’Aktas que le ministère des Affaires étrangères « examine cette question avec le ministère turc des Affaires étrangères. Si [le tweet] est vrai, c’est une déclaration choquante et laide et nous nous attendons à ce que [le gouvernement turc] présente des excuses et prenne ses distances avec cette déclaration ».

Parmi les réactions sur Twitter, certains utilisateurs se demandaient si l’antisémitisme était la nouvelle stratégie du président Recep Tayyip Erdogan pour lutter contre le terrorisme.

D’autres ont accusé Aktas de soutenir les terroristes kurdes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...