Une prise en charge défaillante des anciens combattants israéliens traumatisés
Rechercher

Une prise en charge défaillante des anciens combattants israéliens traumatisés

Après l'immolation d'un ancien combattant atteint de TSPT dans une présumée protestation contre le ministère de la Défense, les options de traitement font l'objet d'examen

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Illustration : Des soldats de la brigade Golani montent la garde près de la tombe de leur camarade Amit Ben-Ygal, au cimetière de Beer Yaakov, le 15 mai 2020. (Yossi Aloni/Flash90)
Illustration : Des soldats de la brigade Golani montent la garde près de la tombe de leur camarade Amit Ben-Ygal, au cimetière de Beer Yaakov, le 15 mai 2020. (Yossi Aloni/Flash90)

Les mécanismes existants en Israël pour localiser et traiter les anciens combattants souffrant de stress post-traumatique sont terriblement inadéquats en raison de la bureaucratie du ministère de la Défense, notoirement envahissante et obsolète, de problèmes structurels qui empêchent les gens de demander l’aide dont ils ont besoin et d’options de traitement généralement inefficaces.

Ces questions ont été mises en évidence cette semaine après qu’Itzik Saidyan, 26 ans, vétéran de la brutale bataille de Shejaiya lors de la guerre de Gaza en 2014, s’est aspergé d’un liquide inflammable et s’est immolé par le feu devant les bureaux du département de la réhabilitation du ministère de la Défense à Petah Tikva, environ 24 heures avant que le pays ne célèbre Yom HaZikaron ce jeudi.

Mercredi après-midi, Saidyan était toujours dans un état critique, avec des brûlures sur tout le corps. Les médecins du centre médical Sheba de Ramat Gan luttent pour sa survie.

La protestation présumée de M. Saidyan a suscité une avalanche de déclarations de soutien à son égard et à l’égard de sa famille, ainsi que des appels à l’action de la part de politiciens et d’activistes pour qu’ils se penchent sur les méthodes utilisées par le ministère pour traiter les anciens combattants souffrant de troubles de stress post-traumatique.

Capture d’écran de la vidéo d’un vétéran de Tsahal, Itzik Saidyan, souffrant de troubles de stress post-traumatique, qui parle de son combat. (Douzième chaîne)

Une solution globale à ce problème ne saurait être une tâche simple et nécessiterait une révision majeure non seulement des protocoles de l’armée et du ministère de la Défense, mais aussi de la compréhension par la société des traumatismes et des effets des opérations de combat sur les soldats.

« Il y a beaucoup de points de vue ‘noir et blanc’ sur les traumatismes. Si vous sortez de l’armée et que vous avez vécu beaucoup de choses, soit vous avez un TSPT, soit vous n’avez rien. Telle est l’idée. Mais la réalité, bien sûr, est qu’il s’agit d’un continuum », a déclaré Danny Brom, le directeur fondateur de Metiv : Centre israélien de psychotraumatisme, qui traite les personnes souffrant de TSPT. (Par transparence, précisions que l’épouse de l’auteur de ces lignes est directrice de la recherche pour Metiv.)

Les personnes ayant vécu un ou plusieurs événements traumatisants ne développent pas toutes un trouble de stress post-traumatique à part entière, qui se caractérise généralement par des flashbacks intrusifs et récurrents, une hypervigilance, l’évitement des éléments déclencheurs et divers symptômes émotionnels, comme la colère ou la dépression.

Certaines personnes ne développeront que quelques symptômes moins intenses, dont elles ne se rendront peut-être même pas compte qu’ils sont dus au stress post-traumatique : éviter de s’asseoir le dos tourné à une porte, difficultés à dormir ou consommation accrue de drogues et d’alcool.

D’autres peuvent n’avoir aucune réaction négative persistante au traumatisme.

Le Dr. Danny Brom, directeur fondateur de Metiv : Centre israélien de psychotraumatisme. (Facebook)

« Quand vous subissez un traumatisme, les gens disent que vous avez besoin d’un traitement. Mais d’après mon expérience, les gens sont capables de faire face à beaucoup de saloperies qui se passent dans le monde. Certaines personnes ont besoin d’un traitement, d’autres non », a déclaré Brom au Times of Israël par téléphone mercredi.

Mais il peut être difficile de trouver les personnes qui ont besoin d’un traitement et de leur fournir les soins dont elles ont besoin.

Bien que les officiers de l’armée israélienne puissent faire appel de manière proactive à des professionnels de la santé mentale pour parler aux soldats à la suite d’un événement traumatique, il ne s’agit pas d’une pratique standard ou obligatoire. Et bien que Tsahal et le ministère de la Défense soient de plus en plus sensibilisés au stress post-traumatique, les systèmes actuels reposent essentiellement sur le fait que les soldats et les vétérans cherchent eux-mêmes de l’aide auprès de l’unité militaire de lutte contre le stress ou du département de réadaptation du ministère, plutôt que ceux-ci s’adressent activement aux vétérans.

Ne pas se faire aider

En décembre 2020, quelque 5 000 personnes ont été reconnues par le ministère de la Défense comme souffrant du syndrome de stress post-traumatique, dont environ 200 vétérans de la guerre de Gaza de 2014 – un nombre qui est probablement très, très inférieur au nombre réel de vétérans atteints de ce trouble.

Une étude de 2018, menée par l’armée israélienne elle-même, a déterminé que, parmi les soldats ayant participé aux combats de la deuxième guerre du Liban en 2006, seuls 2,19 % ont demandé un traitement pour stress post-traumatique auprès de l’armée ou du ministère de la Défense dans les sept années qui ont suivi le conflit, alors que la prévalence réelle estimée du stress post-traumatique se situe entre 3 % et 11 %.

Selon M. Brom, qui mène des recherches sur les traumatismes et le TSPT depuis les années 1980, cette lacune n’est pas particulièrement surprenante, car l’un des principaux symptômes du syndrome de stress post-traumatique consiste à éviter les déclencheurs, ce qui rend moins probable que les anciens combattants se tournent vers l’armée – un déclencheur potentiel majeur – pour obtenir l’aide dont ils ont besoin.

Une soldate israélienne pleure lors des funérailles du major Tsafrir Bar Or, au cimetière militaire de Holon, le 21 juillet 2014. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

« Retourner à l’armée pour se faire soigner est presque une contradiction », a déclaré M. Brom.

De plus, alors que l’unité militaire chargée du stress au combat, qui gère une clinique au sein du centre médical de Sheba, est facilement ouverte à tout ancien soldat ou soldat ayant participé à des combats sans qu’il soit nécessaire d’établir un diagnostic de TSPT, le ministère de la Défense a des critères beaucoup plus exigeants.

Pour bénéficier de l’aide du département de la réadaptation du ministère, un ancien combattant doit déposer une demande accompagnée de documents prouvant qu’il souffre de TSPT et que cette affection découle directement de son service militaire. Comme le délai normal pour ce type de demande est de trois ans, cela peut s’avérer particulièrement difficile pour les anciens combattants dont les symptômes apparaissent plusieurs années plus tard, ce qui est fréquent.

Dans le cas de Saidyan, il a été reconnu par le ministère de la Défense comme souffrant de stress post-traumatique en 2018 et a été enregistré comme étant handicapé à 25 %, ce qui lui donne droit à certaines prestations gouvernementales. Pendant des années, il s’est battu pour être reconnu comme étant handicapé à 50 %, un statut qui lui accorderait une plus grande assistance de la part du département de la réhabilitation, mais ses demandes ont été refusées à deux reprises, selon le ministère.

Ce système bureaucratique est tout simplement infernal. C’est juste incroyable ce qui se passe là-bas.

Le comité d’évaluation du ministère de la Défense a notamment déterminé qu’une partie des troubles de Saidyan ne provenait pas de son service militaire, mais d’événements traumatisants survenus dans son enfance, le rendant ainsi inéligible à la reconnaissance du département de réhabilitation.

Bien que des efforts aient été faits pour faciliter ce processus, la bureaucratie du ministère de la Défense est tristement frustrante et, parfois, presque antagoniste envers les anciens combattants qui cherchent de l’aide. Les personnes qui font des demandes doivent renoncer à leur droit à la vie privée et permettre au ministère d’accéder librement à l’ensemble de leurs antécédents médicaux et scolaires. Il est même arrivé que le ministère fasse appel à des détectives privés pour examiner les antécédents des demandeurs.

« Non seulement ils ont traversé les guerres, ce qu’ils ont fait et ce qu’ils ont vu, mais ils ont aussi traversé le système du ministère de la Défense. Ce système bureaucratique est tout simplement infernal. Ce qui s’y passe est tout simplement incroyable », a déclaré M. Brom, en se basant sur les discussions qu’il a eues avec des anciens combattants qui ont suivi le processus.

Des personnes regroupées à l’endroit où le vétéran de l’armée israélienne Itzik Saidyan s’est immolé restent immobile pendant l’activation des sirènes de Yom HaZikaron, le 14 avril 2021. (Crédit : Flash90)

Ces pratiques ont donné lieu à des auditions à la Knesset, ainsi qu’à la création d’une sous-commission parlementaire chargée d’améliorer le traitement des anciens combattants souffrant de TSPT, dirigée par le député Ofir Sofer, du parti Yamina, qui a personnellement été confronté aux symptômes du stress post-traumatique.

« L’État se méfie de ses soldats, il craint qu’ils n’inventent des choses. Nous parlons de soldats dont les blessures sont bien comprises », a déclaré M. Sofer lors d’une réunion de la sous-commission en septembre dernier.

À la suite de l’auto-immolation de Saidyan, le ministre de la Défense, Benny Gantz, et le directeur général du ministère de la Défense, Amir Eshel, ont demandé une enquête interne sur le département de la réhabilitation, dont les premières conclusions doivent être présentées dans les prochains jours.

« C’est un événement choquant et extrêmement difficile. Il est de la responsabilité du ministère de la Défense de remplir l’obligation morale de l’État d’Israël de prendre en charge et de réhabiliter ceux qui sont envoyés pour le défendre, et nous sommes déterminés à apporter un changement significatif », a déclaré M. Eshel dans un communiqué.

Effacer les stigmates

À la place de l’unité de stress au combat de l’armée israélienne et du centre de réadaptation du ministère de la Défense, deux grandes organisations non gouvernementales ont pris le relais pour proposer un traitement aux anciens combattants : Le Natal Israel Trauma and Resiliency Center et le Metiv de Brom. Outre ces deux ONG, qui traitent chacune des milliers de personnes, il existe une multitude de groupes plus petits qui proposent diverses options de traitement et de soutien aux anciens combattants, souvent aux anciens membres d’unités militaires particulières.

Pourtant, des obstacles subsistent, empêchant les anciens combattants d’obtenir de l’aide, notamment sur le plan social.

« Israël a une longue histoire de déni, de force, de fonctionnement et d’absence de relation avec [le traumatisme] », a déclaré M. Brom, notant que ce n’est qu’en 1987 que la première organisation visant spécifiquement à aider les survivants de la Shoah a été créée en Israël.

M. Brom, qui s’est installé en Israël en 1988, a déclaré qu’il y avait eu récemment un changement de mentalité sur ce front, ce qui a permis de lever une partie de la stigmatisation du TSPT et des affections connexes.

« L’étiquette ‘traumatisme’ permet aux gens de chercher plus facilement un traitement, une fois qu’ils sont sensibilisés. Il n’a pas le titre de maladie mentale. C’est quelque chose d’extérieur à vous, dont vous êtes la victime », a-t-il déclaré.

L’organisation de Brom cherche à faciliter l’accès des vétérans à un traitement en proposant ses programmes non pas à ceux qui souffrent spécifiquement de stress post-traumatique, mais à des unités entières qui ont vécu un événement traumatique.

L’étiquette ‘traumatisme’ permet aux gens de chercher plus facilement un traitement, une fois qu’ils sont sensibilisés. Il n’a pas le titre de maladie mentale. C’est quelque chose d’extérieur à vous, dont vous êtes la victime.

Le programme de Metiv, appelé Peace of Mind en anglais et Masa Shichrur, littéralement « voyage de libération » en hébreu, emmène ces unités complètes hors du pays – estimant qu’il est nécessaire de supprimer l’élément déclencheur de la présence en Israël – dans une communauté juive à l’étranger pour un atelier intensif d’une semaine, en plus de sessions plus courtes en Israël.

En ouvrant son programme à tous les anciens combattants qui ont vécu un événement traumatique, et pas seulement à ceux qui recherchent activement des soins, Metiv a constaté qu’un pourcentage plus élevé, 15 %, finit par se faire soigner.

Quand l’aide ne sert à rien

L’un des problèmes fondamentaux du traitement du TSPT et des affections connexes, qui touche non seulement Israël mais tous les pays du monde, est le suivant : la plupart des traitements sont inefficaces.

« Nous ne sommes pas bien placés », a déclaré Brom.

Un examen récent des traitements existants fondés sur des données probantes, réalisé en 2015, a révélé que seul un tiers environ de l’ensemble des patients se remettait d’un TSPT lié à l’armée.

Mais Brom ne se décourage pas pour autant.

« Nous devons voir s’il existe de meilleures approches pour obtenir de meilleurs résultats », a-t-il déclaré.

L’un des domaines prometteurs est l’utilisation de la MDMA, plus connue sous le nom d’ecstasy, dans le cadre d’une psychothérapie, qui s’est avérée avoir un taux de réussite bien plus élevé que celui de nombreuses thérapies existantes.

Pour Israël, M. Brom envisage une approche beaucoup plus holistique de l’aide aux anciens combattants. « Dans ce modèle, nous prenons essentiellement en charge une personne qui sort de l’armée jusqu’à ce qu’elle se trouve dans une bonne position », a déclaré M. Brom.

Cela signifie qu’il faut reconnaître que le service de combat exige que les gens changent fondamentalement leur façon de penser, en modifiant littéralement leur cerveau, un processus qui peut prendre du temps à inverser, où les choses ne sont pas « tuer ou être tué », où un patron n’est pas un commandant.

Il faut que votre cerveau fonctionne différemment si vous allez au combat, mais si vous faites cela pendant des années, il n’est pas si facile de revenir en arrière.

« Nous devons prendre conscience que le fait de combattre a un prix. Ce n’est pas de la psychopathologie. Vous avez besoin que votre cerveau fonctionne différemment si vous allez au combat, mais si vous faites cela pendant des années, il n’est pas si facile de le changer à nouveau », a-t-il déclaré.

« La société doit s’assurer que lorsque vous sortez de l’armée, vous sortez vraiment de l’armée. Cela doit devenir une norme », a-t-il ajouté.

Si M. Brom espère que l’histoire tragique de Saidyan incitera davantage d’anciens combattants à demander de l’aide – en effet, Natal a vu le nombre d’appels qu’il reçoit tripler après l’auto-immolation de Saidyan – il doute que cela entraîne le changement fondamental et global nécessaire pour aider les anciens combattants de Tsahal.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...