Israël en guerre - Jour 192

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Yohaï Ben Zecharia, 23 ans : Un festivalier au « grand cœur qui aimait les animaux »

Assassiné par des terroristes palestiniens du Hamas lors du Festival Supernova, à proximité du kibboutz Reïm, le 7 octobre 2023

Yohaï Ben Zecharia, assassiné par des terroristes palestiniens du Hamas lors du Festival Supernova à proximité du kibboutz Reïm le 7 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)
Yohaï Ben Zecharia, assassiné par des terroristes palestiniens du Hamas lors du Festival Supernova à proximité du kibboutz Reïm le 7 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)

Yohaï Ben Zecharia, 23 ans, originaire de Netanya, a été assassiné par des terroristes palestiniens du Hamas lors du Festival Supernova, à proximité du kibboutz Reïm, le 7 octobre.

Son père Golan a raconté qu’il avait reçu un appel de Yohaï le matin même, l’informant qu’on lui tirait dessus, et qu’il était monté dans la voiture pour aller le secourir. Golan a expliqué qu’il n’avait pas pu se rendre sur le site de la rave-party en raison de barrages militaires et qu’il avait été contraint de faire demi-tour. Il est retourné chaque jour à la recherche de son fils, jusqu’à ce qu’une semaine après le drame, on l’informe que son corps avait été retrouvé. Yohaï a été tué aux côtés de son amie d’enfance, Danielle Cohen.

Yohaï laisse derrière lui ses parents, Golan et Sigalit, ses frères et sœurs et sa petite amie Avishag Cohen. Il a été enterré le 15 octobre à Netanya.

Il travaillait pour un concessionnaire automobile à Netanya et aidait son père à son stand de fleurs le week-end.

Sa petite amie, Avishag, a déclaré au site d’information Walla que le couple se fréquentait depuis des années en tant qu’amis. « Il était toujours sous mon nez (…) Je savais qu’il avait le béguin pour moi, mais il avait un an de moins que moi et je ne l’envisageais pas comme une option. »

Jusqu’à ce qu’ils reprennent contact il y a un an, « et soudain, j’ai trouvé un amour que je ne pensais pas possible – un chevalier rêveur sur un cheval blanc ».

Elle a raconté qu’ils ont rapidement emménagé ensemble et sont devenus inséparables.

« Nous étions tout le temps ensemble comme un couple marié », notant qu’ils avaient parlé de se marier « mais nous n’avions pas d’argent pour ça ».

« Nous avons décidé d’attendre et d’économiser, et il allait me demander en mariage le 12 décembre – aujourd’hui, je suis tellement triste que nous ayons attendu uniquement pour des raisons financières. »

Avishag a déclaré qu’à 5h du matin ce samedi-là, il l’a appelée « ivre et défoncé et m’a dit qu’il m’aimait et que j’étais la plus belle du monde ». Par la suite, il l’a informée des tirs de roquettes et, quelques heures plus tard, lui a dit qu’il y avait une invasion terroriste et qu’il essayait de trouver une arme. C’est la dernière fois qu’ils se sont parlé.

Son père, Golan, a déclaré à un site d’information local que son fils était toujours prêt à aider les autres : « Je n’oublierai jamais quand il avait 12 ans et qu’il était assis avec une personne mal voyante qui ne pouvait pas trouver sa maison, et qu’il m’a appelé et a attendu que je vienne l’aider. »

Il a ajouté que son fils aimait aussi les animaux, et que « chaque animal blessé qu’il trouvait rentrait à la maison avec lui et je suis devenu vétérinaire ».

« Il a adopté une chienne pendant un an et l’a traitée comme une reine. »

Golan, qui tient un stand de fleurs, a raconté que lorsque son fils est venu travailler avec lui, il a demandé : « Pourquoi ne donnerions-nous pas gratuitement des fleurs aux soldats ? » Ils ont donc affiché un panneau indiquant « fleurs gratuites pour les soldats ».

« Et les gens nous ont témoigné beaucoup plus de respect et de reconnaissance. C’est grâce à lui, il avait du cœur et tout le monde se souviendra de son grand cœur. »

Il affiche désormais un nouveau panneau : « Fleurs gratuites pour les soldats en uniforme – en mémoire de Yohaï Ben Zecharia. »

Golan a déclaré à la Septième chaîne que « c’était un ange, juste un bon enfant, un garçon rare, le meilleur enfant du monde (…) Il aimait les gens, il aimait tout le monde. Il aimait tout, les gens, les animaux, les oiseaux ».

Golan s’est entretenu avec le média sur le site d’un mémorial érigé près du festival de musique : « Il a vécu ici ses derniers instants. J’aurais dû être avec lui ici, mais je ne suis pas venu. »

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’en est suivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.