Des photos de l’armée montrent les sites iraniens ciblés en Syrie
Rechercher

Des photos de l’armée montrent les sites iraniens ciblés en Syrie

Au lendemain des frappes, l'armée a diffusé les photos de structures de renseignement touchées, d'un site militaire des Gardiens de la révolution et d'un centre logistique

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Une photo rendue publique par l'armée israélienne le 11 mai 2018, montrant les sites de renseignement présumés en Syrie (Crédit  : Unité des portes-paroles de l'armée israélienne)
Une photo rendue publique par l'armée israélienne le 11 mai 2018, montrant les sites de renseignement présumés en Syrie (Crédit : Unité des portes-paroles de l'armée israélienne)

Les militaires israéliens ont publié vendredi des photos montrant ce qui, selon eux, étaient les installations des renseignements iraniens en Syrie qui ont été attaquées au cours d’un bombardement massif, vingt-quatre heures auparavant. L’attaque répondait à une volée de roquettes tirées vers le nord d’Israël.

Dans ces photos aériennes montrant les sites avant qu’ils ne soient frappés, figurent les structures de Tel Gharba, Tel Kleb, Nabi Yusha et Tel Maqdad, selon l’unité du porte-parole de l’armée israélienne.

Ces clichés n’ont pu être immédiatement vérifiés.

Jeudi matin, des avions-chasseurs de type F-15 et F-16 ont bombardé plus de 50 cibles iraniennes à travers la Syrie alors que les forces israéliennes ont mené une campagne extensive – intitulée l’opération « Château de cartes » – pour tenter de détruire la présence militaire de l’Iran dans le pays, a fait savoir l’armée jeudi.

Une photo rendue publique par l’armée israélienne le 11 mai 2018, montrant les sites de renseignement présumés en Syrie (Crédit : Unité des portes-paroles de l’armée israélienne)

La mission – la plus importante campagne aérienne menée par Israël en plus de 40 ans – a été « très réussie », a estimé jeudi un haut-responsable de l’aviation militaire. Il a toutefois averti qu’Israël estimait que les forces iraniennes en Syrie étaient encore en possession de missiles sol-sol qui pourraient encore être tirés vers l’Etat juif.

Cette sortie est survenue après que l’Iran a tiré 20 missiles vers Israël juste après minuit, aux premières heures de jeudi. Quatre missiles ont été abattus par le système de défense antiaérien du Dôme de fer et les autres ne sont pas parvenus à atteindre le territoire israélien, selon les militaires.

L’armée a également publié des photos, vendredi, de ce qu’elle a dit être un complexe des Gardiens de la révolution iranienne à al-Kisweh, dans le sud de Damas, et d’un « complexe logistique iranien », situé à 10 kilomètres au nord-ouest de la capitale.

Une photo diffusée par les militaires, le 11 mai 2018, montrant un site militaire iranien présumé en Syrie (Crédit : Unité du parte-parole de l’armée israélienne)

L’armée n’a pas précisé où se trouvait ce centre logistique mais a identifié des entrepôts, des bureaux, une station service et un quartier-général sur le cliché.

Une photo diffusée par les militaires, le 11 mai 2018, montrant un site militaire iranien présumé en Syrie (Crédit : Unité du parte-parole de l’armée israélienne)

Al-Kisweh avait été identifié l’année dernière comme le site d’une possible base iranienne en Syrie et aurait été plusieurs fois frappé par des frappes israéliennes présumée. La photo dévoilée par l’armée montre de larges bâtiments de stockage et des véhicules de logistique.

Mardi, une attaque israélienne apparemment menée dans la zone aurait ciblé « un dépôt d’armement appartenant au Hezbollah et aux Iraniens », selon Rami Abd el-Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, basé à Londres.

Les frappes de jeudi ont visé des centres de renseignement des Gardiens de la révolution, des dépôts d’armes, des structures de stockage, des postes d’observation et des centres logistiques en Syrie ainsi que le lanceur de roquette qui avait mené l’attaque initiale, a indiqué l’armée.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a déclaré que l’armée israélienne avait détruit « presque toutes » les infrastructures militaires iraniennes en Syrie.

En plus des frappes sur des cibles iraniennes, les militaires ont également ciblé de multiples systèmes de défense aérienne syriens. Selon l’armée, ses attaques ont pris pour cible le SA-5 longue portée de fabrication russe, qui est le prédécesseur des systèmes S-300 et S-400, plus avancés ; le système russe haute altitude SA-2 ou S-75; le SA-22, pour les missiles à petite et moyenne portée, connu également sous le nom de Pantsir-S1; et le système de défense aérienne moyenne portée SA-17, connu également sous le nom de Bluk.

Jeudi dans la nuit, les militaires ont diffusé des images de la frappe contre le Pantsir-S1, filmées directement
depuis le missile israélien alors qu’il touchait la batterie antiaérienne.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme du Royaume-Uni a expliqué qu’au moins 23 combattants avaient été tués dans ces attaques israéliennes, dont 18 étrangers.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...