Une foule immense et submergée par l’émotion a envahi dimanche Paris et d’autres villes de France pour dire son refus du terrorisme, dans la plus grande mobilisation de l’histoire du pays et du monde qui a reflété l’ampleur du choc international après les attentats qui ont fait 17 morts en trois jours.

Au total, ce sont près de 4 millions de personnes qui ont manifesté dans l’Hexagone, dont plus d’un million à Paris, où les autorités ont admis l’impossibilité de faire un comptage précis en raison de l’ampleur de l’événement.

La foule s’est dispersée dans la soirée sans « aucun incident », selon la police.

Dans une atmosphère à la fois recueillie et joyeuse, solennelle et bon enfant, une foule de tous âges, qui comptait de nombreuses familles, a déferlé dans les grandes artères parisiennes dès la fin de la matinée pour participer à cette « marche républicaine » sans précédent.

Après avoir marché aux côtés des autres dirigeants, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a prononcé destiné aux Juifs de France un discours depuis la grande synagogue de Paris où un office à la mémoire des 17 victimes a été organisé par le président du consistoire, Joël Mergui.

L’équipe vous remercie d’avoir suivi le direct sur Times of Israël.

Fin du direct

Qui sera dans le cortège à Paris ?

Avec en tête les familles des victimes, le cortège, sous haute protection policière avec des tireurs d’élite postés le long du parcours dans une capitale quadrillée par les forces de l’ordre, devait débuter à 15H00 Place de la République et s’étirer sur au moins deux tracés jusqu’à la Place de la Nation.

« Ce sera une manifestation inouïe (…) qui doit être forte, digne, qui doit montrer la puissance et la dignité du peuple français qui va crier son amour de la liberté et de la tolérance », selon le Premier ministre français Manuel Valls. Il s’agit d’abord du « rassemblement du peuple français », a renchéri l’Elysée.

Plus d’un million de personnes attendues à Paris à une marche historique contre le terrorisme.

Pour plus de renseignements sur les participants, cliquez ici.

Arrivée des représentants juifs à l’Élysée

Les représentants de la communauté juive seront reçus en premier par François Hollande et le Premier ministre Manuel Valls ainsi que les ministres de l’Intérieur et de la Justice, Bernard Cazeneuve et Christiane Taubira.

Il y a le grand rabbin de France, Haïm Korsia, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) Roger Cukierman, le président du Consistoire israélite de France, Joël Mergui, ainsi que les dirigeants du Fonds Social Juif Unifié, de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), de la Fondation pour la mémoire de la Shoah et du Mémorial de la Shoah.

Kerry : « Aucun acte de terrorisme n’arrêtera jamais la marche de la liberté »

« Aucun acte de terrorisme n’arrêtera jamais la marche de la liberté », a déclaré dimanche le chef de la diplomatie américaine John Kerry, quelques heures avant la grande manifestation internationale prévue à Paris contre les attentats qui ont fait 17 morts en France.

« Ce matin nous sommes solidaires des Français qui défilent en hommage aux victimes de l’attaque meurtrière contre les locaux de Charlie Hebdo à Paris », a indiqué le secrétaire d’Etat en marge d’une visite en Inde.

« Nous sommes à leurs côtés, non seulement de colère et d’indignation, mais par solidarité et détermination à affronter les extrémistes, et pour la cause que les extrémistes craignent tant et qui a toujours uni nos pays: la liberté », a-t-il dit.

« Nous sommes ensemble dans la liberté et ensemble nous affirmons qu’aucun acte de terrorisme n’arrêtera jamais la marche de la liberté », a insisté M. Kerry qui avait écrit vendredi soir « Vive la France » dans un livre de condoléances à l’ambassade de France à Washington.

Le Secrétaire d'Etat américain John Kerry à Bruxelles, en Belgique le 2 décembre 2014 (Crédit : John Thys / AFP)

Le Secrétaire d’Etat américain John Kerry à Bruxelles, en Belgique le 2 décembre 2014 (Crédit : John Thys / AFP)

Attaque contre un journal ayant publié des caricatures venant de Charlie Hebdo

Un quotidien allemand de Hambourg (nord) qui avait publié des caricatures de Mahomet provenant du magazine satirique français Charlie Hebdo a été dimanche matin la cible d’une attaque avec un engin incendiaire, a annoncé la police en précisant qu’il n’y avait pas eu de blessés.

« Des pierres puis un engin incendiaire ont été lancés à travers une fenêtre » du Hamburger Morgenpost vers 01H20 GMT, déclenchant un début d’incendie, a déclaré un porte-parole de la police à l’AFP. « Deux pièces ont été endommagées mais le feu a été éteint rapidement », a-t-il précisé.

Deux personnes ont été arrêtées, et une enquête a été ouverte, selon la même source qui n’a pas souhaité donner davantage de détails.

Le quotidien régional allemand avait publié à sa Une trois caricatures provenant de Charlie Hebdo après l’attaque du magazine français mercredi par deux tueurs jihadistes, qui a fait douze morts dont cinq des principaux dessinateurs du journal. « Autant de liberté doit être possible », avait titré le Hamburger Morgenpost.

Le porte-parole de la police a estimé qu’il était « trop tôt » pour affirmer avec certitude que l’attaque contre le journal était liée à la publication de ces caricatures, mais il a confirmé que c’était « une question clef » que l’enquête allait essayer de déterminer.

Citant une source non identifiée de l’agence américaine de renseignements NSA, le journal allemand Bild am Sonntag estime pour sa part dimanche que le massacre perpétré à Charlie Hebdo pourrait annoncer une vague d’attaques en Europe par des terroristes jihadistes.

La NSA a intercepté des communications dans lesquelles des dirigeants de l’organisation Etat Islamique ont annoncé de nouvelles attaques, précise le journal.

– AFP

L’Algérie et l’Egypte seront représentées par leur ministre des Affaires étrangères

L’Algérie et l’Egypte seront représentées par leur ministre des Affaires étrangères à la « marche républicaine » contre le terrorisme organisée dimanche à Paris après l’attentat contre Charlie Hebdo, ont indiqué Alger et Le Caire.

« Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, sera à la marche de Paris », a annoncé le porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif, à l’AFP.

Un Algérien a été tué dans l’attaque contre Charlie Hebdo: le correcteur Mustapha Ourrad, 60 ans, qui venait juste d’obtenir la nationalité française, selon son entourage.

Les frères Kouachi, auteurs présumés de l’attaque abattus vendredi, sont nés à Paris de parents algériens.

Le président Abdelaziz Bouteflika avait condamné l’attentat, le qualifiant d' »acte barbare », dans un message de condoléances à son homologue François Hollande.

Sameh Choukri (Crédit : capture d'écran YouTube)

Sameh Choukri (Crédit : capture d’écran YouTube)

Au Caire, le ministère des Affaires étrangères a indiqué que le ministre Sameh Choukry allait représenter son pays pour affirmer « le soutien de l’Egypte à la France dans cette situation difficile et la condamnation totale de cette attaque terroriste qui n’a aucun rapport avec l’islam ».

Des dizaines de dirigeants étrangers sont attendus à la marche gigantesque à Paris organisée à l’appel de la quasi totalité des dirigeants politiques, syndicaux et religieux.

– AFP

Israël « foyer » des juifs de France ? Nouvelle polémique franco-israélienne

Le chef du gouvernement français, venu avec de nombreuses personnalités politiques, religieuses et associatives Porte de Vincennes sur les lieux du drame dans lequel ont péri quatre juifs, a voulu tenir un discours tout d’abord compassionnel : « Les juifs de France, depuis de nombreuses années, ont peur », proclamant aussi « nous sommes tous aujourd’hui Charlie, tous policiers, tous des juifs de France ».

« La France, sans les juifs de France, n’est plus la France », a-t-il aussi ajouté.

Salué par plusieurs salves d’applaudissements, M. Valls a rendu hommage à « la communauté juive la plus nombreuse d’Europe, la plus ancienne, qui a tellement contribué à la République ». « N’ayons pas peur, d’être journalistes, d’être policiers, d’être juifs, d’être citoyens », a martelé le Premier ministre.

Pour Manuel Valls, il s’agissait de prendre le contrepied de son homologue israélien Benjamin Netanyahu, qui avait lancé plus tôt dans la journée : « A tous les juifs de France, tous les juifs d’Europe, je vous dis: Israël n’est pas seulement le lieu vers lequel vous vous tournez pour prier. Israël est votre foyer ».

Il sera présent à Paris dimanche pour ce qui s’annonce comme une manifestation hors normes au côté de très nombreux chefs d’Etat, accompagné de son ministre des Affaires étrangères et faucon du gouvernement Avigdor Lieberman.

Polémique nouvelle ? C’est en fait l’exacte réplique d’une passe d’armes verbales, en octobre 2012, entre le président socialiste François Hollande, et M. Netanyahu, quelques mois après la tuerie perpétrée par l’islamiste Mohamed Merah à Toulouse dans le sud-ouest qui avait visé des juifs. « Venez en Israël ! », avait déjà plaidé le Premier ministre israélien. « La place des juifs de France, c’est d’être en France », avait rétorqué le chef de l’Etat français, s’engageant à « pourchasser, poursuivre et éradiquer l’antisémitisme ».

-Manuel Valls au rassemblement organisé à St-Mandé - 10 janvier 2015 (Crédit : AFP)

Hommage aux victimes de Vincennes

Pour lire le compte-rendu des hommages présentés aux victimes juives de Vincennes, cliquez ici pour Tel Aviv et ici pour Paris.

Pour savoir qui étaient les victimes, cliquez ici.

Le Crif regrette des milliers de tweets antisémites

Roger Cukierman, le président du Conseil Représentatif des Institutions juives de France a condamné le nombre élevé de tweets antisémites recensés depuis la prise d’otage de vendredi à Vincennes.

Lapid appelle (aussi) les Juifs français à immigrer en Israël

Pour lire la réaction du chef du parti Yesh Atid ou celle de Tzipi Livni, cliquez ici.

Yair Lapid (Crédit : Flash 90)

Yair Lapid (Crédit : Flash 90)

La météo plutôt favorable pour manifester

Cukierman : « nous devons combattre en France tous les ennemis du judaïsme »

Le président du Crif Roger Cukierman et Joel Mergui, président du consistoire s’expriment devant la presse.

Le président du consistoire regrette que certains Juifs hier au rassemblement ont crié « avoir peur » de vivre en France.

Il a demandé une sécurité maximale pour les établissements juifs. « les Juifs sont des citoyens à part entière » en France. Il salue le « sursaut national ». « C’est un moment fondamental pour la France. »

Des mesures vont être prises aux alentours des synagogues ou des lieux de culte juifs. Cela a été confirmé par François Hollande.

« Il est intolérable que sur les réseaux sociaux, il y ait eu un hashtag disant #jesuisKouachi, cet assassin, et que ce « hashtag ait eu 18.000 tweets ».

« C’est de l’apologie de meurtre et ça relève du pénal », a souligné le président du Crif.

« Il faut aussi travailler sur les réseaux satellites qui diffusent la haine des juifs sur des réseaux arabes, il faut aussi que les prisons cessent d’être des lieux de formation de djihadistes », a-t-il enchaîné.

Et « Il faut que tous ceux qui sont supposés être des djihadistes sur le territoire national fassent l’objet de mesures préventives, peut-être de détention provisoire, peut-être avec des bracelets électroniques », a précisé le président du Crif.

Le président français se rendra à la synagogue de la Victoire, qui indique ne pas avoir fermé ses portes ce Shabbat.

Capture d’écran Joel Mergui (Crédit : BFMTV)

Capture d’écran Joel Mergui (Crédit : BFMTV)

Enterrement des victimes de Vincennes en Israël

« Les victimes seront enterrées dans le cimetière du Mont des Oliviers à Jérusalem », a déclaré Robert Ejnes, directeur exécutif du CRIF à Ynet.

Les funérailles auront lieu mardi 13 janvier à 10h.

Hollande ira à la Grande synagogue de Paris après la manifestation

Le président François Hollande ira à la Grande synagogue de Paris après la manifestation, selon un communiqué de l’Élysée.

Protection des lieux juifs par l’armée « si nécessaire »

Les écoles juives et synagogues protégées « si nécessaire » par l’armée promet le gouvernement.

Le gouvernement français a promis que les écoles juives et les synagogues du pays seraient « si nécessaire » protégées par l’armée, a déclaré dimanche le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) Roger Cukierman, à l’issue d’un entretien avec le président François Hollande.

Le président français se rendra dans la soirée à la Grande synagogue de la Victoire à Paris pour une cérémonie d’hommage à toutes les victimes des récentes attaques djihadistes dans la région parisienne, selon ses services.

Parmi ces victimes, 17 au total, figurent quatre juifs.

Un homme se présentant comme Coulibaly revendique une des attaques au nom de l’EI

Un homme ressemblant à Amedy Coulibaly a revendiqué l’attaque qui a coûté la vie à une policière jeudi en banlieue parisienne, en se réclamant de l’organisation Etat islamique, dans une vidéo postée dimanche sur internet.

Cet homme s’exprimant face à la caméra dit avoir agi « contre la police », tandis qu’un texte incrusté dans le montage l’identifie comme Amedy Coulibaly et précise qu’il a notamment tué une policière à Montrouge et commis vendredi l’attaque de la supérette casher de l’est de Paris.

« On arrive à se synchroniser pour sortir en même temps », poursuit l’home après avoir évoqué l’attaque de Charlie Hebdo mercredi par les « frères » Kouachi. Amedy Coulibaly a été tué vendredi par les policiers.

– AFP

Les associations partiront du Bataclan à 13H30

Toutes les associations se donnent rendez-vous pour la manifestation devant le Bataclan qui est situé au 50 Bd Voltaire.

Moshe Lewin : ils s’en sont pris aux « piliers de la République »

Les trois Français, issus de familles immigrées et convertis à l’islamisme radical, s’en sont pris aux « piliers de la République » que sont la liberté, l’égalité et la fraternité, a dénoncé samedi Moshe Lewin, porte-parole du grand rabbin de France Haïm Korsia, traduisant un sentiment largement partagé par une population traumatisée.

Depuis mercredi, près d’une vingtaines d’actes criminels ont visé des lieux de culte musulmans ou des établissements fréquentés par des musulmans dans toute la France.

Les Newyorkais étaient Charlie hier soir

Des centaines de personnes tenant des stylos en l’air en guise de symbole de la liberté d’expression ont marché à New York en réponse à l’attaque terroriste meurtrière ciblant une publication satirique français.

Les manifestants ont bravé des températures glaciales à Washington Square Park à Manhattan, samedi alors qu’une femme dansait sous une pancarte qui disait « Je suis Charlie. »

« Je suis Charlie » est devenu un cri de ralliement après que deux tireurs aient tué 12 personnes mercredi au siège parisien de la revue satirique Charlie Hebdo.

Haim Korsia appelait déjà à la lutte

Cinq semaines avant l’attaque sanglante du supermarché casher, le grand rabbin de France avait déploré « la persistance de préjugés abjects » concernant les juifs en France.

Il avait souligné que « racisme et antisémitisme sont synonymes de la destruction programmée du rêve français ».

Haim Korsia à l'antenne de RCJ (Crédit : capture d'écran YouTube)

Haim Korsia à l’antenne de RCJ (Crédit : capture d’écran YouTube)

La place de la République déjà noire de monde

Plus de trois heures avant le début de la grande marche contre le terrorisme, qui doit s’élancer à 14H00 GMT dans le centre de Paris, des milliers de personnes avaient déjà commencé à se rassembler dimanche, ont constaté des journalistes de l’AFP.

« Brandissez vos stylos » ou « Liberté, égalité, dessinez, écrivez », pouvait-on lire sur des pancartes en hommage aux dix-sept personnes tuées dans trois attaques djihadistes cette semaine, dont douze personnes au siège du journal satirique Charlie Hebdo mercredi, une policière dans une fusillade jeudi et quatre otages dans un supermarché casher vendredi.

Des centaines de milliers de personnes et une cinquantaine de responsables étrangers sont attendus à cette manifestation historique sous très haute surveillance policière.

Sous un froid soleil d’hiver, de nombreux manifestants photographiaient les fleurs et les slogans, dont le désormais célèbre « Je suis Charlie », au pied de la statue de la République au centre de la place où doit commencer la « marche républicaine », sous les yeux de dizaines d’équipes de télévision du monde entier.

Certains ont refusé de faire une minute de silence « pour des juifs et des flics »

L’émotion qui a saisi la France traumatisée par trois jours d’horreur, symbolisée par le slogan « Je suis Charlie », cache des ressentiments, certes minoritaires, mais qui battent en brèche l’idée d’une unanimité de la société française face aux attentats.

« Il ne faut pas mettre le couvercle sur la marmite. J’en suis marri, mais une partie, certes marginale, des élèves ont refusé de faire la minute de silence » jeudi en hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo, confie à l’AFP un professeur d’un lycée de Clichy, dans la banlieue de Paris.

Les caricatures de Mahomet publiées en 2012 par l’hebdomadaire satirique avaient provoqué une vague d’indignation dans le monde musulman. Le professeur relate des réactions d’élèves sur le thème « les gens de Charlie Hebdo ne l’ont pas volé », « il ne fallait pas les tuer, mais on n’insulte pas le prophète ».

Barbara Lefebvre, professeur d’Histoire Géographie et co-auteur d’un livre sur la montée de l’antisémitisme, du sexisme et du racisme dans les écoles de banlieues (« Les territoires de la République »), relate des incidents du même ordre que lui ont rapporté des collègues.

Certains ont refusé de faire une minute de silence « pour des juifs et des flics », souligne-t-elle.

Dans un lycée parisien, des élèves arboraient un badge « Je suis Saïd », du nom d’un des deux frères Kouachi, responsables de la tuerie à Charlie Hebdo.

Le ministre de l’Education nationale a recensé « certains cas de perturbations de la minute de silence par des élèves (…) dans environ 70 établissements sur 64.000 ».

Sur Twitter, en réponse au « Je suis Charlie » qui s’est imposé partout dans le monde comme le signe de la condamnation de l’attentat contre l’hebdomadaire, des appels à diffuser des « Je suis Kouachi » ou « Je suis Coulibaly » (du nom de l’auteur de la prise d’otages sanglante dans un magasin casher de Paris), circulaient depuis vendredi soir sur la toile.

A Besançon, des pétards de feux d’artifice ont été tirés dans un quartier populaire pour fêter l’attentat contre Charlie Hebdo, a rapporté la presse locale.

‘Minorité tyrannique’

Pour Barbara Lefebvre, on assiste à l’émergence d’une « minorité de musulmans, d’une minorité tyrannique qui prend le pouvoir sur les autres. Si on ne la neutralise pas, il ne faut pas s’étonner que la République ne se fasse pas respecter », dit-elle.

Dès mercredi, « Je ne suis pas Charlie » circulait sur le net, principalement de la part de twittos prônant un islam rigoriste. Mais également venant de sympathisants d’extrême droite hostiles à l’hebdomadaire satirique.

D’autres dénoncent une forme d’hypocrisie derrière l’unanimité affichée. Dans un billet posté vendredi, Bruno Bertez, homme de presse spécialisé dans l’information financière, montre du doigt « la grande mystification » de l’union nationale. Il rappelle que « dans leur combat » les journalistes de Charlie Hebdo étaient « relativement isolés ». « Charlie Hebdo était bien seul quand il était vivant, mais ils sont tous là, maintenant qu’ils sont morts », écrit-il.

Jean Ortiz, universitaire et collaborateur au quotidien communiste L’Humanité, refuse d’aller au rassemblement de dimanche à Paris, où devaient être présents le président François Hollande, le Premier ministre Manuel Valls et de nombreux chefs d’Etat ou de gouvernement étrangers.

« Que viennent-ils pleurnicher aujourd’hui sur la liberté de la presse alors que Charlie hebdo était sur le point de déposer le bilan », écrit-il, accusant l’exécutif d »‘instrumentaliser la douleur et l’émotion ».

– AFP

Départ vers 14h de l’Élysée des leaders politiques

Beaucoup de médias français insistent sur le caractère inédit de la marche, en précisant que la présence simultanée de Benjamin Netanyahu et Mahmoud Abbas dans le cortège, étaient inouïe.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Mahmoud Abbas à la résidence du Premier ministre à Jérusalem le 15 septembre 2010 (Crédit : Kobi Gideon/Flash 90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Mahmoud Abbas à la résidence du Premier ministre à Jérusalem le 15 septembre 2010 (Crédit : Kobi Gideon/Flash 90)

Lassana Bathily, le « héros de Vincennes » a été remercié par Hollande

Cet employé malien musulman de 24 ans, de la supérette casher, a réussi à garder son sang-froid pendant la prise d’otages, en cachant des otages dans la chambre froide.

« Par ce rassemblement, nous souhaitons aussi rendre hommage à la police qui a fait un travail incroyable lors de la traque des trois terroristes et à Lassana [le salarié de la supérette qui a caché des clients dans les chambres froides du sous-sol, NDLR] », confiait au Times of Israël, Gabriel, 24 ans.

Un rassemblement est prévu à 14H à la mairie de Jérusalem

De nouvelles armes ont été découvertes chez Amedy Coulibaly

La police judiciaire a retrouvé plus tôt dans un appartement de Gentilly, (Val-de-Marne), des armes, des détonateurs et des papiers appartenant à Amedy Coulibaly, selon Europe 1.

La Belgique pour une « liste européenne des combattants étrangers » ralliant le djihad

Le ministre belge de l’Intérieur, Jan Jambon, s’est prononcé pour l’établissement d’une « liste européenne des combattants étrangers » ralliant le djihad, avant de participer à une réunion minstérielle internationale dimanche à Paris consacrée à la lutte contre le terrorisme.

« La collaboration entre les services de nos pays est cruciale. Il faut établir une liste européenne des combattants étrangers », a indiqué dans un tweet le ministre, dont le pays figure parmi les plus mobilisés au sein de l’UE sur le dossier des combattants djihadistes venus d’Europe.

Possible modification du traité de Schengen

Le ministre espagnol de l’Intérieur Jorge Fernandez Diaz a déclaré dimanche que les attaques de Paris pourraient modifier le traité de Schengen pour permettre les contrôles aux frontières afin de limiter les mouvements de combattants islamistes de retour vers l’Europe du Moyen-Orient.

« Nous allons soutenir les contrôles aux frontières et il est possible que, par conséquent, il sera nécessaire de modifier le traité de Schengen, » a-t-il déclaré au quotidien El Pais avant une réunion ministérielle sur le sujet à Paris.

Dieudonné à la marche « républicaine » ?

Avi Pazner sera dans le cortège

L’ancien ambassadeur d’Israël en France défilera « en solidarité avec la France qui a subi une attaque terroriste cruelle contre sa liberté de presse, et pour être aussi solidaire avec la communauté juive de France qui elle aussi a subi une attaque dans l’épicerie casher », affirme l’ancien ambassadeur d’Israël en France, Avi Pazner.

« Je ne me rappelle pas une telle manifestation spontanée avec autant de leaders du monde », observe-t-il.

« Malgré le fait qu’il puisse y avoir des différences, ça n’a rien avoir avec les problèmes que l’un peut avoir avec l’autre, nous voulons démontrer notre solidarité avec la France », souligne l’ex-diplomate.

Avi Pazner a rappelé le « sentiment d’insécurité » au sein de la communauté juive française, au micro de RTL.

Une revue catholique et un site juif publient un florilège de dessins de Charlie

Une revue catholique et un site juif ont tous deux publié des dessins de Charlie Hebdo, qui tournent en dérision Jésus et le pape pour le premier, la Shoah et les Juifs pour le second, en signe de soutien au journal satirique décimé par un attentat.

« Nous avons fait le choix de mettre en ligne quelques caricatures de Charlie Hebdo qui se rapportent au catholicisme. C’est un signe de force que de pouvoir rire de certains traits de l’institution à laquelle nous appartenons (…). L’humour dans la foi est un bon antidote au fanatisme », explique la revue jésuite Etudes, créée en 1956, dans un bref éditorial à côté du désormais célèbre « Je suis Charlie » sur fond noir.

L’un des dessins, signé Charb (le directeur de la publication de Charlie Hebdo, tué dans l’attentat), qui avait été publié pendant le voyage du pape François à Rio de Janeiro en juillet 2013, montre le souverain pontife en maillot à paillettes, costumé pour le carnaval, expliquant être « prêt à tout pour racoler des clients ».

Jewpop, un site culturel juif très populaire, notamment auprès des jeunes en raison de son ton décalé, publie de son côté plusieurs Unes particulièrement grinçantes de Charlie Hebdo.

L’une des plus célèbres, parue en novembre 1978, montre un Hitler guilleret avec la légende « Enfin on peut le dire, Hitler super sympa ». Hitler lance : « salut les poupins ! Ça gaze ? ».

Ou encore : « Charlie Hebdo interpelle le gouvernement : est-il bien prudent de construire des centrales nucléaires à côté des synagogues ? » (octobre 1980).

Le site avait déjà publié, après l’incendie des locaux de l’hebdomadaire en 2011, ce même florilège de couvertures, la plupart créées par Cabu, Wolinski et Charb.

Ces trois dessinateurs sont parmi les victimes de l’attentat de mercredi contre Charlie Hebdo qui a fait au total 12 morts.

« Nos pensées vont aujourd’hui à toutes les victimes de l’attentat ainsi qu’à leurs proches », souligne le directeur de la publication Alain Granat, dans un billet posté jeudi, avant l’attaque du supermarché casher dans le sud de Paris, où quatre Juifs ont été tués par un terroriste.

– AFP

Benjamin Netanyahu vient d’arriver à l’Élysée

Des Palestiniens défilent en soutien à la France et contre le terrorisme

Mahmoud Abbas est arrivé à l’Élysée avant Benjamin Netanyahu et a eu une franche accolade avec le président français.

Des dizaines de Palestiniens ont manifesté dimanche à Ramallah, le siège de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie occupée, en solidarité avec la France après les attaques meurtrières de jihadistes qui ont récemment ensanglanté Paris.

Sous une nuée de drapeaux palestiniens et français, une banderole proclamait « La Palestine est solidaire de la France contre le terrorisme » tandis que des dizaines d’anonymes, de journalistes et de dirigeants étaient rassemblés à la mi-journée sur la principale place de la ville.

Des Palestiniens à Ramallah en soutien à Charlie - 11 janvier 2015 (Crédit : AFP)

Solidarité de Jérusalem à Paris

Nir Barkat veut accueillir plus que jamais les Juifs de France

Le maire de Jérusalem a organisé un rassemblement.

Il y a tenu un discours destiné aux Juifs de France, à la manière de Benjamin Netanyahu et de Yair Lapid.

Rassemblement à la mairie de Jérusalem - 11 janvier 2015 (Crédit : Times of Israël)

Rassemblement à la mairie de Jérusalem – 11 janvier 2015 (Crédit : Times of Israël)

Record de participation à Lyon

Natan Sharansky a accompagné Benjamin Netanyahu

Le directeur de l’Agence juive, Natan Sharansky, a fait l’objet d’une analyse sur le Times of Israel quant au massacre aux locaux de Charlie Hebdo.

Jewish Agency chairman Natan Sharansky watches over the Old City of Jerusalem (photo credit: Oren Fixler/Flash90)

Natan Sharansky (Crédit : Oren Fixler/Flash90)

Images en direct de la Place de la République

Les dirigeants du monde sur le perron de l’Élysée vont bientôt partir

« Je suis Charlie, juif, policier »

Sur la statue de la République, est collée une question : « Quelle société voulons-nous construire ? » A terre, une inscription : « il a fallu Charlie pour être unis. Continuons… ».

Capture d’écran de la Place de la République - 11 janvier 2015 (crédit : BFMTV)

Capture d’écran de la Place de la République – 11 janvier 2015 (crédit : BFMTV)

Les familles des victimes de Charlie Hebdo en place

Les familles des victimes de l’attaque des locaux de Charlie Hebdo, ainsi que des proches et des survivants de l’attentat sont arrivés à la « marche républicaine » en bus.

Netanyahu attend pour monter dans le bus

Rappel des dirigeants présents

Le chef de l’Etat François Hollande
Le Premier ministre Manuel Valls
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu
Le président du Mali Ibrahim Boubacar Keïta
Le Président béninois, Thomas Boni Yayi
Le chef d’Etat du Niger Mahamadou Issoufou
Le président du Gabon Ali Bongo Ondimba
Le premier ministre tunisien Mehdi Jomaa.
Le roi de Jordanie Abdallah II et son épouse la reine Rania
Le ministre des Affaires étrangères des Emirats arabes unis, Abdallah Bin Zayed
La présidente de la Confédération suisse, Simonetta Sommaruga,
Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov
La présidente du Kosovo, Atifete Jahjaga
Le chef du gouvernement albanais, Edi Rama
Le vice-premier ministre de Bosnie-Herzégovine Zlatko Lagumdjiza
Le ministre d’Etat de Monaco Michel Roger
Le président roumain Klaus Iohannis
Le président ukrainien Petro Porochenko
La chancelière d’Allemagne Angela Merkel
Le premier ministre britannique David Cameron
Le président du conseil italien Matteo Renzi
Le premier ministre espagnol Mariano Rajoy
Le premier ministre danois Helle Thorning-Schmidt
Le premier ministre belge Charles Michel
Le premier ministre néerlandais Mark Ruttle
Le premier ministre turc Ahmet Davutoglu
Le premier ministre hongrois Viktor Orban
Le chef du gouvernement grec, Antonis Samaras
Le chef du gouvernement portugais, Pedro Passos Coelho
Le chef du gouvernement tchèque, Bohuslav Sobotka
Le chef du gouvernement letton, Laimdota Straujuma
Le chef du gouvernement bulgare Boïko Borisov
Le chef du gouvernement croate, Zoran Milanovic
Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker
Le président du Parlement européen Martin Schulz
Le président du Conseil européen Donald Tusk
Le ministre américain de la Justice, Eric Holder
Le ministre canadien de la Sécurité publique, Steven Blaney.
Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg
Les dirigeants d’autres institutions internationales (Organisation internationale de la Francophonie, Bureau international du Travail, Ligue arabe) et les maires de grandes villes européennes (Milan, Barcelone, Turin, Florence).

Plaidoyer pour la liberté des 28 ministres de la Culture de l’UE

Les ministres chargés de la Culture des 28 pays de l’UE ont fait front commun dimanche pour s’engager à défendre la liberté d’expression et de création, en condamnant la « barbarie » qui a décimé la rédaction de Charlie Hebdo.

Cet attentat « innommable » visait « à restreindre la liberté de penser, s’exprimer et créer », qui sont « des valeurs fondamentales de la démocratie européenne », ont dénoncé les ministres, dans un communiqué commun rendu public par la présidence lettone de l’UE.

« Nous n’acceptons pas les tentatives des terroristes d’imposer leur propres normes. Depuis des temps immémoriaux les arts ont inspiré la réflexion, faisant surgir de nouvelles idées et luttant contre l’intolérance et l’ignorance », poursuit la déclaration.

« Nous restons solidaires pour défendre la liberté d’expression et nous engageons à protéger le droit des artistes à créer librement », ajoutent ces ministres.

– AFP

Le cortège à Paris ne pourra pas être très mobile

Outre la gigantesque marche à Paris, de nombreux défilés et rassemblements contre le terrorisme réunissaient déjà plus de 150.00 personnes ailleurs en France, dimanche en début d’après-midi, au lendemain d’une journée qui a déjà vu 700.000 personnes manifester dans tout le pays.

A Saint-Etienne (centre) environ 60.000 personnes ont marché pour la liberté d’expression et contre le fanatisme derrière une large banderole noire portant l’inscription « nous sommes Charlie », en hommage à l’équipe du journal satirique décimée dans un attentat mercredi.

Enorme mobilisation aussi à Perpignan (sud) où 40.000 des 110.000 habitants ont défilé dans un silence interrompu par des salves d’applaudissements.

De nombreux rassemblements étaient également prévus à Lyon, la troisième ville de France, Bordeaux (ouest), ou Reims (nord-est).

Décalage horaire oblige, le premier rassemblement dominical a eu lieu en Nouvelle-Calédonie, territoire français d’Océanie, où 4.000 personnes se sont réunies à Nouméa.

– AFP

Message de Netanyahu avant de quitter Tel Aviv

« Je me rends à Paris pour participer à la manifestation au côté d’un certain nombre de dirigeants mondiaux, au nom de la lutte contre le terrorisme islamique qui menace l’ensemble de l’humanité, ce que nous alertons depuis des années. Ce soir, je participerai à un rassemblement spécial, avec le président français François Hollande, en présence des représentants de la communauté juive en France. Je dirai à cette occasion que tout Juif souhaitant immigrer en Israël, sera reçu ici à bras ouverts, » a déclaré le Premier Ministre Benjamin Netanyahu avant son départ pour Paris.

David Cameron : la menace djihadiste sera « avec nous pour encore beaucoup d’années »

Renzi : « L’Europe va gagner le défi contre le terrorisme »

L’Europe va gagner le « défi contre le terrorisme » a déclaré dimanche le chef du gouvernement italien Matteo Renzi à des journalistes.

« L’Europe est plus forte que la peur (…) et nous sommes ici tous ensemble pour donner le message que l’Europe va gagner le défi contre le terrorisme », a déclaré M. Renzi.

Liberman doit assister à une foire de l’alyah à Paris après la marche

Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman participera à une foire de l’alyah à Paris, immédiatement après sa participation au rassemblement de solidarité cet après-midi.

La foire parrainée par l’Agence juive a été prévue avant les événements tragiques de la semaine dernière, qui devraient augmenter encore l’immigration française en Israël.

En 2014, près de 7 000 Juifs ont quitté la France pour Israël, deux fois plus que l’année précédente.

Le président de l’Agence juive Natan Sharansky, qui est actuellement à Paris, a déclaré la semaine dernière qu’il attend plus de 10 000 immigrants français en 2015.

Mais il critique les appels de hauts fonctionnaires du gouvernement à Jérusalem appelant les Juifs français à venir en Israël.

Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman à une conférence pour les ambassadeurs israéliens et des représentants en Europe, au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 4 janvier 2015. (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

Le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman à une conférence pour les ambassadeurs israéliens et des représentants en Europe, au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 4 janvier 2015. (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

Liberman demande une amélioration significative des moyens de sécurité pour les juifs français.

Il a déclaré à Ynet que « nous avons beaucoup d’empathie et nous nous identifions avec les Français, mais nous voulons maintenant une amélioration significative de la sécurité des juifs français ».

Lieberman a appelé les juifs français à immigrer en Israël.

« Nous avons atteint un pic de l’immigration en provenance de France mais ce n’est pas encore assez. Au cours de la semaine dernière et durant ces derniers jours il y a un nombre de demandes sans précédent. Dans ce cadre, nous avons décidé sur le renforcement des moyens mis à disposition pour l’ambassade et pour les représentants de l’agence juive. »

Netanyahu et Abbas à 5 mètres au cortège

Le cortège a commencé.

Capture d’écran du cortège (Crédit : BFMTV)

Capture d’écran du cortège (Crédit : BFMTV)

Les noms des 17 victimes du terrorisme sont prononcés

Yoav Hattab revenait tout juste d’Israël

Une des victimes juives de l’attaque terroriste de vendredi à Paris, Yoav Hattab, 21 ans, venait de rentrer d’un voyage en Israël de Taglit-Birthright.

«Taglit-Birthright Israel pleure amèrement l’assassiner des quatre héros dans l’attaque terroriste du Hyper Cacher le Erev Shabbat, » a déclaré Gidi Mark, directeur de Taglit-Birthright Israel. « Mes pensées sont avec les familles et avec la communauté juive de France en ces temps difficiles. »

Son ami de voyage, Nathan Levi, a écrit sur Facebook que le rêve de Hattab était « à venir avec sa famille de Tunisie, vivre en Israël. »

« Pour lui, Birthright n’était qu’un début »,écrit Lévi. « Il était impatient de terminer ses études universitaires, afin de pouvoir venir en Israël, rejoindre l’armée, et devenir israélien. »

Capture d’écran Yoav Hattab (Crédit : Facebook)

Capture d’écran Yoav Hattab (Crédit : Facebook)

Les dirigeants posent ensemble sous les applaudissements

Capture d’écran du cortège (Crédit : BFMTV)

Capture d’écran du cortège (Crédit : BFMTV)

Rester ou partir ? Les Juifs de France entre crainte et désespoir

Alyah ou pas, telle est la question pour nombre de Juifs français.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Minute de silence sous les clash des photographes

Landver : « les demandes de renseignements en augmentation suite aux attentats en France »

La ministre de l’Intégration Sofia Landver a déclaré à Ynet que « depuis l’attaque de ‘Charlie Hebdo, le nombre d’appels téléphoniques de Juifs français souhaitant immigrer en Israël est en forte augmenation ».

Landver a ajouté : « Les gens ont peur pour eux-mêmes et pour leurs proches. Je me attends à une augmentation spectaculaire du nombre d’immigrants en provenance de France dans l’année à venir. La communauté juive en France nous a fait part de sa douleur qui est mêlée à beaucoup de peur ».

Sofa Landver (Crédit : AFP)

Sofa Landver (Crédit : AFP)

Hollande, Valls et Bartolone rejoignent les familles des victimes

Nicolas Sarkozy se rendra à la Victoire

Un office est prévu après la marche à la Grande synagogue de Paris, où le président français François Hollande et le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve se rendront aussi.

Nicolas Sarkozy (Crédit : Miriam Alster/Flash 90)

Nicolas Sarkozy (Crédit : Miriam Alster/Flash 90)

Fin du défilé des dirigeants internationaux, François Hollande poursuit la marche

Accompagné du Premier ministre Manuel Valls et Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, le président français se recueille avec les entourages des victimes.

Des centaines de Juifs français au salon de l’Alyah organisé par l’Agence Juive à Paris

Sharansky : « L’Agence juive soutient la communauté juive française pendant cette période difficile. »

Des centaines de Juifs français participent aujourd’hui à un salon de l’Alyah organisé sous haute sécurité par l’Agence Juive à Paris. L’organisation de ce salon et la date de sa tenue avaient été décidées bien avant les événements tragiques de la semaine écoulée.

Le président de l’Agence juive, Natan Sharansky, qui a accompagné le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, à Paris, a assisté à ce salon et a affirmé que « l’Agence juive soutient la communauté juive française pendant cette période difficile. Nous renforcerons nos services afin d’assister toute personne qui souhaite immigrer en Israël, et ce afin de faciliter l’intégration des immigrants au sein de la société israélien et du marché du travail en Israël ».

Selon les chiffres de l’Agence Juive, l’année 2014 a vu une augmentation spectaculaire de la Alyah en provenance de France avec plus de 7 000 nouveaux immigrants. La France a été génératrice du plus grand nombre d’immigrants en Israël en 2014, année qui est également un record historique concernant les immigrants de France en Israël. Ces chiffresont doublé depuis 2013 (3 400 olims) et triplé depuis 2012 (1 900 olims).

La communauté juive française est la plus nombreuse d’Europe et la troisième dans le monde (après Israël et les Etats-Unis), avec quelques 500 000 Juifs. Plus de 1% de l’ensemble de la communauté juive française a ainsi immigré en Israël en 2014. Avant la tenue des récents événements, les responsables de l’Agence Juive avaient prédit que l’augmentation de l’Alyah de France se poursuivrait et atteindrait 10 000 personnes en 2015.

Suite à la récente augmentation de l’Alyah de France, l’Agence juive a travaillé en étroite collaboration avec le ministère israélien de l’Immigration et l’Intégration afin de faciliter le processus d’immigration et d’absorption et ainsi permettre à des milliers de jeunes Français juifs de visiter et d’expérimenter la vie en Israël via des programmes institutionnels.

Dans le même temps, l’Agence juive a joue un rôle actif dans la mise à disposition de moyens pour sécuriser les communautés juives à travers la France. Après l’attaque contre une école juive de Toulouse en 2012, un Fonds d’aide d’urgence aux communautés juives a été créé.

Des centaines de juifs français au salon de l'Alyah - 11 janvier 2015 (Crédit : Eliaou Zenou)

Des centaines de juifs français au salon de l’Alyah – 11 janvier 2015 (Crédit : Eliaou Zenou)

L’office à la Victoire est prévu à 18h30

Saar demande au gouvernement israélien d’agir pour l’alyah des juifs de France en Israël

L’Ancien ministre de l’Intérieur, Gideon Saar, a appelé le gouvernement à agir pour attirer les Juifs français en Israël, après une série des attaques terroristes qui ont eu lieu à Paris et dans ses environs.

« J’appelle le gouvernement israélien à adopter immédiatement un plan global visant à encourager l’immigration des Juifs de France en Israël, » a écrit Saar sur sa page Facebook.

« Nous n’avons pas d’autre pays. », a-t-il ajouté.

Gideon Saar (Crédit : Miriam Alster/Flash 90)

Gideon Saar (Crédit : Miriam Alster/Flash 90)

Plus de 3 millions de personnes en France

Le décompte n’est pas définitif.

Outre Paris, plus d’un million de personnes défilaient dimanche en France dans un grand nombre de villes de province contre le terrorisme, selon un décompte provisoire établi par l’AFP, au lendemain d’une journée qui avait déjà vu 700.000 manifestants marcher dans toute la France.

Entre 150.000 et 200.000 personnes à Lyon (centre-est), 115.000 à Rennes (ouest), au moins 100.000 à Bordeaux (sud-ouest), et dans le sud 60.000 à Marseille et 40.000 à Perpignan… Un peu partout, les rassemblements ont drainé plus de monde que prévu initialement par les autorités. La France compte 66 millions d’habitants.

Au total 12.000 personnes manifestaient dimanche à Vienne contre le terrorisme devant la chancellerie, siège du gouvernement, ont annoncé les organisateurs.

La manifestation sous le mot d’ordre « ensemble contre le terrorisme » est réunie à l’appel du gouvernement et des communautés religieuses.

Bernard-Henri Lévy : la France « ne sera plus faible »

Le philosophe juif français Bernard-Henri Lévy a déclaré à la chaîne CNN que le déferlement de personnes aujourd’hui dans les rues est une façon pour la France de dire qu’il faut être suffisamment ferme face à l’extrémisme islamique de France, et que cela va maintenant changer.

Le message du rassemblement, décrypte-t-il, est que « nous ne serons plus faible face au djihadisme ».

Bernard-Henri Levy à l'université de Tel Aviv en 2011 (Crédit : CC BY-SA Itzike, Wikipedia)

Bernard-Henri Levy à l’université de Tel Aviv en 2011 (Crédit : CC BY-SA Itzike, Wikipedia)

Un chef d’orchestre juif français claque la porte de l’Opéra d’Israël

Un chef d’orchestre juif français a refusé de conduire une performance à l’Opéra d’Israël samedi soir, après que la direction de l’opéra de Tel Aviv ait rejeté sa demande de jouer la « Hatikva » en commémoration aux victimes des attaques terroristes en France la semaine dernière.

Le Parisien, Frédéric Chaslin, avait demandé à dire quelques mots et à jouer l’hymne national israélien en l’honneur des 17 personnes tuées à Paris la semaine dernière – au supermarché casher et lors de la fusillade au magazine satirique Charlie Hebdo, et pour la policière abattus à Montrouge.

On lui a répondu que cela bouleverserait le public. Il a donc claqué la porte de l’opéra, et un remplaçant a mené la performance.

Frédéric Chaslin (Crédit : capture d'écran YouTube)

Frédéric Chaslin (Crédit : capture d’écran YouTube)

Bennett critique l’hypocrisie d’Abbas et du Qatar

Le ministre de l’Economie Naftali Bennett, qui est actuellement à Paris, critique la participation du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et des responsables qataris à la marche républicaine à Paris, soulignant que le Qatar soutient le Hamas.

« Il est hypocrite que ces mêmes Qataris et Arabes qui financent le terrorisme viennent manifester contre le terrorisme », a-t-il martelé lors d’une discussion avec un groupe de jeunes Juifs parisiens selon la Deuxième chaîne. « Je ne l’accepte pas ».

Il précise qu’il n’y a pas de différence entre entre le terrorisme à New York, à Tel Aviv, dans l’implantation d’Itamar en Cisjordanie et Paris.

« Quand un meurtrier islamiste tue la famille Fogel à Itamar, quand Abou Mazen [Abbas] finance des terroristes qui vont par la suite se faire exploser à Tel Aviv, il n’y a aucune différence avec ces mêmes terroristes à Paris », poursuit-il.

« Nous ne laisserons pas 2015 se transformer en 1938 », ajoute Bennett sur la Dixième chaîne lors de sa visite à Paris.

Il indique que la bataille n’est pas seulement contre le radicalisme islamique, mais aussi pour la liberté de l’Occident en général.

Naftali Bennett au Forum Saban - 6 décembre 2014 (Crédit : capture d'écran YouTube)

Naftali Bennett au Forum Saban – 6 décembre 2014 (Crédit : capture d’écran YouTube)

L’extrême droite manifeste à part

Le parti d’extrême droite Front national, qui s’est jugé « interdit de séjour » à la marche parisienne contre le terrorisme, a manifesté dimanche dans une petite ville du sud de la France, au lendemain d’un refus tonitruant de son fondateur, Jean-Marie Le Pen, de se solidariser avec le mouvement « #JeSuisCharlie ».

Dimanche, Marine Le Pen a été acclamée par un millier de personnes réunies à Beaucaire, ville du sud de 16.000 habitants dirigée depuis mars par un élu du Front national.

Merci d’être là pour rappeler les valeurs de la liberté », a lancé la présidente du FN lors d’une brève intervention depuis le balcon de l’hôtel de ville sur lequel flottait une bannière « Je suis Charlie – Hommage aux victimes du terrorisme islamiste ». « On est chez nous ! », lui ont alors répondu ses supporteurs.

Des journalistes de l’AFP ont constaté quelques tensions à l’issue du rassemblement entre des membres de la communauté musulmane et les partisans de Mme Le Pen.

Marine Le Pen à Beaucaire - 11 janvier 2015 (Crédit : AFP)

Marine Le Pen à Beaucaire – 11 janvier 2015 (Crédit : AFP)

Ahmed, Michel et Lassana, ces héros qui ont résisté aux djihadistes

Le gérant d’une imprimerie qui va au-devant des djihadistes pour protéger son employé, un musulman qui cache des juifs dans un supermarché casher, un policier abattu en arrivant sur les lieux du carnage à Charlie Hebdo : des héros ordinaires ont résisté lors des attentats.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Les panneaux d’affichage municipaux sont…

Les panneaux d'affichage parisiens - 11 janvier 2015  (Crédit : Flavie Bitan/Facebook)

Les panneaux d’affichage parisiens – 11 janvier 2015 (Crédit : Flavie Bitan/Facebook)

L’office à la Victoire est imminent ; Netanyahu est en chemin

La Grande synagogue est située au 44 Rue de la Victoire, dans le 9e arrondissement de Paris.

Intérieur de cette très grande synagogue devant laquelle les forces de police fouillent le matériel et les sacs des Français venus rendre hommage aux quatre victimes juives de la prise d’otages à Vincennes.

Le président de l’Assemblée nationale français, Claude Bartolone, les anciennes ministres Valérie Pécresse et NKM, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve y seront.

Ce déplacement aurait été annoncé samedi soir par Joël Mergui, le président du Consistoire central israélite de France.

Capture d’écran Joel Mergui (Crédit : BFMTV)

Capture d’écran Joel Mergui (Crédit : BFMTV)

Les fidèles trouvent des affiches en noir et blanc où il est écrit jesuischarlie

Haim Korsia demande à ce qu’on ne lance pas d’appel pour faire l’alyah

Le Grand Rabbin de France, Haim Korsia, explique à la radio de l’armée israélienne qu’il implore le Premier ministre Benjamin Netanyahu de ne pas lancer un appel aux Juifs français à faire leur alyah en Israël pendant le discours qu’il fera à la Grande Synagogue de Paris.

S’il le faisait, « cela poserait un grand problème » pour la communauté juive française, poursuit Korsia.

Haim Korsia à l'antenne de RCJ (Crédit : capture d'écran YouTube)

Haim Korsia à l’antenne de RCJ (Crédit : capture d’écran YouTube)

La maire de Paris confirme les déclarations de Manuel Valls

Anne Hidalgo s’est rendue à la synagogue de la Victoire pour manifester so sympathie à la communauté juive de France.

Elle a répété au micro de BFMTV que « oui, la France sans les Juifs, n’est pas la France. « Sans les Juifs le pays ne serait pas ce qu’il est, la ville [de Paris] ne serait pas ce qu’elle est. »

Capture d’écran de la maire de Paris Anne Hidalgo (Crédit : https://twitter.com/Anne_Hidalgo)

Capture d’écran de la maire de Paris Anne Hidalgo (Crédit : https://twitter.com/Anne_Hidalgo)

Nicolas Sarkozy arrive à la Victoire sous les applaudissements

C’est la seule personnalité à avoir été applaudi à l’intérieur de l’enceinte de la synagogue.

Christiane Taubira (ministre de la Justice) et Gérard Larcher (président du Sénat) sont arrivés.

L’office de deuil est destiné à toutes les 17 victimes du terrorisme, pour lesquelles 17 bougies ont été allumées.
Une marseillaise est entonnée à l’arrivée du Premier ministre Manuel Valls qui a confirmé la beauté du symbole de la présence de Benjamin Netanyahu et de Mahmoud Abbas au cortège.

Capture d'écran Nicolas Sarkozy à la synagogue de la Victoire - 11 janvier 2015 (Crédit : BFMTV)

Capture d’écran Nicolas Sarkozy à la synagogue de la Victoire – 11 janvier 2015 (Crédit : BFMTV)

Rivlin exhorte les dirigeants du monde à défendre les Juifs

Le président israélien Reuven Rivlin appelle les gouvernements du monde entier à améliorer la sécurité des institutions juives locales.

« Nous exigeons de tous les gouvernements du monde entier, et le gouvernement de la France en particulier, à protéger et à préserver la sécurité et le bien-être de la communauté juive, » dit-il.

« Il y a une obligation de protéger les Juifs qui [doivent être] capables de vivre avec dignité et fierté, sans être victimes d’attaques, de menaces et d’intimidation. »

S’exprimant lors d’une session d’étude de la Bible de Jérusalem, il dit qu’Israël a « chaleureusement et affectueusement » reçu chaque Juif qui voudrait immigrer en Israël et jouer un rôle dans la construction de la nation.

« Toutefois, il est important que cette alyah en Israël ne soit pas une alyah de la peur, mais de choix. Une Alyah née d’une identité juive positive sur le sionisme, et pas à cause de l’antisémitisme. »

Reuven Rivlin (Crédit : Flash 90)

Reuven Rivlin (Crédit : Flash 90)

Hollande a quitté l’Élysée avec Cazeneuve

Netanyahu aborde la terreur avec les leaders mondiaux

De quoi le Premier ministre Benjamin Netanyahu a-t-il pu bien discuter avec les dirigeants de la planète, avec lesquels il a défilé à Paris ?

Selon une déclaration publiée par son bureau, le thème principal était la nécessité de lutter contre le terrorisme.

« Je marche maintenant avec une rangée de dirigeants du monde unis contre le terrorisme », affirme Netanyahu, selon la déclaration.

« Je leur ai expliqué que contre le terrorisme, toute forme de terreur, on doit se battre jusqu’à la mort ».

Un responsable du bureau du Premier ministre indique qu’il faisait allusion aux dirigeants du monde avec qui il a parlé avant, pendant et après la marche.

Il a refusé de dire si le Premier ministre a parlé avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui était séparé de Netanyahu par quatre personnes dans la première rangée de la marche.

Le bureau du Premier ministre indique que Netanyahu a parlé au président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, et s’est assit avec Hollande dans le car.

– Raphaël Ahren

François Hollande est arrivé à la Victoire

Le voyage des dirigeants israéliens en France a coûté 800 000 shekels

Combien a coûté le voyage de la délégation israélienne en France pour la marche républicaine ?

Selon le Deuxième chaîne, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman ont accumulé des factures s’élevant à 700 000 shekels pour le voyage.

Le ministre de l’Economie Naftali Bennett et son entourage ont, quant à eux, accumulé 60 000 shekels de facture, et le voyage du député Eli Yishai a coûté 40 000 shekels.

Benjamin Netanyahu est accueilli par François Hollande

Capture d’écran de BenjainNetanyahu (Crédit : capture BFMTV)

Capture d’écran de BenjainNetanyahu (Crédit : capture BFMTV)

Le tireur de Paris avait les adresses d’écoles juives dans le téléphone

Amedy Coulibaly avait deux autres adresses d’écoles juives enregistrées dans son téléphone quand il a attaqué le supermarché casher à Paris vendredi, selon un reportage de la Deuxième Chaîne Channel.

Cette information éveille les soupçons sur le fait que le terroriste avait planifié des attaques supplémentaires, visant la communauté juive.

La synagogue est pleine alors que des prières débutent

Benjamin Netanyahu assis à côté de Joël Mergui et François Hollande

Naftali Bennett, chef du parti HaBayit HaYehudi et Avigdor Liberman (chef du parti Yisrael Beytenu) sont assis derrière Netanyahu.

Capture d’écran Benjamin Netanyahu assis à côté de Joël Mergui et François Hollande (crÉDIT :BFMTV)

Capture d’écran Benjamin Netanyahu assis à côté de Joël Mergui et François Hollande (crÉDIT :BFMTV)

Le Maroc n’était pas dans les rangs

Le Maroc n’était pas représenté à la marche « en raison de la présence de caricatures blasphématoires, » selon des sources officielles marocaines.

Allumage des bougies pour les 17 victimes

La France aurait préféré que Netanyahu n’assiste pas à la marche

Alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu arrive à la Grande Synagogue de Paris pour la cérémonie commémorative, La Deuième chaîne israélienne annonce que le gouvernement français ne voulait pas que Netanyahu assiste à la marche républicaine, qui a eu lieu plus tôt aujourd’hui, parce que sa présence aurait pu diviser les opinions.

Netanyahu a dans un premier temps accédé à cette demande, mais a ensuite décidé d’y aller après que le ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman et le ministre de l’Economie Naftali Bennett lui aient annoncé qu’ils iraient.

En représailles, poursuit le reportage de la Deuxième chaîne, l’Elysée a adressé une invitation au président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

En réponse, le Premier ministre le rogne de sa photo sur son compte Twitter.

Les noms des victimes sont prononcés et Haim Korsia s’exprime

Le grand rabbin de France fait un parallèle avec la souffrance de Moise qui dit aux Juifs « continuez d’espérer. »

« La France a revendique le bonheur aujourd’hui, » a-t-il dit dans une synagogue remplie.

Haim Korsia questionne la souffrance dans son discours

Quand le grand rabbin de France évoque le bonheur

« Aujourd’hui, la France a fait son devoir. Nous avons vu la fraternité a l’œuvre dans les rues. Aujourd’hui, Notre France était à l’image de la Jérusalem décrite dans la Bible. Aujourd’hui, il était important de redonner du sens au Triptyque de notre devise : liberté, égalité, fraternité. »

« Nous ne serons jamais des planqués de l’Histoire. Aujourd’hui, dans un silence incroyable, la France a rappelé qu’elle voulait vivre en fraternité. La France revendique ce soir d’être unie dans le bonheur. Je nous souhaite à tous que nos jours de tristesse se transforment en jours de joie. Les Juifs qui font leur alyah ne fuient pas la France. Ils partent pour devenir des ambassadeurs de la France en Israël. »

Madame Eva Sandler allume la dernière bougie

La dernière bougie est allumée par la mère de la famille Sandler : famille victime du terroriste djihadiste Mohamed Merah en mars 2012, où 3 enfants et un adulte ont été assassinés.

Le nom a été prononcé en même temps que l’allumage, l’émotion est intense.

Le personnel d’Al-Jazeera en colère contre la campagne #JeSuisCharlie

Des emails révèlent un désaccord au sujet de la liberté d’expression et le fait que Charlie Hebdo se soit moqué de l’islam.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Hollande, Cazeneuve, Valls et Sarkozy quittent la synagogue

Le président du consistoire a longuement pris la parole. « Nous n’avons pas peur, nous ne renoncerons, en dépit de leurs craintes, » a déclaré Joel Mergui. « La communauté juive française vous respecte, vous avez été ovationnés. »

Le discours du Premier ministre israélien est imminent.

L’enquête sur le supermarché casher s’accélère

La découverte de la possible « planque » d’Amedy Coulibaly apporte de nombreuses réponses aux enquêteurs.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Netanyahu apprécie la « position très ferme » de la France

Le Premier ministre israélien s’adresse aux Juifs de France et a dit apprécier la « position très ferme » de la France contre le « nouvel antisémitisme » et le « terrorisme. »

« Le peuple d’Israël se tient aux côtés du peuple français ». « Je voudrais dire mon admiration à un citoyen français musulman. [Ahmed Mekabet] »

Netanyahu : « ils écrasent tout ce qu’ils ne sont pas d’accord avec eux »

Meyer Habib, député français juif (UDI) traduit le discours de Netanyahu.

« Israel est le seul endroit du Moyen-Orient où la femme, les hommes les Chrétiens, toutes les religions sont libres, » déclare Netanyahu sous es applaudissements.

« L’islam radical ne hait pas l’Occident à cause d’Israël. Il hait Israël parce qu’Israël est une partie intégrante de l’Occident et des valeurs de liberté.

Netanyahu « remercie » l’employé musulman Lassana Bathily, malien musulman, du supermarché casher de Paris qui a sauvé des otages en les cachant dans une chambre froide.

Netanyahu : « Comme dit la Torah, ‘nous sommes plus forts en combattant’ « 

L’Iran ne doit pas avoir les armes nucléaires. » « Nous devons comprendre qu’il y a un réseau de radicaux, un réseau de haine et de zèle », a assené le Premier ministre.

« Le danger va devenir une grave menace pour l’humanité toute entière, si les radicaux obtiennent une arme nucléaire », poursuit-il.

« Nous ne pouvons pas laisser l’Iran réussir à obtenir des capacités nucléaires. Israël est avec l’Europe et l’Europe doit soutenir Israël ».

Netanyahu : « vous avez le droit de vivre en sécurité »

« Dans chaque endroit où vous voulez vivre et en particulier en France. »

Netanyahu : « c’est la possibilité de vivre aujourd’hui en Israël »

Il s’agit de « la seule et unique terre que nous avons, d’aller dans notre capitale éternelle Jérusalem. »

« Tous les Juifs qui souhaitent faire l’alyah, seront accueillis avec les bras ouverts et toute notre chaleur. Ils n’arriveront pas dans un pays étranger, dans leur patrie ancestrale, avec l’aide de Dieu. »

Il répète à plusieurs reprises « Am Israël Hay. »

Des chants sont entonnés sous de grands applaudissements.

Prière pour l’État d’Israël

L’hymne national de l’Hatikvah est entonné à plein poumons

Au tour de la Marseillaise avec la même énergie

A Londres, la foule dresse des crayons vers le ciel

« Nous sommes Charlie, ici aussi à Londres », clame Nick Clegg dans un Trafalgar Square illuminé par les couleurs de la France.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Le National Gallery aux couleurs de la France lors du rassemblement londonien du 11 janvier 2015 pour commémorer les victimes de l'attaque de Paris (Crédit : NIKLAS HALLE'N/AFP)

Le National Gallery aux couleurs de la France lors du rassemblement londonien du 11 janvier 2015 pour commémorer les victimes de l’attaque de Paris (Crédit : NIKLAS HALLE’N/AFP)

Le rabbin de Washington Shmuel Herzfeld défile dans une marche

Plusieurs milliers de personnes ont défilé dimanche à Washington en hommage aux victimes des attaques la semaine passée à Paris, à l’initiative de l’ambassade de France.

La marche silencieuse, a démarré symboliquement du Newseum, le musée de la presse, dans la capitale américaine et a ensuite rejoint un mémorial aux forces de l’ordre.

Les manifestants voulaient rendre hommage aux 17 personnes tuées dans des attaques à Paris et dans sa banlieue, dont cinq des principaux dessinateurs du journal satirique Charlie Hebdo et trois policiers.

En tête du cortège, où flottaient les drapeaux français et américain, l’ambassadeur de France Gérard Araud tenait dans ses mains une pancarte « We are Charlie » (Nous sommes Charlie).

« Je suis là à la demande des Français de Washington, parce que comme moi ils ont ressenti une frustration de voir leur pays traverser une crise si grave, et de ne pas pouvoir exprimer leur solidarité avec leur patrie », a déclaré M. Araud à l’AFP.

« They wanted to silence us, they only got one minute » (ils ont voulu nous faire taire, mais ils n’ont eu droit qu’à une minute, ndlr), pouvait-on lire sur une autre grande pancarte de Reporters sans frontières, tenue notamment par la représentante des Etats-Unis, la secrétaire d’Etat adjointe chargée des Affaires européennes Victoria Nuland.

« Je suis Charlie, We are Charlie ! » s’est exclamée à la fin de la manifestation la directrice du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde qui avait fait le déplacement, ainsi que plusieurs ambassadeurs (d’Italie, d’Allemagne, de Lituanie, d’Ukraine et de l’Union européenne).

Le rabbin de la National Synagogue de Washington, Shmuel Herzfeld, était aussi présent, en l’honneur des quatre personnes juives tuées par un djihadiste lors de la prise d’otage dans un supermarché casher vendredi.

– AFP

Belle image envoyée à la rédaction pour finir le direct

La place de la république - 11 janvier 2015 (crédit : Cindy Harb/Times of Israë¬)

La place de la république – 11 janvier 2015 (crédit : Cindy Harb/Times of Israë¬)