La TV sudéoise associe la reconnaissance de Jérusalem par Trump au « lobby juif »
Rechercher

La TV sudéoise associe la reconnaissance de Jérusalem par Trump au « lobby juif »

La chaîne publique a présenté ses excuses, après avoir évoqué "la force incroyable" des lobbys juifs, après des plaintes pour propos antisémites

Le président américain Donald Trump livre une déclaration sur Jérusalem depuis la salle de réception diplomatique à la Maison Blanche de Washington, le 6 décembre 2017 (Crédit : Saul Loeb/AFP)
Le président américain Donald Trump livre une déclaration sur Jérusalem depuis la salle de réception diplomatique à la Maison Blanche de Washington, le 6 décembre 2017 (Crédit : Saul Loeb/AFP)

La chaine de télévision publique suédoise a présenté ses excuses pour l’un de ses reportages, qui associait la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par le président américain Donald Trump à la force du « lobby juif ».

Dans un reportage diffusé immédiatement après le discours de Trump sur Jérusalem, la Télévision de Suède a affirmé que « le lobby juif aux États-Unis est incroyablement fort », et a ajouté que le lobby « a soutenu cette problématique depuis un bon moment ».

« C’était un choix terminologique malheureux, qui a été immédiatement corrigé par notre analyste », a assuré Charlotta Friborg, directrice exécutive, rédactrice en chef et éditrice pour la Télévision de Suède, au JTA dans un email.

Les téléspectateurs s’étaient plaints que cette affirmation encourageait les stéréotypes antisémites.

Indépendamment, les dirigeants du judaïsme néerlandais se sont plaints des choix éditoriaux de leur télévision publique dans un reportage concernant l’agression qui a eu lieu dans un restaurant casher.

La chapine NOS a publié une photo de Jérusalem sur son site, accompagnée d’un article sur l’agression, au cours de laquelle un jeune homme de 20 ans, muni d’un drapeau palestinien, a fracassé plusieurs fenetres du restaurant HaCarmel, au sud d’Amsterdam jeudi.

Un homme portant keffieh et drapeau palestiniens brise la vitrine d’un restaurant casher à Amsterdam, le 7 décembre 2017 (Crédit : capture d’écran Télévision néerlandaise AT5)

La chaine NOS a accompagné l’article d’une photo des drapeaux israélien et américain projetés sur le mur de la Vieille Ville de Jérusalem, mais l’a retirée après des plaintes.

« Il y avait plein d’images de l’agression antisémite », qui a été filmée dans sa totalité, a écrit Pal van der Bas sur Twitter, président du mouvement de jeunesse CIJO du Center for Information and Documentation on Israel (CIDI), basé à La Haye. « Alors pourquoi NOS a utilisé une photo de Jérusalem ? Pourquoi être si suggestif ? »

La critique dont a fait l’objet NOS sur Jérusalem fait suite aux reproches que la chaine a déjà essuyés, de la part du CIDI, quant à l’usage d’un enfant syrien mort, pour illustrer un article sur une frappe aérienne contre une base militaire en Syrie, que les médias ont attribuée à Israël.

NOS a retiré l’image après les protestations du CIDI, qui a écrit mardi sur Twitter : « Fake News chez NOS. Une photo d’un enfant blessé/décédé dans un article [sur un incident] sans victimes civiles. »

Le 9 novembre, durant un discours sur les pogroms qui ont marqué la Nuit de Cristal, en 1938, Rion van der Wieken, le directeur de la Central Jewish Organization on the Netherlands a accusé certains médias néerlandais, qu’il n’a pas nommé, de « mobiliser du soutien » pour les groupes terroristes qui cherchent à détruire Israël physiquement.

« Le dénigrement anti-Israël incessant qui caractérise les médias néerlandais, ainsi que certains journaux nationaux de qualité, est tellement persistant, tellement partial et sélectif, qu’il doit émaner d’une hostilité fondamentale à l’idée même d’un foyer national juif », a-t-il dit.

Au début de l’année, Israël a refusé, pour des raisons techniques, de prolonger le visa de travail d’un journaliste du NRC Handelsblad, un quotidien hollandais très critique envers l’Etat juif.

En janvier, le journal a refusé de corriger une affirmation dans l’un des articles de Walters qui a déclaré qu’en 1948, « presque tous les Arabes ont été chassés de Haifa », l’année de l’indépendance d’Israël, malgré les nombreux témoignages qui évoquent leur départ malgré les promesses du maire, qui avait demandé aux Arabes locaux de ne pas partir, et avait promis de les garder en sécurité.

En 2016, un article de même journaliste, sur Hebron affirmait que les soldats israéliens « ont abattu cinq Palestiniens » dans la ville sans mentionner les précisions de l’armée israélienne selon lesquelles les Palestiniens en question ont été abattus pendant qu’ils essayaient de poignarder ses Israéliens. Le NRC a refusé de corriger son article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...